AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 How did we get here ? I used to know you so well... - Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je m'appelle...
Liam O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 209
❖ POINTS : 290

MessageSujet: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Mar 21 Avr - 19:49


Liam O'Connell
Une jolie phrase
Nom ➸ O'Connell Prénom ➸ Liam Age ➸ 30 ans Date de naissance ➸ 30 mai 1985 Lieu de naissance ➸ Stairway Métier ➸ Militaire Statut civil ➸ Marié... Même si sa femme ne sait plus qu'ils le sont Caractère ➸ Liam est une personne calme, posée, que vous ne verrez jamais déclencher une bagarre. Depuis qu'il était petit, c'était comme ça. Il en faut beaucoup pour le faire sortir de ses gonds. Ce n'est pas non plus le genre de personne à s'exposer aux yeux du monde, à vouloir être le centre de l'intérêt, c'est même plutôt le contraire, il est très discret et observe beaucoup. Il est très attentionné envers les autres, et surtout envers Anna, depuis qu'il l'a rencontré. Malgré tout, c'est quelqu'un de très sympathique, qui a plutôt la discussion facile. Il adore apprendre de nouvelles choses. Ta plus grande peur ➸ Ne jamais retrouver sa femme comme il l'a toujours connu Ton plus grand désir ➸ Revoir enfin Anna, qu'elle aille mieux et que tout rentre dans l'ordre Groupe ➸ Excalibur Avatar ➸ Colin O'Donoghue

Tell me more...

ɤ Liam a la fâcheuse habitude de passer sa main dans ses cheveux lorsqu'il est stressé et/ou gêné.

ɤ Ses sourcils sont la chose la plus mobile de son visage, ils bougent à chaque nouvelle émotion qu'il peut ressentir.

ɤ Il est très souriant, faisant partie des gens qui pensent qu'un sourire ne coûte rien mais peut apporter beaucoup.

ɤ Contrairement à son frère, c'est un plutôt bon cuisinier. Il a même, pendant une période de sa jeunesse, pris des cours pour pouvoir subvenir à ses besoins et ne pas mentir. Il adore faire des petits plats à Anna.

ɤ C'est un romantique de l'ombre, on va dire. Il n'aime pas forcément faire des grandes surprises extravagantes, en revanche, c'est le pro des petites attentions qui font plaisir et qui touchent.

ɤ Il adore courir. Il fait au moins un jogging par jour, s'il peut faire plus il fera. Plus jeune, il a fait de la boxe.

ɤ Qu'importe où il soit, il emmène toujours au moins un livre avec lui. C'est un grand lecteur, il pourrait passer ses journées à lire touts sortes de bouquins.

ɤ Il porte tous les jours la même montre depuis des années, une jolie montre au bracelet de cuire marron que Anna lui a offert pour son anniversaire, quelques années auparavant.

ɤ Il déteste être en retard.

ɤ Il n'aime pas non plus avoir les mains sales, comble pour un militaire de terrain. Il a toujours un petit pot de gel hydroalcoolique sur lui.

ɤ Parcourir le monde avec Anna, c'est son rêve, depuis cette première soirée où ils se sont vus.

ɤ Ce n'est pas un fan de la technologie, son téléphone date que l'an 2000, et son ordinateur n'est pas dernier cri non plus. Il s'en sert seulement pour envoyer des mails, la plupart du temps.


Behind the Screen.

Pseudo/Prénom + Luleaby Fréquence de connexion + vous savez, par-ci par-là (non en vrai j'ai pas de vie) Comment tu es arrivé ici + c'est mon petit doigt qui m'a dit  Scénario ou PI + scénario
Code:
Colin O'Donoghue [color=firebrick]➸[/color] Liam O'Connell






Dernière édition par Liam O'Connell le Mer 22 Avr - 11:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Liam O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 209
❖ POINTS : 290

MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Mar 21 Avr - 19:49


Il était une fois...
Tell me your secrets and ask me your questions; oh, let's go back to the start.


La chose, le moment qui marqua peut-être le plus l’enfance de Liam fut ce matin là. Pas qu’il comprit exactement ce qui se passa à ce moment là, l’histoire, le contexte, au contraire. Mais c’était cette ambiance, cet air pesant qui régnait dans leur maison. Car même si nous ne sommes pas grands, à cinq ans, le petit garçon a toujours eu cette capacité d’observation. Et puis même, n’importe quelle personne normalement constituée aurait ressenti cette ambiance morbide. Et c’était le cas, il y avait bien eu mort d’homme.
Liam avait tendance à être un lève tard lorsqu’il était petit, les jours de weekend. Il fut donc le dernier à être mis au courant de l’affaire. Sa mère tenait son frère dans ses bras, sur le canapé, lorsqu’il descendit les escaliers, en pyjama. Elle avait les yeux rougis, Neill semblait triste et complètement perdu. Fronçant les sourcils, le petit s’approche de sa famille, et sa mère lui apprend la triste nouvelle. Leur père est parti rejoindre les anges, lui dit sa mère, exactement avec ses termes là. Il regarda alors tour à tour sa mère, puis son frère, encore une fois sa mère et son frère. Des larmes commencent à s’échapper sur ses joues, mais le petit garçon n’aimait déjà pas spécialement s’exposer, exposer ses sentiments, même s’il était encore très jeune à l’époque. Alors, prenant ses jambes à son cou, il remonta dans sa chambre pour pleurer. Il ne sortira pas de sa chambre de la journée, malgré que sa mère essaie en vain de le faire sortir. Son frère lui, le comprenant peut-être plus, le laissera tranquille, ne venant le voir que le soir même, lorsque le choc fut passé pour tous les deux.


« Tu es sur que ça va aller mon chéri ? »

Le petit Liam relève la tête de son coloriage. La voiture à qui il tente de mettre un peu de couleur est presque terminée. On peut apercevoir du rouge, du bleu, et d’autres couleurs joyeuses. Pourtant, on peut aussi apercevoir des petites tâches transparents sur la voiture, gondolant la feuille. Et le petit Liam qui a les yeux gonflés. Dans un costume miniature composé majoritairement de noir, il n’est pas dans son assiette aujourd’hui. Leur maman a dit qu’ils allaient dire au revoir à leur papa, mais il ne comprend pas vraiment car leur papa est déjà parti. Elle leur a dit, quelques jours plus tôt, qu’il était parti rejoindre les anges. Pourquoi devaient ils le voir seulement aujourd’hui pour lui dire au revoir alors ? Surtout que pendant tout le temps qu’il avait passé dans cette église, durant la journée, leur papa n’était jamais venu à leur rencontre. Il n’était pas venu pour qu’ils lui disent au revoir. Sa maman devait s’être trompée alors. Pourtant, plein de personnes avaient pleuré pendant que le monsieur en robe blanche avait parlé. Plein de personnes avaient été tristes. Le petit Liam était complètement perdu. Il voulait simplement pouvoir continuer son coloriage et revoir son papa.
Sa maman s’approcha de lui, elle avait aussi les yeux rougis par les larmes. Elle vint s’asseoir auprès de lui, à même le sol, et lui fit un baiser sur le front.

« Je suis triste, maman, papa n’est pas venu nous dire au revoir aujourd’hui, je croyais qu’il allait venir moi…
- Oh, mon chéri, viens ici… »

Le prenant dans ses bras, le serrant tout fort contre son coeur, la mère de Liam ne put s’empêcher de laisser de nouvelles larmes couler, des larmes que Liam ne pouvait voir d’où il se tenait. Elle caressait délicatement les cheveux de son fils, quand la porte de la chambre s’ouvrit. C’était Neill, qui ne se trouvait pas forcément dans un meilleur état que Liam. Sa maman lui fit signe de venir à son tour vers eux, le prit dans ses bras aussi.

« Vous allez voir, les garçons, maman est là et tout va bien aller maintenant, tout va bien aller… »

Ils restèrent comme ça le reste de la soirée, ne bougeant pas, profitant de leurs proches encore en vie, de l’instant présent, consommant toutes leurs larmes de leurs corps. Le lendemain même, leur mère mit toute en oeuvre pour qu’ils puissent avoir la vie la plus normale possible, en essayant de faire en sorte que cet épisode de leurs vies restent loin dans leurs mémoires.


La tête de Liam vint heurter le sol, le sonnant pendant quelques secondes. Du sang sortait de son nez à présent, il était en sueur, il n’en pouvait plus. Le seul bruit qui parvenait maintenant à ses oreilles, c’était un bourdonnement incessant, assourdissant. Et une voix masculine, lui hurlant littéralement dessus. Les lumières étaient trop fortes, lui brûlant les yeux. Mais il ne faisait pas partie des personnes qui abandonnent aussi vite, qui baissent les bras au première obstacle. Alors, s’appuyant avec le peu de forces qui lui restaient dans les bras, il s’appuya sur ses mains, se relevant aussi vite qu’il le put. Il était complètement groggy, tenait à peine debout et en équilibre, du sang lui coulant sur les lèvres maintenant. Mais il se remit en position, les deux mains reprenant sa garde, ses gants devant les yeux.

Il avait commencé la boxe quelques années auparavant, vers ses douze ans environ. Ce n’était pas quelqu’un de violent, bien au contraire, c’était juste un petit garçon qui avait ressenti un matin le besoin de trouver une passion et un défouloir émotionnel. Car malgré qu’il ait grandi, mûri, et tout ce qui s’en suit, il restait parfois en colère contre pas mal de chose. Sa mère, même s’il aimait, en premier lieux. Elle leur avait caché la vérité sur leur père pendant de nombreuses années, et c’était Neill, en fouinant à droite et à gauche, qui avait fini par la découvrir. Même s’il lui arrivait d’être en colère contre sa mère, il comprenait en revanche pourquoi elle avait agit comme ça. Ils étaient beaucoup trop jeunes, à l’époque, pour savoir, et au fil des années, les semi-mensonges étaient restés au final eux. Neill lui avait toujours du mal à comprendre, à pardonner. Mais ce n’était pas grave, Liam pouvait s’en charger pour eux. Et puis il le devait bien. Une semaine auparavant, il était aller voir le recrutement pour l’armée. Il voulait s’engager pour quelque-chose, faire quelque-chose d’utile dans sa vie. Même s’il adorait apprendre, il n’aimait pas forcément l’université. Il trouvait que les profs conditionnaient trop les élèves et leur empêchaient de rêver comme il se doit. En s’engageant dans l’armée, il allait enfin devenir utile pour la nation.

Après s’être fait mettre encore une fois K.O. par son coach, la séance du jour se finit enfin pour Liam. Se rendant dans les vestiaires, il croisa des amis de la boxe qui s'entraînaient après lui. Un de ceux là, Mark, s’approcha de lui tout sourire.

« Alors, il parait que dans quelques semaines, tu t’envoles pour le camp d'entraînement ? »

Liam sourit à son tour et vint faire un accolade à son ami. Il était content de voir que d’autres personnes le soutenaient dans son choix. Ça n’avait pas été une décision facile à annoncer aux autres. Parce-que la plupart du temps, ils ne comprenaient pas le choix du jeune homme. Lui qui avait toujours été calme, raisonné, le voilà qu’il voulait partit au front. Le pire, ça avait été sa mère. Elle qui tenait tellement à ses deux garçons ne concevait pas l’idée qu’un d’eux puisse s’engager. Neill lui avait choisi un parcours scolaire, il allait faire des études et ne pas risquer sa vie. Elle ne comprenait pas que Liam ne veuille pas faire quelque-chose de similaire.

« Je fais une soirée chez moi ce soir avec des gens de ma promo. Tu devrais venir mec, ce serait cool de boire une dernière fois avec toi, avant qu’on ne te voit plus !
- Sans problèmes, quelle heure ?
- Viens pour neuf heures, bière à volonté ! Je vais à l'entraînement, j’te vois ce soir alors ?
- Ca marche, à ce soir Mark ! »

Le jeune homme parti tout sourire à l'entraînement. C’était vraiment une boule d’énergie, ça avait toujours eu le don d’amuser Liam. Il aimait voir des gens heureux pour peu à longueur de journée. Prenant ses affaires par la suite, il partit en direction des douches communes, où il essaya tant bien que mal d’enlever les traces que son sang avait fait sur son visage et son cou.


C’est ainsi qu’il se retrouva le soir même dans cette maison pleine de gens déjà à moitié saouls, alors que neuf heures trente sonnait à l’horloge de la grande église. Au final, il ne savait pas vraiment pourquoi il avait accepté, il devait à peine connaître une demi-douzaine de personnes présentes à cette soirée. Il avait plus voulu faire plaisir à Mark qu’autre chose, et puis il s’était aussi dit que ça lui ferait du bien de voir du monde et de profiter des plaisirs de la fête avant de partir en camp. D’ailleurs, en parlant du loup, il croisa Mark qui semblait déjà être bien joyeux pour l’heure qu’il était, et il semblait avoir déjà trouvé de la bonne compagnie. Il ne voulait pas le déranger dans sa conquête de la soirée et continua donc d’arpenter le rez-de-chaussée à la recherche de quelque-chose à boire. De la bière, même. Ce n’était pas le genre de personne à boire énormément d’alcool fort, et il ne voulait pas finir mal. L’avantage en revanche, comme ils habitaient qu’à quelques pâtés de maisons l’un de l’autre, il pourrait rentrer à pieds en fin de soirée.
Alors qu’il finit enfin par trouver la ressource centrale de bière, il réussit miraculeusement à trouver un gobelet propre pour pouvoir en prendre un verre. Se servant, et se releva pour parcourir la pièce du regard, essayant de trouver quelqu’un qu’il pourrait connaître... En vain. Toutes les personnes présentes semblaient être des inconnus aux yeux de Liam. Soupirant un peu, il se dit qu’il n’allait vraiment pas rester longtemps à cette soirée.
Son regard tomba alors sur une jeune femme qui semblait être beaucoup plus absorbée par le contenu mystérieux de son verre que par la fête elle-même. Un petit sourire en coin apparu alors sur le visage de Liam. Il n’était donc pas le seul à se demander pourquoi il était là. Traverser la pièce pour rejoindre le canapé où se trouver la jeune femme sans renverser une goutte de son verre fut un exploit. Et il fut aussi chanceux, car la personne qui était assise quelques secondes sur le canapé avait disparu. Il prit alors la place libre, portant toujours son demi-sourire en coin.

« Il semblerait que je ne sois pas le seul à me demander pourquoi je suis encore ici, je me trompe ? »

Et c’est ainsi que leur histoire commença. Au moment même où Liam avait prononcé cette phrase, il n’aurait jamais pensé qu’il allait passé le reste de sa vie avec cette jeune femme. Il s’était juste dit que lui rendre servir en divertissant sa soirée serait autant bénéfique pour la demoiselle que pour lui. Il passèrent donc la soirée à discuter, à apprendre à se connaître un peu. Elle lui parla de sa filière, le droit, de laquelle étaient issus tous les autres de la soirée. Il lui parla de l’armée, des destinations qu’il pourrait voir grace à elle et des autres voyages qu’il comptait entreprendre. Il parlèrent aussi de tout et de rien, et malgré tout le soirée passa rapidement sans qu’ils s’en rendent comptes. A la fin, alors qu’ils commençaient tous les deux à sentir le sommeil venir, Liam raccompagna alors Anna, cette jeune femme, chez elle à pieds, elle n’habitait pas réellement loin de chez Mark. Et puis même, à ce moment là Liam se sentait bien, il appréciait le moment qu’il passait avec Anna et s’il avait fallu qu’il marche pendant plusieurs heures pour la ramener chez elle, il l’aurait fait, pour pouvoir profiter. Ce n’était pas le coup de foudre ni rien, non pas encore à cette époque là. Ils avaient passé une bonne soirée, et ce jour là ça s’arrêta là.


Et ça en resta là même pendant quelques temps. Les deux jeunes gens se revirent rapidement, ayant réellement chacun apprécié leur rencontre de la vieille. Ils commencèrent à passer beaucoup de temps ensemble. Anna continuait ses études de droit, Liam lui avait de temps à autres des entraînements de plusieurs semaines sur le territoire ou à l’étranger. Lorsqu’il n’était pas en formation, il occupait un petit poste de vendeur dans une petite boutique de livres de la ville. Et pendant ces périodes où il était à Stairway, Anna et lui passait le plus clair de leur temps libre ensemble. Parfois même, il aidait la jeune femme à réviser ses cours - et était bien content de ne pas avoir choisi cette filière, c’était mal de crâne assuré à chaque fois qu’il ouvrait un livre de cours d’Anna. De là, ils s’auto-proclamaient meilleurs amis.
Cependant, les gens qui pouvaient les voir n’y croyaient juste pas. Ils passaient tout leur temps ensemble comme un couple, se chamaillaient comme un couple, et ça leur arrivait même parfois d’être à deux doigts de s’embrasser comme un couple. Cependant, n’étant pas en couple, ils avaient chacun de leur côté leurs petites aventures. Et bien sur, tels les deux renieurs de sentiments qu’ils étaient, ils ne pouvaient s’empêcher d’être jaloux lorsque l’autre été en couple. Ca n’arriva pas tant que ça pendant les deux ans où leur relation n’avança pas, mais assez pour déclencher de la jalousie quand même.


Adossé au mur en face d’une porte d'amphithéâtre, Liam attendait patiemment la fin du cours qui avait lieu à l’intérieur. Il savait qu’Anna allait en sortir d’une minute à l’autre. En revanche, elle, ne savait pas que Liam se tenait ici. Il avait juste eu le temps de replacer sa tenue de futur militaire diplômé contre un jeans et un polo depuis qu’il était rentré de son camp une heure à peine plus tôt. Et puis, il se dit que ça lui ferait une bonne surprise à Anna s’il ne s’annonçait pas avant d’arriver. Ça faisait quatre mois qu’il était parti, qu’ils communiquaient uniquement de temps à autres par téléphone. Pourtant, il avait l’impression que ça faisait des années qu’il n’avait pas remis les pieds à Stairway. Il ne savait pas si c’était les entraînements de l’armée qui le changeaient ou si c’était la ville ici qui avait changé, mais il avait l’impression en tous cas, en attendant ici, devant cette porte, que quelque-chose avait changé. Ou allait changer, il ne savait trop dire.
Alors, les portes s’ouvrirent. Se redressant légèrement, jouant un peu nerveusement avec ses mains, toujours ne sachant pour quoi, les élèves commencèrent à sortir de l’amphithéâtre. Être plutôt grand était à son avantage aujourd’hui, car il y avait foule, et il voulait être sur de voir arriver Anna. Ça aurait été dommage de se dépêcher pour venir ici et être à l’heure pour la sortie des cours si c’était pour louper la sortie d’Anna. Mais heureusement pour lui, il arriverait même à la reconnaître dans le noir, en étant aveugle, devant un mur, au fond d’une grotte… Bref, vous avait compris l’idée. A ce moment là, la jeune femme sortie de l’amphithéâtre, les bras chargés de livres, de papiers, de plein de choses en rapport avec ses cours. Elle semblait un peu peiner avec ses bras qui semblaient si fragiles aux yeux de Liam. Un petit sourire doux s’étira sur son visage, et il parcourut en quelques enjambées la distance qui les séparaient.

« Besoin d’un coup de main, mademoiselle ?
- Li… Liam ? »

Alors le visage de la jeune fille se releva vers lui, et un sourire l’illumina. Il semblait à Liam qu’il n’avait jamais rien vu d’aussi beau. Elle lâcha alors tout ce qu’elle avait dans les bras pour sauter dans les siens, poussant même un petit cri de joie. Riant, Liam la rattrapa, la serrant à son tour. Il avait pensé à ce moment là durant les quatre derniers mois écoulés, et il était soulagé qu’il arrive enfin. Reposant la demoiselle sur le sol, il se pencha de suite pour ramasser les affaires qu’elle avait laissé tomber. Il les regroupa et les pris dans ses bras à lui par la suite, ne voulant pas laisser Anna tout porter.

« Je suis grande Liam tu sais, je peux porter mes affaires.
- J’aurai trop peur que tu meurs sous leur poids. Allez viens, je t’emmène manger un burger. Ça fait quatre mois que j’en ai pas mangé, ça m’a manqué ! »

Passant son bras libre par dessus les épaules de la demoiselle, il lui fit un baiser sur le haut du crâne. Il commença alors à prendre la direction des ascenseurs du fond du couloir. Étonnement, la plupart des gens préféraient prendre les escaliers, pour aller plus vite. Dans cette école, ils n'étaient pas aussi fainéants que dans le reste du monde. Liam était plutôt du genre à prendre les escaliers en temps normal, mais aujourd'hui avec les cours d'Anna dans les bras - il se demandait encore comment elle arrivait à soulève tout ça toute seule - et la fatigue des quatre mois d'entraînements intenses, il s'autorisait un peu de flemmardise. Une jeune femme leur retint les portes de l'ascenseur, qui contenait déjà quelques élèves. Liam la remercia d'un hochement de tête, et l'ascenseur commença à descendre du troisième étage. Il s'appuya le dos contre l'une des parois de la boite descendante, attendant d'arriver en bas. Il n'avait pas lâché Anna depuis qu'il l'avait rejoint quelques instants plutôt. Les autres élèves descendirent au deuxième étage, laissant les deux jeunes gens finir leur descente à deux. Liam appuya sur le bouton du rez de chaussée, afin qu'ils puissent retourner au parking.

Et alors qu'ils amorceraient la dernière partie de la descente, la lumière de l'ascenseur commença à clignoter et à faire un drôle de bruit. Des grincements se firent entendre à l'extérieur de la cabine. Et puis il y eut une secousse, assez violente pour que Liam eut à retenir Anna par le bras. L'électricité se coupa par la suite, les plongeant dans le noir complet.

« Merde... »

Ça avait échappé à Liam, lui qui n'était pas particulièrement grossier, là il comprenait que c'était plutôt mauvais signe. Posant les affaires d'Anna à terre, en tentant de ne pas trop en renverser non plus, il s'avança à tâton vers les portes et le clavier des boutons d'étage. Il tenta de trouver le bouton d'appel, sans grand succès, rien n'y faisait il pouvait appuyer sur tout ce qu'il voulait.

« On est coincés pour de bon, c'est ça ? »

C'était la voix d'Anna qui s'élevait dans l'obscurité. Liam soupira. Il avait pas prévu ni espéré passer son retour en permission dans un ascenseur.

« J'ai bien l'impression oui... Et dire que je rêvais un burger ! Aller, tends ta main que je revienne vers toi. »

Ils eurent tous les deux un petit rire puis Liam rejoignit Anna. Ils s'assirent sur le sol, l'un à côté de autre. La jeune femme posa sa tête sur l'épaule de Liam. Et ils restèrent comme ça pendant un moment, en silence sans rien dire. Comme s'ils réfléchissaient à la situation merdique dans laquelle ils étaient. A un moment, Anna sortit son téléphone de sa poche - pas de réseau, évidement - et ils commencèrent à jouer à des jeux qu'elle avait téléchargé. Ils finirent par se concentrer sur Candy-Crush, essayant de passer les niveaux qu'Anna n'avait pas eu le temps de faire jusque là.

Ils restèrent pendant ce qui leur semblèrent une éternité. Le noir les avait englouti, seule la petite lumière de secours dans un coin éclairant la boite d'acier, mais ils n'étaient pas si mal, ici. Ils étaient au moins tous les deux, c'était déjà beaucoup. Au final, à force de jouer, c'est la batterie du téléphone d'Anna qui eut raison d'eux. Plus de deux heures c'étaient écoulées, et il semblait que personne ne ce soit soucié de savoir si des personnes pouvaient être coincées dans ce fichu ascenseur. Il était pas loin de vingt et une heures, la nuit devait déjà être tombée depuis longtemps. Anna commençait à avoir froid, Liam aussi mais il ne disait rien et essayait de le montrer le moins possible. Cependant, il ne supportait pas voir la jeune femme dans cet état, et il se maudit de ne pas avoir pris de veste, l'ayant laissé dans sa voiture. Il passa alors un bras sous les jambes d'Anna pour pouvoir la soulever et la poser sur les siennes, étant assis en tailleur. Ainsi, elle pouvait maintenant se blottir dans ses bras, lui pouvait lui frictionner le dos pour tenter de lui apporter un peu de chaleur.

« Les secours seront bientôt là, Anna, ça va aller tu verras...
- T-t-t... Tu es sûr, Li-liam ? »

Il parlait d'une voix douce, rassurante, ne voulant pas qu'Anna perde ses moyens à cause du froid. Parce-qu'elle commençait à vraiment être gelée. L'électricité se trouvant en manque dans cette région de l'école, le chauffage avait du être coupé par la même occasion. Pas forcément génial pour un mois de Novembre... Quelle idée avait-il eu de venir seulement en polo ! C'est sur qu'il faisait plus chaud au Texas, sur le camp d’entraînement.
La jeune femme leva alors le regard vers lui, cherchant sûrement du réconfort dans celui du jeune homme. Mais la seule chose que Liam put voir, c'était à quel point elle était belle. Certes, il l'avait déjà remarqué à plusieurs reprises, après tout ils se côtoyaient extrêmement régulièrement depuis deux bonnes années maintenant. Mais à ce moment là, éclairée par cette faible luminosité, et peut-être aussi dû à sa fragilité qu'elle présentait en ce moment même à cause du froid, elle était d'autant plus belle. Une poupée, une princesse, et il ressentait le besoin en ce moment même de la chérir et la protéger coûte que coûte, contre vents et marrées. C'était un désir, voire même un besoin urgent, qui émergeait dans son corps, dans son cœur, comme s'il devait la garder à tout jamais contre lui pour être sûr qu'elle soit toujours en sécurité. Alors, hésitant pendant encore quelques secondes, il se laissa aller à la chose qui lui semblait être la plus normale à cette instant: penchant la tête, il alla déposer ses lèvres délicatement sur celles de la jeune femme. Un baiser, simple, doux, fragile, mais qui semblait signifier tant de choses pourtant. Un baiser qui fit redresser tout les poils du corps de Liam, tellement il avait une puissance presque magique. Et pendant l'espace d'un instant, il se demanda si Anna n'allait pas l'envoyer bouler, le traitant de fou, de traître, se demandant pourquoi il avait osé faire ça. Mais elle ne fit rien de ça. Au contraire, il sentit ses lèvres répondre au baiser qu'il venait d'initier. Il prit alors son visage délicat entre ses mains, caressant tendrement les joues de la jeune femme du bout de ses pouces. C'était comme si toutes les choses des dernières années rentraient dans l'ordre, comme si c'était normal qu'ils en arrivent là. Peut-être pas dans un ascenseur, mais qu'importe pour le moment, Liam savait qu'il ne regretterait jamais le geste qu'il venait de faire.
Ils restèrent ensuite collés comme ça, les lèvres scellées et leurs baisers seulement interrompus de temps à autres pour reprendre leur souffle, pour se jeter des regards complices ou pour se faire un petit sourire tendre. C'est seulement lorsqu'un grincement se fit entendre, provenant du haut de la cabine qu'ils se détachèrent enfin, légèrement gênés comme des collégiens amoureux, qu'Anna finit par se relever des jambes de Liam. Un pompier ouvrit alors la trappe du plafond de l'ascenseur, une lampe torche dans la main. Un sourire se dessina sur les visages des deux jeunes gens : ils allaient enfin pouvoir rentrer tranquillement chez eux.


Debout devant les plaques de cuisson, Liam versa un filet d'huile d'olive dans la poêle qui commençait doucement à chauffer sur le gaz. Il versa par la suite les morceaux de blanc de poulet, l'oignon et les poivrons dans cette même poêle, lorsqu'il entendit la clef tourner dans la serrure de son appartement. Il ne s'inquiéta même pas, c'était forcément Anna qui venait le voir, elle était la seule, avec Neill, à posséder une clef de son appartement, et Neill ne venait jamais à l'improviste. En revanche, Anna elle, était attendue ce soir. Et elle était censée lui apporter une bonne nouvelle. La semaine passée, ils avaient fait un nouveau pas d'avancement dans leur couple, et avaient décidé de s'installer ensemble – dans l'appartement de Liam, Anna habitant encore chez ses parents sinon. Bien-sûr, c'était une décision mûrement réfléchie et qui n'était pas prise au hasard ou sur un coup de tête, ils étaient maintenant en couple depuis quatre ans. Cependant, Liam savait qu'Anna allait devoir affronter ses parents pour qu'une telle décision soit réellement acquise. N'ayant pas fini ses études, elle dépendait d'eux financièrement, et c'était normal qu'elle reste avec eux. Mais maintenant, elle était dans sa dernière année d'étude et elle voulait mettre sa vie de couple en avant. Liam ne s'en plaignait pas. De son côté, il était maintenant soldat, ayant réussi brillamment sa formation. Bien sur, cela impliquait qu'il devait partir de temps à autres pour des missions, mais Anna comprenait parfaitement ce qu'impliquait son métier, et il comprenait totalement aussi en contre partie qu'elle passe autant de temps la tête dans les bouquins pour ses études. Ils avaient trouvé un bon équilibre entre eux, qu'ils maintenaient et qui fonctionnait depuis qu'ils se connaissaient.

« J'espère que tu as faim, je teste une nouvelle recette, tu me dir... »

Il se retourna tout en parlant, et s'il ne finit pas sa phrase c'était à cause de la tête de dix pieds de long que pouvait avoir Anna. Baissant le feu et posant sa cuillère en bois, il se dirigea directement vers la jeune femme. Elle se tenait sur le pas de la porte de Liam, une grosse valise et un carton à la main, le teint pâle et les yeux tristes. Il lui prit son carton pour le poser sur le meuble situé à côté de la porte, venant prendre ensuite son visage dans ses mains pour plonger ses yeux bleus dans ceux de sa copine. Il essayait de comprendre pourquoi elle était comme ça, mais c'était comme si elle était absente.

« Anna, ma puce, qu'est-ce qu'il y a, parles moi...
- Ils ont dit non, ils ne veulent pas, ils ont dit qu'ils... Qu'ils arrêteraient... Mais je... Je n'étais pas d'accord avec eux, moi, alors... Je suis partie... Comment je vais faire pour payer mon année maintenant ?.. »

La voix de la jeune femme mourut sur ses dernières paroles, alors que quelques larmes venaient couler sur ses joues rosies par le vent qui soufflait dehors. Fermant les yeux quelques instants et soupirant, Liam vint déposer un baiser tendre sur les lèvres de la jeune femme avant de la prendre dans ses bras. Il savait que les négociations avec ses beaux-parents n'aillaient pas être faciles, mais de là à ce qu'ils coupent quasiment, voire même totalement il ne savait pas encore, les vivres de leur fille, c'était cruel. C'était même véritablement méchant. Tout ça parce-que, selon leurs critères, Liam n'était pas comme il le faut. Il ne faisait pas un métier honorable selon eux.
Se reculant, il prit d'une main la valise de la jeune femme, de l'autre se main, et la fit entrer doucement en la tirant par le bras dans l'appartement. Il ferma la porte derrière elle, et revint se positionner devant elle, afin de lui parler en la regardant dans les yeux, il voulait avoir son attention complète, il voulait aussi apaiser ses doutes et ses craintes, car elle n'avait pas le droit d'être traitée de la sorte, elle était un trop beau trésor pour que ses parents agissent de la sorte.

« Tu n'as pas à t'en faire, Anna, je suis là pour toi moi tu sais. On va se débrouiller, tous les deux. Tu n'as pas à t'inquiéter pour tout ça, je suis là moi. »

Rattrapant délicatement une dernière larme qui s'échappa sur sa joue du bout du doigt, il lui sourit, d'un de ces sourires tous tendres et qui laissait apercevoir un bel avenir à deux. Il ferait, à partir de ce jour, le bien-être de la jeune femme son unique priorité, de façons à ce qu'elle puisse avoir le futur pour lequel elle travaillait avant tant d'acharnement et d'envie depuis des années. De toutes manières, elle ne pouvait pas abandonner maintenant, pas après tout ce chemin parcouru, il était hors de question.


Ajustant sa cravate rouge face au miroir, Liam était tout sourire. Aujourd'hui allait être le plus beau jour de sa vie. Aujourd'hui, il allait faire quelque-chose qui le remplissait d'une joie immense, tellement grande qu'il se demandait si un seul homme avait le droit à autant de bonheur d'un coup ou si c'était égoïste. Aujourd'hui, il allait épouser Anna, la magnifique Anna, celle pour qui son cœur battait un peu plus fort quand il la voyait.
Neill, son frère, entra à ce moment là dans la pièce. A part la cravate qui était rouge pour Liam et blanche pour Neill, ils avaient les mêmes costumes. Ça les amusait de faire ça. Les invités allaient avoir l'impression d'avoir un peu trop forcé sur l'alcool en voyant que le marié se dédouble. Alors qu'en fait, il n'en serait rien. Neill et Liam étaient juste jumeaux. Ils ne jouaient pas souvent là dessus, mais aujourd'hui, si Neill pouvait remercier quelques personnes à la place de Liam, ça le soulagerait et il pourrait peut-être s'octroyer une danse de plus avec sa femme.

« Va falloir y aller Liam. Enfin à moins que tu aies des doutes et que tu veuilles partir en courant maintenant. Ma voiture est garée juste devant, prête à partir au cas où.
- Oh non, crois moi, c'est vraiment la dernière des choses que j'aurai envie de faire. »

Se retournant pour faire face à son frère, Liam souriait de plus en plus. Un enfant le matin de Noël. Il avança alors vers son frère et le prit dans ses bras. Ce n'était pas dans leurs habitudes, mais aujourd'hui était un jour spécial. Le jour où Liam épousait Anna, sa princesse à lui.

« Aller viens petit frère, ils vont croire que je t'ai kidnappé sinon. Anna me tuerait.
- T'es bête, tu sais ? Et je ne suis pas ton si petit frère que ça tu sais. T'as juste été le plus rapide ! »

Se reculant de son frère, il le tapa légèrement sur l'épaule, riant. Ils prirent tous les deux la direction de l'autel, endroit près duquel Liam allait attendre que la plus belle des femmes à ses yeux entre dans l'église, remonte l'allée jusqu'à lui et vienne allier son destin, son avenir, son futur, au sien.


« J'ai une bonne nouvelle ma puce. Pour fêter nos un an de mariage ensemble, ils m'ont donné un permission. Je rentre dans trois semaines. »

Liam savait qu'il n'aurait pas forcément du annoncer une telle nouvelle alors qu'Anna était au volant. Bien sur, elle n'avait pas le téléphone directement sur l'oreille, elle avait mis le système Bluetooth en fonctionnement. Mais il ne pouvait pas attendre qu'elle soit rentrée, il n'avait plus beaucoup de temps de pause avant de reprendre l’entraînement, et il ne voulait plus attendre avant de lui annoncer. Il était parti depuis six mois maintenant. Enfin, ça allait faire six mois dans trois semaines qu'il n'était pas rentré chez lui. Anna lui manquait plus que tout. Savoir qu'il laissait tant de temps seule l'amour de sa vie ne le mettait jamais en joie, mais il n'avait pas le choix de toutes manières. Il avait maintenant hâte de pouvoir demander sa retraite pour rentrer auprès de sa femme et prendre réellement soin d'elle.

« C'est super mon amour. J'ai hâte que tu arrives !
- Moi aussi, aller raconte moi un peu l'affaire sur laquelle tu travailles.
- Et bien il s'agit d'une histoire de... Oh mon Dieu ! »

Ce « Oh mon Dieu ! » ne sonna pas du tout bien aux oreilles de Liam. Vraiment pas bien. Ce qui sonna encore moins bien, c'est les bruits de klaxon, de tôle et puis le silence, la fameuse tonalité qui annonçait qu'un appel était fini. La situation qui venait de se passer, le cerveau de Liam n'arrivait pas à l'analyser. Il ne comprenait absolument pas, tout simplement. Une seconde plus tôt, il parlait retrouvailles avec Anna. La seconde d'après, elle parlait d'une voix paniquée et la communication se coupait. Décollant lentement le combiné de son oreille, il l'apporta devant ses yeux.

« Qu'est-ce que... »

Alors, son cerveau sembla se remettre en marche. Les connexions commençaient à refaire leur job correctement et les informations circulaient de nouveau dans la matière grise du jeune homme. Il reprit alors rageusement la téléphone et appela directement l'hôpital de Stairway. Il commençait à sentir le stress monter en lui, la peur, la panique. Plein de sentiments qu'il savait gérer en temps de crise militaire. Mais il n'était pas habitué à devoir les gérer pour une crise dans sa vie personnelle. Et plus les secondes passaient, plus il comprenait que sa femme pouvait être en grand danger à l'heure qu'il était. Une voix féminine finit par lui répondre au téléphone.

« Hôpital Central de Stairway j'écoute ?
- Il, il y a du y avoir un accident sur la route menant de l'école de droit au centre ville. Une jeune femme y est impliquée, c'est, elle s'appelle Anna O'Connell. Vingt-six ans, groupe sanguin O négatif. S'il vous plait, faites ce que vous pouvez au plus rapide, et rappelez moi à ce numéro quand vous avez des nouvelles... Je peux compter sur vous ?
- Oui oui monsieur... Comment ? Que je puisse demander à vous avoir quand je rappellerai.
- Demandez le Sergent O'Connell madame, merci. »

Raccrochant le combiné, les mains de Liam tremblaient comme des feuilles. Il ne se sentait pas du tout bien, et ne savait même pas comment il avait fait pour avoir autant d'assurance au téléphone avec la dame qui lui avait répondu. Il savait juste qu'il devait donner assez d'informations, et rapidement, pour sauver – si elle était en jeu – la vie d'Anna au plus vite. Après ça, il alla directement dans la salle de bain qui juxtaposait la pièce dans laquelle il se tenait quelques secondes plus tôt. Il alla se passer le visage sous l'eau, toujours sous le choc. Il n'arrivait pas à réaliser ce qu'il venait d'expliquer au téléphone. S'il avait réellement bien compris ce qu'il avait entendu, Anna venait d'avoir un accident de voiture. Et Liam savait combien les accidents de voitures pouvaient être meurtriers. Il lui arrivait parfois d'en voir se passer sous ses yeux, dans les pays et quartiers difficiles, où les règlements de comptes impliquaient parfois des morts.
Relevant la tête, il put voir son reflet dans le miroir. Il était tout blanc, les yeux perdus dans le vague. Il ne pouvait pas rester là, ce n'était pas possible. Il fallait que cette dame le rappelle pour lui dire qu'il s'était trompé, qu'il y avait juste eu une coupure au niveau du réseau et des interférences. Après tout, l’Afghanistan, ce n'était pas la prote d'à côté, il pouvait se passer n'importe quoi au niveau des transferts d'ondes. Liam se dit alors qu'il se devait de commencer à plier bagages. Il se devait de rentrer, d'aller s'assurer que sa femme allait bien, que ses jours n'étaient pas en danger. Il allait faire ça en attendant le nouveau coup de fil de la femme, ça lui occuperait les mains à défaut de lui occuper l'esprit comme ça. Prenant la direction des chambres d'un pas vif, il croisa son supérieur sur le chemin qui le regarda d'un drôle d'oeil.

« O'Connell, vous allez bien ? Vous êtes tout pâle. »

Contrairement à son attitude irréprochable habituelle, il ne répondit pas au militaire, traçant en direction de son lit et de son sac. Il commença à vider rapidement tous ses effets personnels dans le sac de toile, ne prenant même pas la peine de tout ranger correctement et à sa place comme ils apprenaient à le faire. Il devait aller au plus vite pour l'instant. Il devait rentrer au près d'Anna.

« Sergent, votre supérieur vous parle. Vous êtes sourd ? »

Le ton était monté, mais Liam n'en tenait toujours pas comptes. Fermant son sac et le mettant sur son épaule, il salua son supérieur avant de retourner dans la salle du téléphone, pour attendre que l'hôpital prenne le temps de le rappeler.
Sauf que ce moment là n'arriva pas, jamais. Il ne put rester seulement que quelques minutes devant ce téléphone avant que son supérieur ne l'affronte directement et lui fasse comprendre, après que Liam lui ait expliqué la situation, qu'il devait rester sur place, au camp, tant qu'ils n'auraient pas plus de nouvelles. Et que s'ils en avaient pas, la permission ne serait en aucun cas avancée, qu'il devrait attendre que ses trois semaines de service se finissent comme tout le monde.
Malheureusement pour lui, il finit par les attendre, sans nouvelles de la part de personne en Irlande. Il n'en savait pas plus sur l'état de sa femme, si ça avait été une fausse alerte ou non, si elle était toujours en vie, entre la vie et la mort... Ou pire, morte déjà. Il était seulement dans l'ignorance et la peur la plus totale.






Dernière édition par Liam O'Connell le Mar 28 Avr - 0:00, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Les Leprechauns
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 164
❖ POINTS : 67

MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Mar 21 Avr - 19:51

Contente de te voir craquer encore avec nous
T'as fait le bon choix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleasereadcarefully.forumactif.org
avatar
Je m'appelle...
Neill O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 71
❖ POINTS : 257

MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Mar 21 Avr - 19:53

T'as copier ma tête. Je vais le dire à maman ! xD
Bienvenue à toi, double de moi. Amuses toi, au milieu d'un frère à la limite de la dépression, d'une femme amnésique et d'une belle sœur dans le coma.

_________________
I have belonged to you completely.
I still do. If you want me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Anna Joyce-O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 299
❖ POINTS : 365

MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Mar 21 Avr - 19:57

Mon mariiiii d'amour

_________________

Home is wherever I'm with you.
When my hair's all but gone and my memory fades and the crowds don't remember my name. When my hands don't play the strings the same way. I know you will still love me the same. Ed Sheeran ©️ by Sun  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Liam O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 209
❖ POINTS : 290

MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Mer 22 Avr - 14:24

Non mais oui, précise bien le ENCORE, vous me faites devenir vraiment schizophrène.

Bro': ce qui est bien, c'est que ça donne envie de faire partie de la famille cette introduction, héhé.

Anna, sweet heart:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Anna Joyce-O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 299
❖ POINTS : 365

MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Dim 26 Avr - 22:19

Non mais ce Liam quoi Je suis amoureuse


Tu es validé(e) !

Tu fais désormais officiellement partie de la communauté PRC. Félicitations ! Afin que tu ne te sentes pas totalement perdu désormais, voici quelques petites indications sur la marche à suivre à présent. Tout d'abord, afin de réserver officiellement ta bouille rien qu'a toi, il te faut passer par le bottin. Une fois ceci fait, penses à aller demander un logement et à aller faire recenser ton métier. Si tu veux te faire des amis en ville, nous te conseillons d'aller créer ta fiche de liens. Le flood t'es aussi désormais accessible et plus important ... tu peux maintenant commencer à RP. Si besoin, nous t'offrons la possibilité de te créer quelques scénarios pour trouver pantoufle à ton pied.

Il ne nous reste plus qu'a te souhaiter de passer de bons moments en notre compagnie. Amuses-toi bien !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Liam O'Connell
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 209
❖ POINTS : 290

MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   Dim 26 Avr - 23:43

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle...
Contenu sponsorisé
et voici mon histoire !


MessageSujet: Re: How did we get here ? I used to know you so well... - Liam   

Revenir en haut Aller en bas
 

How did we get here ? I used to know you so well... - Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lilyanna Vanberg
» Who run the World (girls)
» Kaysa's Links
» Liam [Vagabonde]
» Ethan dégage, voici Liam, pour votre plus grand plaisir ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Please Read Carefully :: 
Le début du conte
 :: Les pages blanches :: Happy ending
-