AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Surprise spéciale pour un jour spécial - It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you - Liana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je m'appelle...
Liam O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 209
❖ POINTS : 290

MessageSujet: Surprise spéciale pour un jour spécial - It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you - Liana   Sam 20 Juin - 4:57



Parce-que aujourd’hui tu vas vivre un des plus beaux jours de ta vie, voire le plus beau jour de ta vie. Parce-que je suis heureuse pour toi, et que je voulais te faire un présent, à ma façon. Alors oui je sais que j’ai déjà douze ans de retard dans nos rps, mais celui qui va suivre n’est pas un de ceux où tu auras besoin de répondre. Tu as juste besoin de lire, c'est tout. C’est un cadeau, et j’espère qu’il te plaira. En tous cas, félicitations, tu vas faire une formidable mariée j’en suis persuadée. C’est ton jour, tu es la reine aujourd’hui, alors profites bien. Fais en sorte que ce jour compte et reste gravé dans ton coeur pour toujours.


Dernière édition par Liam O'Connell le Sam 20 Juin - 5:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Liam O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 209
❖ POINTS : 290

MessageSujet: Re: Surprise spéciale pour un jour spécial - It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you - Liana   Sam 20 Juin - 4:59


Will you marry me, Anna ?

There are days in life that matter forever. How do we do to reconize them ? It’s simple. Those are the days when your heart was beating faster, when you put your brain on off and you just felt alive. Like all that hapiness was unlegal to feel.

Anna & Liam

Son téléphone datant de l’antiquité dans la main, Liam ne pouvait s’empêcher de faire les cent pas dans l’aéroport. Il était là depuis plusieurs heures déjà, son avion ayant été retardé à cause des mauvaises conditions météorologiques. Non pas pour le décollage, le temps était même un peu trop clément en Afghanistan, mais bien à Dublin, en Irlande. Sa permission spéciale lui avait été accordée la veille au soir, et il s’était directement rendu à l’aéroport après cette nouvelle, en quatrième vitesse. Cependant, depuis, il n’avait pas bougé, ou du moins il n’avait toujours pas décollé et il commençait à s’impatienter. Lui qui était du genre calme, son propre frère pourrait ne pas le reconnaître en ce moment même. Pour vous dire, même lire n’avait pas réussi à le calmer. Et puis, comble de la situation, son téléphone allait être à court de batterie et comme il ne s’en servait jamais il n’avait même pas pris la peine de prendre son chargeur avant de partir en mission. Pourtant, un appel important devait arriver, et devait l’aider dans sa journée. Si cet appel n’arrivait pas, tout ce qu’il avait préparé des plusieurs semaines tombait à l’eau. Cet appel était l’appel le plus important qu’il devait recevoir de toute sa vie sûrement, et il ne pouvait s’empêcher de stresser à cette idée. Et puis, quelle idée surtout il avait eu de faire ça là, maintenant, alors qu’il aurait eu tout le temps pour la prochaine permission de noël. Il aurait eu le temps de prendre le temps, de préparer ça pour le mieux et beaucoup mieux que là, c’était sûr. Il n’aurait pas stressé comme il le faisait là, tout aurait été plus simple… Mais ce n’était pas comme ça que ça se passait. Car, lorsqu’il était revenu sur les terres de la guerre, seulement trois semaines auparavant, il s’était rendu compte qu’il avait loupé son moment et qu’il aurait du faire ça avant de partir. Il s’était senti mal et malheureux en arrivant, comme si une action importante avait manqué dans sa vie, dans les jours qui avaient précédé son retour au camp. Comme s’il aurait dû le faire, comme si c’était la bonne chose à faire. Et maintenant, il en était sûr: c’était la bonne chose à faire. C’est pour ça qu’il était là, dans cet aéroport à attendre comme un idiot pour pouvoir rentrer en Irlande. Surtout qu’il y avait encore quelques heures de voiture après l’avion, en clair il n’était pas rentré. Pourtant, son plan était quasiment un plan chronométré, et si son avion ne partait pas dans les deux heures qui suivaient cet instant, il y avait fort à parier qu’il allait louper sa surprise. Et il ne pouvait pas se le permettre, non, pas une deuxième fois.

C’est la sonnerie de son téléphone qui le sortit de ses pensées, en le faisait sursauter d’ailleurs. Il avait eu peur de sa propre sonnerie de téléphone, alors qu’il savait que cet appel allait être émis car il l’attendait comme un impatient depuis plusieurs heures. Après avoir pris une grande inspiration, il porta le combiné à l’oreille, en espérant entendre les bonnes nouvelles qu’il attendait. Si ce n’était pas pour ça, il ne sait pas s’il aurait toujours pleinement envie de monter dans cet avion. Il aurait envie pour voir les personnes qui lui étaient chères en Irlande, mais il aurait un arrière goût amer en bouche de ne pas avoir pu accomplir ce pour quoi il était venu à la base. C’était le moment de vérité, l’instant où tout allait se décidé.

« S’il te plaît, dis moi que c’est une bonne nouvelle Minah…
- Whaou, la voix paniquée et tout, c’est… Bizarre venant de toi. Mais oui, c’est une bonne nouvelle, tout se passe comme prévu détends toi. Ton avion est prévu pour qua… »

La seule chose que Liam put entendre par la suite fit les trois bip marquant la fin de la communication. Écartant le combiné pour le mettre devant son regard, il put reconnaître le signe bien distinctif lui indiquant la fin de vie de sa batterie. Elle venait de se décharger complètement, de rendre l’âme totalement. Oui, la pire chose qui pouvait arriver était en train de se passer. Mais au moins, tout se passait comme prévu, Minah venait de lui dire. Il n’avait pas pu voir les derniers détails qu’il aurait voulu avec elle, mais au moins, il pouvait tenter de se calmer de son côté: tout allait bien aller. Car même s’il ne pourrait pas entrer en contact avec elle avant un bout de temps, il savait qu’elle saurait gérer sans problèmes de son côté ce qu’elle avait à faire. Maintenant, Liam devait se concentrer sur son objectif le plus proche dans le temps: ne pas louper son avion. Déjà qu’il avait énormément de retard, si en plus il le loupait c’était mort. Soupirant, il releva le regard vers la pendule. Le soir devait se coucher sur Stairway, le soleil envoyant des lumières orangées depuis les collines du Dolmen. Il avait toujours su apprécier à son juste prix la vue qu’offrait la ville dans laquelle il avait grandi. De magnifiques paysages verdoyants à perte de vue, donnant sur l’océan. Il se rappelait parfaitement les dimanches après-midi où leur mère les emmenaient, son frère et lui, admirer l’océan, les vagues, l’écume. A cette époque là, les deux jeunes O’Connell étaient trop jeunes pour se baigner, l’eau ne dépassant rarement les quinze degrés et leur mère ne voulait surtout pas qu’ils attrapent la mort à sortir en maillots. Ils apprendraient plus tard, durant leur adolescence, à apprécier les baignades dans l’eau fraîche.

« Les passagers du vol KM-342 sont priés de bien vouloir se diriger vers les portes d’embarquement. Les passagers du vol KM-342 s’il vous plaît merci. »

Un soupire de soulagement s’échappa des lèvres de Liam. La voix qui venait de résonner dans le hall de l’aéroport s’était faite attendre. Il allait pouvoir enfin prendre place à bord de l’avion qui allait le rapprocher de sa destinée. Il allait enfin rentrer sur ses terres irlandaises et allait enfin le faire. Prenant son sac de toile et le jetant sur son épaule droite, il sortit son billet de son poche et se dirigea à pas rapides vers les portes d’embarquements indiquées sur les écrans. Rien que de voir le nom de Dublin écrit sur ces derniers réussit à enfin le détendre un peu. Il n’avait jamais été aussi proche de son rêve, c’était comme s’il pouvait le toucher du bout des doigts en ce moment même. Une hôtesse lui demanda son billet lorsqu’il arriva à proximité de la porte d’embarquement finale, et c’est avec cette fois ci un grand sourire qu’il lui tendit. Il commençait lentement mais sûrement à redevenir lui-même, le Liam calme qu’il était en règle générale. Pas que la phase de stress était finie pour aujourd’hui, mais au moins elle était passée pour maintenant. Là, il devait aller prendre place à bord de l’avion et profiter comme il pouvait du voyage, car les douze prochaines heures passées assises dans l’avion allaient lui sembler longues. Une sieste pouvait s’imposer pour le moment, il finirait sûrement par lire les dernières heures après avoir rattrapé les heures de sommeil qu’il lui manquait ces derniers jours. Ou alors il finirait peut-être par discuter avec ses voisins de rangée, chose qu’il lui arrivait régulièrement de faire. D’une parce-qu’il était souvent encore habillé avec ses habits de militaire et que ça intriguait les gens de voir des militaires d’aussi près, et puis aussi parce-qu’il aimait bien discuter avec les personnes qui l’entouraient, même s’il était quasiment sûre de ne jamais les revoir par la suite. Ça permettait également de passer le temps plus agréablement qu’en regardant un des nombreux films pas forcément géniaux que proposait le catalogue de l’avion.

Et c’est finalement la discussion avec sa voisine de rangée qui remporta la palme de l’occupation la plus attractive du voyage. En effet, la dame d’une cinquante d’années à ses côtés s’était trouvée d’humeur bavarde, et de forte agréable compagnie. En l’espace des deux bonnes heures pendant lesquelles ils avaient discuté, Liam avait pu apprendre toute la généalogie de sa famille ainsi que les projets de tous ces enfants. Il avait même appris qu’un petit enfant serait sûrement en route mais que sa fille était encore trop timide pour l’annoncer à ses parents pour le moment. Mary, la dame en question, disait aussi qu’elle n’était pas inquiète ni furieuse contre sa fille car elle comprenait que c’était quelque-chose d’important aux yeux de la famille est que ce n’était pas une nouvelle à prendre à la légère. Surtout qu’elle était encore jeune et qu’elle ne voulait pas blesser ses parents en ayant un enfant trop rapidement. Liam, de son côté, lui raconta les projets qu’il avait pour son arrivée en Irlande, et Mary ne put s’empêcher d’être enthousiasme pendant tout le récit du jeune homme. Elle rit même sur la fin, lui disant que ça lui rappelait sa jeunesse. Elle était en train de lui souhaiter plein de bonheur de et réussite pour la suite de sa carrière lorsque le commandant de bord annonçait la descente et l’atterrissage de l’appareil à Dublin. Certaines secousses se firent ressentir dû au superbe temps de pluie qu’offrait la capitale Irlandaise, mais Liam commençait à être habitué, avec le nombre de fois où il avait atterri sur ces pistes. C’était toujours la même rengaine, tout le voyage était calme et agréable jusqu’à temps qu’ils redescendent sous les nuages au niveau de Dublin, où là les choses se gâtaient un peu. Il y avait aussi toujours ces trois ou quatre personnes qui ne pouvaient s’empêcher des petits cris à la moindre secousse, ce qui faisait parfois lever les yeux au ciel à Liam alors que ce n’était franchement pas dans son habitude de faire ça. Mais il trouvait ça plutôt ridicule de crier, surtout vu ce qu’il voyait lui tout les jours sur le camp. Reprenant son sac de toile, il souhaita plein de bonnes choses pour la suite à Mary avant de descendre de l’appareil.

Le vent familier qui vint lui caresser le visage lorsqu’il descendit du taxi, arrivé à Stairway, lui décrocha un sourire. Ça y était, il était enfin de retour à la maison. Les dernières heures avaient paradoxalement été les plus longues à supporter, mais non les plus longues en temps. Et Liam avait eu pour seul divertissement la pluie qui tombait abondamment pendant une bonne partie du chemin, étant malade lorsqu’il lisait en voiture. La pluie avait d’ailleurs enfin cessée de tomber arrivé à quelques kilomètres de la petite ville, et ce n’était pas plus mal. Liam était plutôt fatigué, malgré les heures où il avait dormi dans l’avion, et ne savait pas s’il aurait la force et la patience d’affronter la pluie ce soir. Surtout qu’il était toujours avec sa tenue de militaire, et que lorsqu’il pleuvait elle venait lui coller à la peau, ce qui était plutôt infâme à ses yeux. Son sac contenant la plupart de ses affaires dans la main, il scruta les alentours. Le taxi l’avait déposé non loin du Parc Fitzpatrick, l’endroit où il devait se rendre. Maintenant, la prochaine mission qu’il allait devoir réaliser aller être de trouver Minah… Et surtout retrouver Anna avec Minah. Car durant tout ce temps qui s’était écoulé, la jeune femme n’avait été mise au courant d’absolument rien. Elle n’était pas au courant que Liam avait eu une permission, qu’il avait pris l’avion et était rentré jusque Stairway. Elle n’était pas au courant de ce que Liam avait préparé, ni qu’il avait été énormément aidé de Minah, rien de tout ça. Elle devait être là normalement ce soir, dans ce parc, et elle ne savait pas ce qu’il allait se passer dans l’heure à suivre. Mais en même temps, c’était le but du jeu, et si elle avait été mise au courant Liam serait vraiment dégoûté. Seule Minah savait, en plus de lui, ce qu’il allait faire, et ça aurait voulu dire qu’elle n’aurait pas su tenir sa langue. Liam en aurait été très déçu. Il n’était pas forcément le genre de gars à accorder facilement et rapidement sa confiance à quelqu’un. Minah, il la connaissait oui, mais pas tant que ça dans le fond. Elle était la meilleure amie d’Anna depuis toujours, ils s’étaient toujours plus ou moins côtoyés, mais ils n’étaient pas non plus devenus les meilleurs amis du monde. Disons qu’ils ne se connaissaient sûrement pas si bien que ça dans le fond. Mais pour cette histoire, il avait décidé de lui accordé sa confiance, et il espérait qu’il avait réellement bien fait. Ses doutes se dissipèrent rapidement lorsqu’il aperçut le visage de sa bien aimée éclairé par les néons du parc, un peu plus loin. En effet, en cette fin de septembre, un évènement spécial avait été organisé, comme tous les ans, par la communauté. C’était en quelques sortes une manière de célébré le changement de saison, de faire son deuil des beaux jours avec la venue de l’automne. Des jeux et divers divertissements avaient été installés tout le long des allés et les habitants de la ville pouvaient venir prendre du bon temps pour des attractions à trois fois rien niveau prix. Argent qui était redistribué aux différentes associations dans le besoin au sein de la ville.

Se frayant un chemin à travers la foule, Liam essayait de ne pas se faire repérer. Anna et Minah étaient juste à quelques mètres devant lui, et si Anna avait pour idée, par malheur, de se retourner s’en était fichu. Il fallait vraiment qu’il fasse attention, surtout qu’il se déplaçait en tenue de militaire avec son sac sur l’épaule. En somme, très peu de discrétion. Mais tout ce petit monde finit par arriver à l’endroit prévu. D’où il était, Liam pouvait entendre, en tendant l’oreille, la conversation que les deux jeunes femmes entretenaient. Si Minah échouait à cette étape de la soirée, tout le reste était fichu. En y repensant bien, il se dit qu’il y avait déjà eu trop de moments cruciaux dans la soirée, et qu’il avait eu la chance déjà d’être arrivé jusqu’ici et que son plan fonctionne comme sur des roulettes.

« Minah, mais tu sais bien que je crois pas à tous ces trucs de voyance et tout ça…
- Mais alleeeeer, s’il te plaît viens on y va, ça nous rappellera l’adolescence où on essayait d’appeler les esprits !
- Tu sais que je te déteste ? Déjà que je voulais rester chez moi ce soir.
- Rooooh, arrête de ronchonner, viens !
»

Ça y est, on y était. Le moment de vérité était enfin arrivé, celui que Liam attendait depuis qu’il était parti de chez lui quelques semaines plus tôt. Voyant Anna soupirer légèrement et Minah la prendre par la main pour entrer dans le stand de la voyante, Liam sentit son coeur s'accélérer dans sa poitrine. L’adrénaline commençait à faire son effet en circulant dans ses veines, et c’est d’un pas plus ou moins assuré qu’il s’approcha du stand à son tour. Déposant son sac à l’entrée, il ferma les yeux pour prendre une inspiration. Juste, une dernière avant de faire ce qu’il s'apprêtait à faire. Une dernière inspiration pour se donner du courage. Pas qu’il n’était pas prêt pour le geste qu’il allait faire, mais il espérait juste qu’Anna allait l’être aussi, prête. Plongeant sa main dans sa poche de pantalon, il en sortit un petit écrin noir. Simple, mais pourtant dedans il y avait une des choses qui allait devenir trésor à ses yeux. Petit moue au visage, il remit l’écrin dans sa poche pour être sûr de savoir où il était le moment venu, et il commença à porter attention à ce qu’il se passait. Chose qu’Anna ignorait encore, c’est que tout ceci était un réel coup monté et que même la supposée voyante - parce-que Liam ne croyait pas plus qu’à ça à la voyance et toutes ces choses là - était au courant de l’affaire qui allait se dérouler. En espérant qu’elle joue réellement son rôle.

« Mesdemoiselles, bienvenue chez Madame Lucia. Je suis voyante, et je vais prédire votre avenir. Veuillez vous asseoir. *bruits de chaises* Je vais commencer par vous, mademoiselle, j’ai l’impression que vous allez être plus respective à mes prévisions que votre copine.
- Moi, mais… Vous êtes sûre ?
- Aller Anna, ne fais pas ta froussarde !
- Donnez moi votre main, demoiselle, et voyons ce que ça donne...
»

Il y eut ensuite un petit silence, et Liam comprit que son tour d’entrer en jeu aller bientôt arriver. Remettant correctement sa tenue, il attendait que la voyante continue son discours pour entendre le signal. Et là, il pourrait intervenir. Là, il pourrait faire ce pour quoi il était revenu. L’événement qui monopolisait ses pensées depuis les dernières semaines. Le moment qu’il avait répété encore et encore, en boucle, dans sa tête. L’instant qu’il essayait de rendre parfois pour celle qu’il aimait. Ils y étaient, et Liam, derrière le rideau qui servait de porte au stand, attendait patiemment son tour de jouer son rôle.

« Je vois… Je vois… Une fête. Non. Plus important qu’une simple fête, à vrai dire. Les hommes portent leurs plus beaux costumes et les femmes leurs plus belles robes. Mais… il y a une robe qui se différencie des autres, oui… Elle est… Blanche, longue. Whaou, vous allez en avoir de la chance, avec un mariage pareil !
- Un mariage ? Minah, je t’avais dit, c’est n’importe quoi. Je ne suis pas, enfin mon compagnon et moi ne sommes pas fiancé, ce n’est pas possible…

- Ca pourrait l’être, si tu disais oui. »

Liam venait de faire son entrée dans la tente, silencieusement. Il avait son regard tourné vers Anna, qui elle n’avait pas encore compris ce qu’il se passait. En effet, elle avait tourné sa tête dans sa directement à la seconde où il avait commencé à parler, reconnaissant de suite sa voix. Mais ses yeux trahissaient toute l’incompréhension qui régnait en elle. Et il y avait de quoi. Dans sa tête, l’homme qu’elle aimait été en Afghanisthan, et il n’était absolument pas prévu qu’il rentre avant Noël, soit trois mois plus tard que la date du jour. Ils se regardaient maintenant tous les deux, avec cette intensité qu’il y avait toujours eu. L’amour qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre était puissant, vrai. La tension entre les deux jeunes gens, cette tension d’attraction et d’attirance était devenue limite palpable pour les personnes se trouvant dans la petite pièce. Alors Liam fit un petit sourire à Anna, le plus tendre des sourires qu’on pouvait voir sur cette planète.

« Salut, toi.
- Liam… Je…
- Je sais, je ne devais pas rentrer maintenant. Mais, Anna, je ne pouvais plus attendre une seule journée là-bas sans faire ça. »

Il parcourut rapidement les quelques mètres qui le séparait de la jeune femme. En ce moment même, tout ce qui pouvait se situer autour de lui avait disparu. Minah, la voyante, la fête du village au dehors et les problèmes laissés à l’armée. Tout, absolument tout avait été avalé par ce sentiment plus fort que tout qui envahissait Liam en ce moment même: l’amour qu’il éprouvait pour Anna. Il y aurait pu y avoir la pire catastrophe naturelle juste à ses pieds qu’il n’y aurait même pas prêté attention. La seule chose que son corps était capable de faire en ce moment, ce fut de mettre un genoux à terre lors qu’il arriva devant Anna, qui s’était tournée sur sa chaise pour lui faire face. Et alors qu’elle portait une main à sa bouche pour montrer la surprise de sa compréhension, Liam ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire. Il avait réussi une partie de sa mission du jour, en tous cas. La surprise pour Anna était complète, et ça lui fit encore un peu plus de baume au coeur de la voir ainsi. Prenant une petite inspiration pour le discours qu’il s’apprêtait à faire, il ne mit pas longtemps avant de prendre la parole.

« S’il y a bien une chose que je ne regrette pas dans ma vie, Anna, c’est ce jour où je suis venu te parler. Je crois que, dès cet instant, sans m’en rendre compte je suis tombé amoureux de toi. Et depuis ce jour, je me suis fait la promesse de passer mes journées à tes côtés, juste pour pouvoir voir ton visage d’ange, entendre ton rire si doux. Plus tard j’ai compris aussi ô combien tes lèvres étaient douces et si agréables à embrasser. Mais ce n’est pas pour tes lèvres que je suis ici aujourd’hui, Anna. C’est pour toi. Je t’aime depuis que nos regards se sont croisés, et je sais d’avance que je t’aimerai même après la mort. Tu es le soleil de ma vie, la personne qui fait qu’elle vaut la peine d’être vécue pleinement. Alors oui je sais que mon métier ne nous permet pas d’être longtemps et souvent tous les deux, mais s’il le fallait je quitterai tout pour pouvoir te prendre dans mes bras dès que tu te sens mal, quand tu as peur ou que tu veux être rassurée. Je ferai mon possible pour pouvoir soigner tes plaies, arrêter tes chagrins et t’aider dans la souffrance. Je ferai tout pour qu’un sourire soit en permanence accrocher à ton si beau visage, pour que tu puisses être heureuse jour et nuit et que tu sois comblée par la vie. J’irai même jusque décrocher la lune et chaque étoile une par une si c’est ce qui te rendrait heureuse. Mais pour que ce soit possible, pour que je puisse faire tout ça, je ne vois pas d’autre chose que de faire ça. »

Alors qu’il essayait de contrôler l’émotion qui montait en lui, et en essayant de ne pas directement prendre dans ses bras Anna qui lui avait manqué pendant tout ce temps avant la fin de son discours, il sortit de nouveau l’écrin de sa poche. Cette fois ci, il allait pouvoir l’ouvrir. Cette fois ci, il allait enfin savoir ce que Anna avait comme avenir en tête pour eux deux. Même si, en temps normal, lorsqu’on lui demandait s’il pensait obtenir une réponse positive de la part de la jeune femme, il optait plutôt pour du positif, toute cette assurance s’était envolée de son corps en ce moment même. Et il devait se faire violence aussi pour ne pas avoir les mains qui tremblent. Ne lâchant toujours pas le regard d’Anna, il ouvrit l’écrin qui contenait une bague. Simple, ornée d’un beau damant, en argent. Elle était à l’image de leur amour, simple et pur à la fois.

« Je te promets, Anna, de rester à tes côtés jusqu’à la fin de nos jours. Je te promets de t’aimer tant que mon coeur sera assez vaillant pour le faire. Je te promets que tu pourras toujours compter sur moi, que je serai toujours là quand tu auras besoin de quelqu’un. *petite pause* Mademoiselle Joyce, voudriez vous me faire l’extrême d’honneur d’accepter de devenir ma femme ? »

Il y eut quelques secondes de silence dans la pièce. Pas longues, mais c’est le genre de secondes qui vous paraît pourtant durer une éternité. Heureusement pour le coeur de Liam qui avait du mal à rester dans sa poitrine plus longtemps, tellement l’amour qu’il éprouvait pour Anna était fort, cette dernière ne mit pas longtemps avant d’hocher la tête, laissant les larmes retenues couler. Elle se jeta par la suite dans les bras de Liam, qui l’attrapant comme si sa vie en dépendait, versa quelques larmes à son tour. La chose qu’il attendait depuis tout ce temps, dont il rêvait la nuit, venait de se réaliser. Anna, la femme de sa vie, celle qu’il aimait plus que tout, venait d’accepter de l’épouser. Il n’aurait pas pu être plus heureux qu’en ce moment même. C’était comme s’il avait réussi à capter toute la joie des personnes sur terre pour la ressentir d’un seul coup. Comme s’il avait l’impression qu’il pourrait mourir maintenant, il mourrait heureux de s’être fiancé à une créature aussi belle que pouvait l’être Anna. Tenant toujours la jeune femme d’un bras contre lui, il vint, de son autre main maintenant libérée, caresser affectueusement le visage de sa compagne. Avant de venir doucement déposer ses lèvres sur les siens. Le baiser de la promesse. Le baiser qui unifiait, une fois de plus, l’amour de Liam à celui d’Anna. Il aurait pu rester des heures comme ça, accroché à elle, ses lèvres posées sur les siennes. Il se trouvait dans le meilleur endroit du monde. Et il était le plus heureux des hommes. Il y a des moments, des instants dans nos vies qu’on se rappelle plus facilement que d’autres. Ce moment là, il en était certain, resterait à jamais gravé dans la mémoire de Liam.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Surprise spéciale pour un jour spécial - It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do. Hey baby, I think I wanna marry you - Liana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un jour spécial pour quelqu'un de spécial
» Mairie de Beziers, Xavtheone
» OFFER SPÉCIALE !!!!!!! pour joueur d'hockey
» Logan • « Dans la vie j'aime deux choses la rose et toi, la rose pour un jour et toi pour toujours. »
» [RU] Conseils pour un staller spécial?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Please Read Carefully :: 
Prenez un marque-page
 :: Un coup de baguette magique :: RP archivés
-