AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je m'appelle...
Lincoln Andrews
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 18
❖ POINTS : 72

MessageSujet: Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon   Sam 15 Aoû - 17:50



Tu n'es plus là où tu étais,
mais tu es partout où je suis.

Voilà trois mois que j'avais tout plaqué pour venir ici à Stairway, je devais retrouver Avalon, je devais la revoir, lui dire combien je l'aimais, combien s'était elle et pas une autre que je voulais dans ma vie. Je l'avais vu à plusieurs reprise, malheureusement pour le moment nous en étions à nous faire du mal, à nous déchirer et elle me repoussait un peu plus brusquement à chaque fois. Pourtant, je ne baissais pas les bras, je la couvrais de petite attention, je me montrais présent sans être envahissant et j'espérais toujours qu'elle comprenne que nous étions fait l'un pour l'autre, avec ou sans enfants, elle était la femme de ma vie. Du moins ça s'était mon discours jusqu'à il y a quelques jours, je l'aimais toujours autant, malheureusement, une date fatidique me vidais la tête, je ne dormais pas depuis quatre jours, je délaissais mon travail également et je passais plus de temps à boire qu'a faire autre chose. J'étais assis dans mon fauteuil, la bouteille de whisky que j'avais entamé dans la nuit était presque vide, les yeux dans le vide, ils étaient rouge, avec de grande cernes, mais surtout il reflétais ce que je vivais depuis quatre jours, la mort de ma famille il y a maintenant 23 ans. Pendant 10 ans cela avait été difficile de vivre ces journées, cette date qui me hantait tant, mais j'avais Avalon près de moi, sa présence suffisait à garder mes démons loin de moi. Elle m'avait quitté cependant et mes démons se faisaient un malin plaisir de venir me tourmenter. Je bus une longue gorgée avant de me rendre compte que je venais de terminer la bouteille.

c'est difficilement que je quittais mon fauteuil, je n'étais pas très stable sur mes jambes et je me disais je devais être au delà des limites pour le taux d'alcool autorisé. Pourtant je ne comptais certainement pas m'arrêter là, je comptais bien boire jusqu'à éliminer ce jour de ma mémoire. C'est donc d'un pas un peu hésitant et l'esprit léger que je me dirigeais vers la cuisine. Un sentiment de malaise me pris soudain, je me retrouvais adolescent de 14 ans se levant le matin pour trouver la cuisine couverte de sang et les corps de mes parents et de mes deux frères mis en scène devant la table du petit-déjeuner. Je me stoppais avant d'entrer dans la pièce. L'impression de ne plus pouvoir respirer m'enserrais la gorge, je reculais de quelques pas et me cognais dans le mur. Soudain, je pris mes clés, je devais prendre l'air, je ne pouvais pas rester ici pour le moment. Je me dirigeais vers ma voiture, la déverrouillait avant de me raviser. J'étais ivre, je ne pouvais pas prendre le risque de tuer quelqu'un, ça en plus et je deviendrais complètement fou. Je mis mes mains dans mes poches, me dirigeant lentement vers le centre ville, l'air frais me fit du bien, je dessaoulais un peu, mais cela voulais dire plus de temps pour penser aux événements, alors dans le fond j'avais déjà hâte de rentrer pour recommencer à boire. Je marchais pendant 15 minutes avant d'arriver devant un supermarché, je respirais profondément et entrais à l'intérieur. Je snobais les rayons nourriture et me dirigeais directement vers l'alcool, je pris trois bouteilles de Whisky, quelques paquets de chips et alors que je me retournais pour me diriger vers la caisse, je rentrais de plein fouet contre une personne. Excusez moi, je ... Je relevais les yeux et m'interrompis, elle était là, devant moi, Avalon et son visage si doux. Je tentais de sourire, mais j'en fus totalement incapable. Elle me connaissais, elle devait bien se rendre compte que j'étais totalement ivre, mais surtout en connaitre la raison. Salut. J'étais planté là, ne sachant pas quoi faire et surtout sans être en état pour lui faire la cours, je voulais juste rentrer et continuer à oublier.
– CODED BY CERSEI –
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Avalon Z. Claybourne
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 21
❖ POINTS : 82

MessageSujet: Re: Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon   Sam 15 Aoû - 19:46


Lincoln & Avalon
    tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis


Cette date semblait marqué au fer rouge dans l'esprit d'Avalon. Pire que ça, son esprit semblait décider à la lui rappeler et faire des choses sans qu'elle s'en rende compte. Comme prendre sa journée. Quand elle s'était rendue compte que par pure réflexe elle l'avait prise, il était trop tard pour changer quoique ce soit. Elle avait toujours pris cette journée pour la passer auprès de Lincoln. La plupart du temps, ils allaient jusqu'au cimetière pour y déposer des fleurs, sur chacune des pierres tombales des membres de sa famille. Puis ils passaient le reste de la journée ensemble. Le but d'Ava était surtout de faire en sorte qu'il ne passe pas une trop mauvaise journée et elle se sentait victorieuse lorsqu'elle arrivait à lui décrocher un sourire. Elle faisait son possible pour qu'il se souvienne principalement des bons souvenirs et pas uniquement de la fin, du plus horrible. C'était ça être en couple, se soutenir dans tout les moments. Les bons comme les mauvais. Et elle n'avait jamais pris ça pour une corvée, le faisant toujours avec plaisir.

Du coup, elle se leva ce matin sans savoir ce qu'elle allait bien pouvoir faire. Elle resta un instant à contempler le plafond, profitant du silence dans la maison. Jules avait du déjà aller travailler. Elle avait droit à une journée en solitaire. Pas sure que c'était ce dont elle avait besoin. Elle aurait bien appeler Nolan, mais bon, elle n'allait pas aller le chercher lui à chaque fois. Le pauvre allait en avoir mal de la supporter à propos de son ex-mari. Il fallait qu'elle parvienne à survivre au moins une journée seule quand même. Bien que son esprit ne cessait de la ramener vers Lincoln et de se demander dans quel état il pouvait bien être. Elle descendit alors dans sa cuisine, se disant qu'un café l'aiderait sans doute à regagner pied sur terre. Enfin s'il y en restait. A la place elle trouva un post-it de sa sœur : « Désolée, plus de café. » Bon, fallait faire autrement. Elle s'engouffra alors rapidement sous la douche, s'habilla et prit la direction du Raven & Fox. Elle y commanda le plus grand café qu'ils avaient. Elle ne resta pas dans le restaurant, pas vraiment envie de sociabiliser aujourd'hui. Elle regrimpa immédiatement dans sa voiture pour rejoindre le supermarché. Il fallait le faire le plein de café et d'autres trucs pour carburer aujourd'hui. Comme du chocolat. C'est important le chocolat. Et peut-être une bouteille de vin. Elle avait déjà les deux premiers éléments dans son panier et cherchait le troisième quand on lui rentra dedans. « Excusez moi, je ... » Elle n'eut pas besoin de se retourner pour savoir de qui il s'agissait. Elle pouvait reconnaître sa voix n'importe où. Et comme à chaque fois qu'elle le croisait, son cœur s'emballa dans sa poitrine. Elle avait beau savoir qu'il semblait s'être installé ici, elle ne s'était toujours pas préparé à le croiser à chaque coin de rue. « Salut. » Et surtout pas dans cet état. « Salut... » Elle savait que cette journée était dure pour lui, mais le savoir et le voir de ses propres yeux étaient une autre histoire. Il avait les yeux explosés et sentait bien fort l'alcool. Il n'avait pas du dormir de la nuit, se contentant de boire. Baissant les yeux sur son panier, elle ne trouva que des bouteilles d'alcools. Elle ne put s'empêcher de ressentir une profonde tristesse en le voyant dans cet état. Et une pointe de culpabilité. C'était son rôle de le soutenir, mais elle avait abandonné son rôle lâchement, parce que c'était devenue trop dur pour elle. « Tu devrais pas boire autant. » Tenta-t-elle d'un voix douce. Mais il pouvait aussi bien l'envoyer bouler. Comme elle l'avait fait avec lui ses derniers temps.

_________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Lincoln Andrews
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 18
❖ POINTS : 72

MessageSujet: Re: Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon   Lun 17 Aoû - 22:12



Tu n'es plus là où tu étais,
mais tu es partout où je suis.

Cela faisait quatre mois que je vivais ici, que je passais mon temps à essayer de la croiser, de la voir, d'avoir l'occasion de discuter avec elle pour lui faire reconnaitre qu'elle m'aimait toujours et que nous étions fait l'un pour l'autre. Je voulais un enfant certes, mais je voulais son enfant à elle, pas celui d'une autre. Voilà ce que je tentais de faire depuis mon arrivée, pourtant, aujourd'hui j'aurais tout donné pour ne pas la croiser, pour ne pas avoir à discuter avec elle, car même si je l'aimais de tout mon cœur, aujourd'hui son départ se faisait plus pesant pour moi. Pendant dix ans, elle m'avait accompagné dans cette journée, m'aidant avec le sourire et patience à ne pas tomber dans le cercle vicieux dans lequel j'étais aujourd'hui. J'étais complétement ivre, je ne voulais pas qu'elle voit que sans elle j'étais incapable de passer cette journée, que sans elle j'étais une épave. Seulement voilà, se n'était pas ma journée, je savais que j'aurais du rester enfermer chez moi, ne pas chercher à voir le monde, mais voilà, mes souvenirs m'avaient mis à la porte et je me retrouvais donc dans ce rayon d'alcool devant celle qui faisait battre mon cœur. Je la regardais à travers le brouillards de l'alcool, elle était magnifique, mais elle était également surprise de me trouver là et dans son regard je pus voir la déception. Je soupirais, me passais la main dans les cheveux, mais alors elle parla, elle s'inquiétait pour moi, je le savais dans le fond, mais sa petite remarque sur l'alcool et mon état eut le don de me faire sortir de mes gonds. Il faut bien que je trouve quelque chose puisque mon attrape rêve s'est fait la malle. J'avais parlé sèchement, ce qui n'était pas mon genre habituellement, en dix ans de mariage, je ne lui avait jamais parlé sur ce ton, mais voilà aujourd'hui j'étais à prendre avec des pincettes, et le manque de sommeil et l'alcool ne m'aidait pas à garder mon calme et les idées claires.

Je soupirais fortement en voyant la tristesse et la surprise se peindre sur son visage, j'avais été bas sur ce coup, mais je n'arrivais même pas à m'en sentir coupable. Juste pour la blesser, lui montrer que son avis je m'en fichais pour le moment, je pris une dernière bouteille et la posais dans mon panier déjà bien chargé, la regardant dans les yeux pour voir si elle oserait faire une nouvelle remarque, puis je fis demi-tour, j'aurais pu partir, la laisser là et retourner me saouler à la maison, seulement voilà, je l'aimais et je ne pouvais pas en plus de la peine que je vivais, savoir que je lui avais fait du mal. Je tournais alors la tête vers elle sans un sourire, sans amour dans le regard. Je n'ai plus rien Ava, je gère comme je peux, on parlera, mais plus tard. Voilà qui me semblait une bonne manière de clore le sujet, j'allais repartir, seulement voilà, je ne tenais pas bien sur mes jambes et après à peine de pas, je perdis l'équilibre me retenant de justesse contre le rayon. Merde. Je restais là immobile, tête baissée, je voulais qu'elle parte, qu'elle me laisse me débrouiller tout comme je voulais qu'elle reste près de moi une fois de plus. Je sentais que mes yeux étaient humide et je me battais contre ça, je ne voulais pas craquer, pas devant elle et surtout pas au milieu de ce magasin.
– CODED BY CERSEI –
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Avalon Z. Claybourne
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 21
❖ POINTS : 82

MessageSujet: Re: Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon   Jeu 20 Aoû - 23:21


Lincoln & Avalon
    tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis


C'était douloureux de le voir dans cet état. Très douloureux. Comment est-ce ça pourrait-être autrement ? Elle l'aimait tellement, depuis si longtemps. Elle avait beau l'avoir quitté, ses sentiments ne l'avaient toujours pas quitté. Et elle doutait qu'il la quitte un jour. Elle ne pouvait donc pas s'empêcher de s'inquiéter pour lui. Et le laisser transparaître. Mais lui, ce n'est pas ce qu'il semble comprendre. Il y voit surtout le reproche pour tout cet alcool qui s’amoncelle dans son panier. « Il faut bien que je trouve quelque chose puisque mon attrape rêve s'est fait la malle. » Et bah voilà, prends toi ça en pleine face Avalon. Tu t'attendais à quoi ? Et la culpabilité la foudroie. Oui, elle l'a abandonné, mais elle reste persuadée que si elle était restée avec lui, un jour, il aurait fini dans ce même état parce qu'elle refusait de lui offrir un enfant. L'enfant qu'il aurait mérité. Du coup, elle n'a plus qu'à serrer les dents alors qu'il utilise cette appellation qu'elle aimait tant par le passé. Quand il disait qu'elle était son attrape-rêve, son meilleur moyen pour repousser les cauchemars et que dans ses mots, elle ne ressentaient que de l'amour. Là, c'est un ton sec qui fait mal et qui la surprend qu'elle entend. Jamais il ne lui avait parlé ainsi. En dix ans, ils avaient pourtant eu le temps de se disputer. Quel couple ne se dispute pas ? Mais jamais avec un ton aussi vide. Elle ne réagit donc pas alors que comme par provocation, il prend une autre bouteille qui fini avec les autres, les faisant teinter au passage. Et ce regard qu'il lui lance fait d'autant plus mal. Bon sang, mais qu'avait-elle donc fait de lui ? Oui, c'était bien la première fois qu'elle remettait en cause sa décision de le quitter. La première fois qu'elle se disait que finalement, elle n'avait peut-être pas pris la décision la plus judicieuse pour lui. Subitement honteuse, elle en baisse la tête alors que lui fais demi-tour, cherchant déjà à s'éloigner d'elle. « Je n'ai plus rien Ava, je gère comme je peux, on parlera, mais plus tard. » Elle relève la tête à ce moment là, quand il reprend la parole. Ses yeux croisent alors son regard, un regard dénuée de sentiments qui lui fait subitement peur. Non, elle ne supporterait pas de voir un tel regard chez lui. Pas quand c'est elle qu'il regarde. Oui, elle voulait qu'il passe à autre chose, qu'il reprenne goût à la vie, mais pas à ce qu'il la regarde subitement comme si elle n'était qu'un cafard sur le bord d'une route. Elle envie de lui crier que non, il n'avait pas plus rien, qu'il l'aurait toujours. D'une certaine manière. Mais elle n'était pas sure qu'elle pourrait l'aider avec ça. Elle garde alors les yeux rivés sur lui, incapable de détacher son regard de lui. Elle esquisse un mouvement vers lui alors qu'il manque de tomber, avant de se retenir en voyant qu'il ne tombe pas, se contentant de se retenir au rayon. Elle ferme un instant les yeux, alors que son cœur lui semble au bord de l'agonie, puis finalement, elle s'approche de lui. Elle lui prend son panier plein d'alcool avant de chercher à planter son regard dans le sien. « Tu peux m'en vouloir autant que tu veux, tu en as parfaitement le droit. Mais pour aujourd'hui, je te laisserais pas seule. Même si ça signifie me contenter de te regarder vider toutes ses bouteilles. » Non, elle pouvait pas le laisser seul, elle en était incapable alors qu'il était dans un tel état de détresse. Elle savait que tout ce dont il avait besoin, c'était de réconfort, d'un peu de compagnie. Son comportement c'était plus un appel à l'aide qu'autre chose. Elle ne ferait donc pas attention à toutes ses choses douloureuses qu'il allait pouvoir dire. Elle allait se contenter d'être là pour lui. Elle pose son panier dans un coin, tant pis pour ses achats, elle les fera plus tard. Elle pouvait vivre sans tout ça. Elle passe son bras sous le sien. « Allez appuie-toi sur moi. Passons en caisse. Et après, tu vas me donner tes clefs de voiture. » Elle tentait de paraître douce dans ses paroles, mais elle se faisait l'effet de donner des ordres. Mais tant pis. Elle serait forte pour lui aujourd'hui. Elle pouvait bien faire ça.

_________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Lincoln Andrews
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 18
❖ POINTS : 72

MessageSujet: Re: Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon   Lun 24 Aoû - 22:25



Tu n'es plus là où tu étais,
mais tu es partout où je suis.
Se n'était vraiment pas ma journée, en plus de devoir vivre avec le souvenir de cette matinée là, je vais en plus déverser ma rage sur la femme que j'aimais. Je voulais rentrer à la maison, finir de me saouler et oublier cette manière dont j'avais pu lui parler. Pourtant, cette colère je la connaissais bien, car même si j'aimais profondément Ava, je ne pouvais m'empêcher de lui en vouloir d'avoir ainsi baissé les bras, d'avoir fuit et d'avoir tiré ainsi un trait sur notre histoire sans que je ne puisse rien faire, sans qu'elle ne veuille entendre ce que j'avais à dire. J'aurais voulu là m'éloigner d'elle, rentrer chez moi et oublier, malheureusement, je n'étais plus très stable, ainsi je manquais de tomber au milieu du rayon et ne me rattrapais que de justesse au rayon. Je soupirais restais immobile et espérais réellement qu'elle parte, qu'elle me laisse et que je puisse continuer à brouiller du noir tranquillement, mais s'était mal connaitre la femme que j'aimais. Elle n'allait pas simplement tourner le dos alors que j'étais au plus bas, elle fut soudain à côté de moi, je pouvais la sentir et déjà rien que sa proximité, me faisais du bien. Elle me prit le panier débordant d'alcool et je ne tentais même pas de lui reprendre, que pouvais-je bien faire contre elle, elle était ma voix de la raison. Je soupirais doucement, quand elle captura mon regard. Je n'aime pas que tu me vois ainsi. Pourtant, elle avait gagnée, elle allait venir avec moi, mais j'avais soudain peur de ce qui allait pouvoir ce dire pendant cette journée avec elle, je ne voulais pas que l'alcool fasse ressortir ce qu'il y avait de pire en moi.

Je ne pouvais pas la repousser s'était impossible, alors quand elle passa son bras sous le mien, je ne pus que lâcher le rayonnage, poser ma main sur la sienne et soupirer. Ok J'avançais ou plutôt je la laissais m'entrainer vers les caisses, mais les choses étaient différentes, si elle était là alors je pourrais passer la journée, je n'avais plus besoin de boire, je me stoppais à deux pas des caisses. Attend ! Si tu es là ... j'ai pas besoin de tous ça. Je lui montrais le panier qu'elle tenait dans les mains, quelques minutes avant j'avais envie de vider chacune d'entre elles, de ne plus rien sentir et ressentir, mais maintenant, rien que de les voir j'avais la nausée. Je n'avais rien mangé de consistant depuis plusieurs jours, je voulais ne pas pensé à la cuisine de ce matin-là, mais aux moments où Ava et moi nous étions tous les deux pour nous préparer un bon repas. Tu voudrais que l'on cuisine ensemble ? Je la regarde sans vraiment la voir, j'étais encore à l'ouest, j'avais juste besoin d'un moment comme avant, d'un moment où je n'avais pas l'impression que ma vie m'échappait entre les doigts. Je glissais alors ma main dans la sienne entrelaçant nos doigts et l'attirait lentement vers les rayons, je savais que je jouais à un jeu dangereux, je savais que le réveil et son départ n'en serait que plus difficile, mais j'avais besoin de sa présence à mes côtés.

Je me rappelais également qu'elle m'avait demandé mes clés, je réussis presque à sourire, bon le cœur n'y était pas vraiment je dois bien l'admettre, mais la voir prendre les choses en main, s'assurer que je ne ferais pas de connerie, je la reconnaissais bien là. La voiture est garée devant chez moi. Je suis venue à pied Je regardais dans les rayons, je n'avais jamais été un as des courses et encore moins des repas, je ne pouvais que me souvenirs de mes brèves tentative pour cuisine pour Ava qui s'était transformées en sortie au restaurant. Tu aimerais envie de manger quoi Voilà pensez à elle, me focaliser sur elle, s'était pour moi, le meilleur moyen de passer cette journée.
– CODED BY CERSEI –
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Avalon Z. Claybourne
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 21
❖ POINTS : 82

MessageSujet: Re: Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon   Mar 25 Aoû - 12:42


Lincoln & Avalon
    tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis


Il y avait une petite voix dans sa tête qui lui disait qu'ele était en train de faire une énorme bêtise. Une de celle qui risquait de changer sa vie. Mais l'autre voix, celle qui lui disait qu'elle ne pouvait pas le laisser seul, était bien plus forte. Elle ne supportait pas de voir sa souffrance et ferait tout pour la lui enlever. Enfin presque tout. Mais elle le sent céder contre lui. La colère s'est vide évaporée. « Je n'aime pas que tu me vois ainsi. » Elle n'aimait pas le voir ainsi non plus. Mais c'était pour ça qu'elle voulait y remédier. « Dis pas de bêtises. On a tout les deux vues le pire chez l'un comme chez l'autre. » Reprit-elle doucement. C'était bien vraie après tout. Ils avaient vus le pire comme le meilleur de l'autre. Et cela n'avait fait fuir aucun des deux. Ce n'était pas ça qui allait changer quelque chose à l'opinion qu'elle pouvait avoir de lui. Elle savait qu'il était malgré tout le meilleur des hommes. Même si elle avait fini par le laisser tomber. Mais pas aujourd'hui. Et il accepte son aide, posant alors sa main sur la sienne. « Ok. » Elle l’entraîna donc doucement vers les caisses, son panier plein d'alcool en main.  Mais alors qu'ils arrivent presque aux caisses, il se stoppe. Avalon fronce les sourcils, se demandant ce qui le retient maintenant. « Attend ! Si tu es là ... j'ai pas besoin de tous ça. » Elle reste surprise en l'entendant. En même temps, cela l'arrangeant quelques peu. Elle savait que le voir boire tout le reste de la journée risquait d'être dur pour elle. Très dur. Elle allait devoir se retenir sans cesse de lui enlever la bouteille des mains. C'était bien mieux ainsi, sans alcool en plus. « Tu voudrais que l'on cuisine ensemble ? » Elle ne peut qu'avoir un sourire à sa question, se remémorant toutes les fois où ils avaient cuisinés ensemble. Si souvent en réalité. Ils étaient tout les deux nuls en cuisine. Il fallait bien l'avouer. Mais à deux, ils y arrivaient à peu près. Et c'était des moments de purs complicités entre eux.  « Avec plaisir. » Des moments qu'elle chérissait toujours dans son cœur. Bien que le manque lui fasse tout aussi mal. C'est sûrement parce qu'elle est perdue dans ses souvenirs qu'elle ne réagit pas quand la main de Lincoln se saisit de la sienne, entremêlant leur doigts. Ce geste lui paraît si normal,si naturel. Pourtant son cerveau semble lui lancer de nouveau un avertissement, alors que son regard tombe dessus. Elle allait lui faire encore plus mal en restant avec lui aujourd'hui. Demain allait être compliqué. Mais pas que pour lui. Pour elle aussi. Mais il fallait avancer au jour le jour. A chaque jour suffit sa peine. Et pour survivre à cette journée, il avait besoin d'elle. Elle se laisse donc faire, alors qu'il l’entraîne dans les rayons. « La voiture est garée devant chez moi. Je suis venue à pied. » Elle relève la tête vers lui avec un sourire. Au moins, malgré son état, il n'est pas encore inconscient non plus. Ils feraient le chemin de retour dans sa voiture à elle. « Tant mieux. » Dit-elle alors. Ils s'arrêtent finalement dans un rayon, alors que Lincoln reprend la parole. « Tu aimerais envie de manger quoi ? » Il a l'air encore ailleurs, dans les brumes de l'alcool.  « Humm, je sais pas trop. Tu penses quoi de spaghetti bolognaise ? Une vraie sauce, pas une de celles des bocaux. » Elle l'emmène donc dans le rayon des pattes. Elle enlève les bouteilles d'alcool, les déposant dans un coin. Encore une fois, tant pis si elle donnait du travail aux employés. Elle avait autre chose à penser. Elle prend donc un paquet de spaghetti qu'elle met dans le panier. « Il nous faut encore la viande, l'ail, les oignons, le coulis de tomate. Tu en as peut-être chez toi ? » Elle tente de le faire parler, de voir s'il parvient à sortir de son état d'ébriété. De le sortir de cette état de faiblesse qu'elle n'aimait pas le voir avoir. « Faudra pas pleurer en épluchant les oignons, hein. » Tente-t-elle même d'une voix un peu plus guillerette. Il fallait faire entrer un peu plus de joies dans cette journée. Sinon, qu'elle soit là avec lui n'allait rien changer du tout.

_________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle...
Contenu sponsorisé
et voici mon histoire !


MessageSujet: Re: Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. Avalon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Noob, je suis un noooob!
» Mélanie reçoit un appel d'un ex séropositif [pv Mélanie]
» Tiens ça m'aurait étonnée !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Please Read Carefully :: 
Stairway
 :: Dolmain Lane :: Habitations
-