AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Shena + You know it used to be mad love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je m'appelle...
Shena Eloa
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 37
❖ POINTS : 102

MessageSujet: Shena + You know it used to be mad love   Dim 28 Juin - 18:13


Shena Eloa
Darling I'm a nightmare dressed like a daydream
Nom ➸ Eloa. Prénom ➸ Shena. Age ➸ 25 ans. Date de naissance ➸ 20/06/1990. Lieu de naissance ➸ Dublin. Métier ➸ Officiellement assistante du rédacteur au Leapreachan Daily, officieusement policière infiltrée. Statut civil ➸ Célibataire. Caractère ➸ Téméraire, casse-pied, bonne vivante, garçon manqué, joueuse, rusée. Ta plus grande peur ➸ Se faire démasquer et ne pas réussir sa première mission pour le boulot. Ton plus grand désir ➸ Mener à bien cette mission et se mettre en couple avec Nolan. Groupe ➸ Excalibur. Avatar ➸ Taylor Swift.

Tell me more...

Shena préfère le shopping sur internet au shopping en magasin, le monde a vite tendance à l’agacer. + Elle vient d’adopter un petit golden qu’elle a appelé Wasabi. + Elle a tendance à lever les yeux au ciel quand elle est agacée, à vrai dire elle les lèves plutôt souvent. + En bonne irlandaise, elle est fan de la bière, rien de meilleur que lorsqu’elle est bien fraiche. Elle apprécie aussi une bonne bouteille de vin en accompagnement d’un repas. Cependant elle essaye de faire mentir le cliché qui voudrait que les policiers soient des ivrognes et ne boit pas tant que ça au final. + Elle a tendance à se mordiller la lèvre quand elle est stressée. + Elle est très proche de ses parents et de Jay, son meilleur ami, à qui elle téléphone quasiment tous les jours. + Elle a des origines italiennes et cuisine à merveille tout ce qui est pâtes. + Elle est très allergique au citron. + Elle habite Stairway depuis trois semaines maintenant, elle ne s’habitue toujours au calme la nuit. Le bruit permanant de la circulation de Dublin lui manque, heureusement qu’elle peut compter sur Wasabi pour mettre de la vie dans son appartement… Même si parfois il en met trop. + Elle collectionne les paires de chaussures, à son appartement à Dublin elle en avait une petite centaine. Elle n’en a amené qu’une vingtaine ici. Elle a de tout, des escarpins très haut aux petites baskets en toiles.

Behind the Screen.

Pseudo/Prénom + Freya Fréquence de connexion + Le plus souvent possible Comment tu es arrivé ici + J'ai suivi une licorne Scénario ou PI + PI
Code:
Taylor Swift [color=firebrick]➸[/color] Shena Eloa





Dernière édition par Shena Eloa le Dim 28 Juin - 23:06, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shena Eloa
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 37
❖ POINTS : 102

MessageSujet: Re: Shena + You know it used to be mad love   Dim 28 Juin - 18:21


Il était une fois...
Trying to be myself while pretending to be someone else...
J’entrais dans le commissariat de Dublin d’un pas décidé. Officiellement je venais ici pour retrouver mon père avait qui je devais aller boire un verre. Mais si j’avais proposée cet endroit comme lieu de rendez-vous c’est parce que j’avais deux idées derrière la tête. Mon père est constamment à la bourre, est une vraie manie chez lui, tant et si bien que si vous voulez qu’il soit vraiment à l’heure pour un rendez vous important il faut lui mentir sur l’heure. Je me demande souvent comment il fait pour être à l’heure pour arrêter des gens… Mais cette fois-ci je comptais bien sur son habituel retard pour en profiter pour me familiariser avec mon futur lieu de travail. En effet, si tout se passait bien j’allais être diplômée de mon école de police sous peu… J’avais choisi la formation la plus difficile mais aussi la plus gratifiante, c’était celle dans laquelle étaient formés les futurs chefs de service et hauts gradés. Alors certes, contrairement à certains de mes camarades, je ne m’attendait pas à arriver avec un super poste et cinquante hommes sous mes hommes. Non pour ça il fallait avoir de l’expérience et pour avoir de l’expérience il n’y avait pas de secret, il fallait aller sur le terrain et pratiquer. Mais l’avantage de cette formation était que je n’allais pas non plus me retrouver à des postes complètement nuls comme la circulation, non je n’avais pas fait 5 ans d’école de police pour commencer tout en bas de l’échelle non plus… A vrai dire je m’imaginais bien sur le terrain, mais qui sait ce que l’avenir nous réserve ? La deuxième raison pour laquelle j’étais venue retrouver mon père à son boulot était que j’avais hâte de voir son nouveau coéquipier. Belle gueule, sacré dragueur et super flic de ce que j’en avais entendu. Tout ça me rendait sacrément curieuse…

« Salut ma puce. » Me salua mon père avant de déposer un baiser sur ma joue. « Ça t’ennuie si mon coéquipier se joint à nous ? On a eu une journée difficile je pense qu’un verre lui fera du bien. Et puis il est curieux de voir à quoi ressemble ma petite princesse… » Je levais les yeux au ciel, à 24 ans j’étais loin d’être le bébé que mon père s’imaginait encore. D’ailleurs je n’avais pas vraiment grand chose d’une princesse, mon truc à moi c’était plus la baston et les armes à feu... Je préférais aller courir ou aller au stand de tir que de passer des heures dans les boutiques. Ça ne m’empêchait pas d’être féminine ou d’aimer les belles fringues mais je préférais de loin le shopping en ligne.
Il n’empêche que ça m’arrangeait bien qu’il me propose de rencontrer son collègue, parce que je n’avais pas vraiment d’excuses bidon sous la main pour pouvoir lui demander de rester plus longtemps. J’avais eu beau flâner dans tous les couloirs mais je n’étais pas tomber sur lui. Par contre je m’étais largement familiarisée avec les locaux à force de tourner en rond…

Je mordais dans ma frite en jetant un regard perplexe à celui que mon père surnommait Mister Beau gosse. Ouais clairement il était fidèle à sa réputation, il avait l’air d’une putain de gravure de mode. C’était le genre de mec à vous faire vous sentir minable et moche, à vous faire vous demander si franchement vous n’aviez pas l’air d’une pouilleuse en jean basket. Ouais typiquement le genre de type qui m’agaçait – j’étais très bien comme ça d’ailleurs, comme Jay aimait me le rappeler. Jay est mon meilleur ami, mon grand frère. Nous avions grandit ensemble et lui n'avait pas cédé à l’appel des forces de l’ordre mais été devenue pompier. Bref si je me sentais si bien dans mes baskets c’était en grande partie grâce à Jay qui me répétait à chaque fois combien j’étais une fille formidable. Je lançais un regard noir au coéquipier de mon père qui était en train de nous faire un énorme sourire digne d’une pub pour colgate, sérieux ce n’était pas possible d’avoir des dents aussi blanches… Et d’ailleurs je n’aimais pas vraiment l’air qu’il avait en me regardant, ce mec m’agaçait. Je crois que bien, que si j’avais été un temps soit peu honnête avec moi-même j’aurais compris que si il m’énervait à ce point c’est parce que quelque part il ne m’était pas complètement indifférente.

******

« Je suis diplômée ! » Mes propos étaient accompagnés d’une danse de la victoire, je devais avoir l’air complètement ridicule à me dandiner assise sur mon siège mais j’en avais rien à faire, j’étais diplômée ! En plus je m’en sortais première de ma promo ce qui était vraiment une belle revanche sur tous ces putains de machos qui avaient essayés de me faire comprendre que ma place n’était pas dans cette formation. De nos jours les femmes flics étaient légions et ça ne dérangeait quasiment plus personne, mais qu’une femme qui fasse une formation pour faire partit des hauts gradés de la police dérangeait les cons rétrogrades qui pensaient encore qu’une femme avait plus sa place derrière la cuisine à élever ses enfants que sur le terrain. J’espérais vraiment que mes bons résultats les faisaient chier au plus haut point.
« Bravo ma puce. » Lança mon père en levant sa bière, Nolan et moi l’imitâmes aussi tôt. Nolan c’était mister beau gosse, le coéquipier de mon père. Nous avions pris l’habitude de nous retrouver tous les trois pour boire des bières et parler des affaires sur lesquels ils travaillaient et de nos idées pour les résoudre. Finalement mon opinion sur lui avait bien évoluée – il était certes tellement  beau que c’en était agaçant, il suffisait de voir la serveuse se trémoussée à chaque fois qu’elle venait nous apporter notre commande pour s’en rendre compte – mais il était aussi intelligent et intéressant. Ouais ce mec avait clairement tout mais j’avais décidée de bien l’aimer, après tout il aidait mon père à rester en vie… C’est pourquoi nous étions tous les trois réunis ce samedi soir pour fêter la fin de nos études, Jay nous avait rejoins en début de soirée mais il avait vite battu forfait devant nos fabuleuses descentes. Il y avait fort à parier que demain j’allais avoir une bonne gueule de bois… Mais je m’en foutais, j’étais diplômée bordel !

******

J’étais allongée sur la plus douce des surfaces et elle sentait incroyablement bon. Je poussais un soupir de bonheur en me collant un peu plus à mon oreiller. Depuis quand était-il devenu si confortable ? Est-ce que je le trouvais si agréable parce que je souffrais de toute évidence d’une grave gueule de bois ? Aucune idée.
Ce qui me mit la puce que quelque chose clochait fut quand l’oreiller en question se mit à bouger. J’avais beau certes subir les effets d’une soirée trop arrosée c’était normalement en me couchant que le lit tanguait, pas le matin au réveil. Je pris mon courage à deux mains et ouvrit les yeux pour découvrir que j’étais allongée sur le torse de Nolan. Bordel de merde ! Le déroulement de la soirée me revint aussitôt en mémoire.
Mon père avait finalement à son tour décidé de nous abandonner au bout de quelques bières. Visiblement notre décente était vraiment impressionnante mais Nolan comme moi étions bien décidé à fêter dignement mon diplôme. Nous avions encore bu pendant quelques petites heures en refaisant le monde. Puis monsieur m’avait raccompagné en taxi jusque chez moi comme lui avait demandé mon père. J’avais beau être une adulte et ceinture noire de judo mon paternel tremblait comme une feuille à l’idée de me savoir seul dans un taxi inconnu passé minuit, RI-DI-CU-LE !
C’est dans ce malheureux taxi que les effets de l’alcool s’étaient particulièrement fait sentir. Sans que je me rappelle trop comment nous avions finit par nous jeter l’un sur l’autre. Puis nous avions continué la fête dans mon appartement. Voilà comment je me retrouvais le lendemain de ma remise de diplôme nue, dans le même lit que le coéquipier de mon père, après une nuit particulièrement agitée. La loose totale en somme.

Il allait falloir que je mette les choses au point avec lui mais avant tout j’avais besoin d’une bonne douche pour me mettre les idées au clair. Et de m’habiller aussi. Et de ne surtout pas regarder le bel apollon qui était nu dans mon lit. Et d’arrêter de me passer en boucle les images de la soirée. Ouais je crois que j’allais devoir prendre une douche bien glacée. Je fonçais dans ma salle de bain avant même que Nolan est le temps de pouvoir dire un mot, étant donné que je n’avais pas vraiment osé le regarder je n’étais même pas sûre qu’il soit réveillé.
Une demi heure après j’étais douchée, habillée et avec les idées nettement plus clair. Je rentrais dans ma chambre pour y trouver un Nolan assis sur mon lit avec des vêtements sur le dot – dieu merci, si ça n’avait pas été le cas je doutais d’avoir pu mener la conversation de façon tout à fait normal sans passer mon temps à le reluquer.
« Salut » Dis-je en m’asseyant sur le fauteuil qui se trouvait à l’opposé de la pièce. Ma voix était toute timide, presque faible. « Salut » me répondit-il avec un sourire en coin. Il avait l’air de trouver la situation particulièrement amusante ce qui m’agaça au plus haut point. « Je suppose que c’est le moment où tu me dis que tu regrette ce qu’on a fait hier soir et que c’était juste une énorme erreur. Je me trompe ? » « Non » répondis-je aussi sec. « Enfin oui… Raaaah je sais pas. » Ce type était agaçant, terriblement agaçant. J’avais prévu un beau discours pour lui expliquer ce que je pensais de la situation et lui se moquait ouvertement de moi m’en faisant perdre mon foutu latin. « Non en fait c’est le moment où je te dis qu’hier soir c’était vraiment une super soirée et franchement je ne regrette pas – dis-je en me mordillant la lèvre. Mais le truc c’est que tu es le foutu co-équipier de mon père et que si tu veux toujours compter sur lui pour te couvrir lors de vos missions il vaudrait mieux qu’il n’en sache rien du tout. » Mes paroles étaient assortis d’un hochement d’épaule désinvolte. Je savais bien que cette soirée ne nous mènerait à rien, je ne voyais rien à ajouter de plus. « Donc je suppose que ça veut dire que tu ne compte prévois pas qu’on recommence ? » Me demanda-t-il très sérieusement. J’hochais une fois de plus les épaules. « Tu sais moi les histoires de cul c’est pas vraiment mon style… » Sa réponse ne se fit pas attendre. « Qui t’a dit que c'est ce que je veux ? » Quoi, pardon ? Dans quel monde étions nous pour que le co-équipier de mon père me parle d’une vraie relation ? Surement dans un univers parallèle je ne voyais pas d’autre solution. Je dû rester un moment à le regarder avec des yeux ronds puisqu’il repris la parole. « Shena, tu es sexy, drôle et tu auras bientôt le même métier que moi. C’est à dire que tu ne passeras pas ton temps à me prendre la tête parce que je rentre trop tard, fais des horaires de malade, rentre parfois avec le moral dans les chaussettes. Mes autres relations finissaient fatalement par échouer parce qu’elles ne comprenaient pas ce que ça implique d’être avec un flic. Toi tu le sais. Alors pourquoi diable je n’aurais pas envie de mettre en couple avec toi ? » Que répondre à ça. « Ok, laisse moi le temps d’y réfléchir Nolan parce que sérieusement si tu crois que toi et moi ce sera une relation facile tu te trompe. Mon père te tuera dès qu’il le saura… » Je jetais un coup d’œil à ma pendule avant d’éclater de rire. « Ce qui sera le cas si tu es encore là dans 30 minutes vu qu’il doit passer me chercher d’ici une vingtaine de minutes pour qu’on se rende ensemble à l’anniversaire de ma grand mère. » Je vis son visage perdre toutes ses couleurs ce qui me fit rire encore plus. « Aller file prendre une douche, je t’appelle un taxi pour dans 20 minutes. » Dis-je en lui lançant une serviette. Il y avait de fortes chances pour que mon père soit en retard, comme d’habitude, mais autant ne pas tenter le diable.

******

J’avais beaucoup réfléchi à ce que me proposais Nolan et ça me tentait, vraiment, même si j’étais sûre que mon père allait devenir chèvre. J’en avais pas mal parlée avec Jay et il me conseillait de foncer. Au pire qu’est-ce que j’avais à perdre ? Une déception sentimentale ne me tuerait pas. Le côté volage de Nolan aurait pu me faire fuir mais depuis que nous nous côtoyons j’avais entendu mon père et ses collègues dire que son nombre de conquête avait fortement diminué avant même de devenir carrément inexistant cette dernière semaine – alors qu’il aurait eu raison de fréquenter d’autres filles, cela faisait une semaine que je le faisais attendre sans lui donner de réponse. A vrai dire je l’avais carrément évité, séchant notre rendez vous hebdomadaire du jeudi avec mon père et lui, tant que je n’avais pas pris ma décision. Elle était prise maintenant, mais des nouvelles étaient venue compliquées le tout, nous avions donc rendez-vous dans un restaurant pour en parler. J’esperais fortement que tout allait bien se passer je n‘étais pas vraiment de très bonne humeur…

« Alors tu vas enfin arrêter de me faire mariner ? » Me demanda Nolan au bout de 5 minutes de repas, un sourire taquin sur les lèvres. Pour toute réponse je lui lançais une boulette faite de mie de pain au visage. J’attendais que nos plats arrivent pour aborder le sujet sans que l’on soit interrompu et il le savait parfaitement. En plus la serveuse m’agaçait fortement à lui faire du rentre dedans… Comme d’habitude partout où monsieur allait les femmes se pavoisaient devant son charme, je n’étais pas sûre de pouvoir m’y faire un jour.

« Alors ? » Demanda-t-il à peine nos assiettes posées devant nous. Je n’avais même pas eu le temps de toucher à mon assiette. Je roulais exagérément des yeux pour lui montrer mon agacement.
« Alors il faut que je te dise quelque chose avant et par pitié ne réagis pas comme un gros con. J’ai eu ma dose de casse couille avec mon père ce matin… » J’avais encore du mal à digérer la grosse engueulade que nous avions eu. Je savais qu’elle ne durerait pas, je ne restais jamais longtemps fâchée avec mon père et qu’il finirait par se ranger à ma décision mais ça n’empêchait pas qu’en attendant j’étais furieuse contre lui et ses réactions exagérées.
« Oh mais c’est à cause de toi qu’il a été rochon toute la journée ?  Franchement je te remercie pas, il est vraiment pénible quand il est comme ça. » Je lui lançais un regard noir. « Je vais essayer de ne pas me comporter comme un con alors. Qu’est ce que tu as à me dire ? »
« On va être voisin. » Lui donnais-je pour toute réponse. « Enfin, presque – ajoutais-je devant son regard perdu. Je viens vivre dans ton trou perdu. » Ma dernière phrase était accompagnée d'un petit sourire, j’aimais bien le taquiner sur sa toute petite ville où ils se connaissaient quasiment tous.
« Toi, la citadine convaincue qui aime son anonymat et qui ne connaît même pas le prénom de tes voisins tu viens vivre à Stairway ? Qui êtes vous et qu’avez vous fait de la Shena que je connais ? » Je dû me retenir de le fusiller à nouveau du regard. Franchement quel besoin j’ai de savoir comment mes voisins s’appellent ? Tout ce que je leur demande c’est de ne pas faire trop de bruit quand j’essaye de dormir, basta. Ce n’est pas parce que je vis dans le même immeuble que des gens qu’ils doivent forcément devenir mes amis…
« Non mais c’est pour le boulot que je viens vivre là bas, c’est pas par envie. »
Sa voix était perplexe lorsqu’il me posa la question suivante. « T’as pas trouvé de travail à Dublin alors tu vas bosser au commissariat de Stairway ? »
J’hochais négativement la tête pour lui faire comprendre qu’il se trompait. « Non non, j’y vais en mission d’infiltration. Je serais l'assistante du rédacteur du Leprechaun Daily. On soupçonne le journal de se servir de l'imprimerie pour faire des faux billets. Ils ont besoin que j’accumule les preuves pour monter un dossier solide qui tiendra devant un tribunal. »
Je voyais bien à son visage que l’idée ne plaisait pas du tout à Nolan, mais contrairement à mon père il n’était pas en train d’hurler – pas encore du moins – ce qui était foutrement agréable. « Mais ils sont tarés de confier ça à une bleue qui sort tout juste de l’école. C’est une mission suicide ! » Cette fois je ne me retins pas du tout et le fusillais du regard. « Je sors d’une grande école de police Nolan, je suis préparée pour ce genre de situation justement. Ok, quelqu’un qui a bossé plusieurs fois sous couverture serait plus qualifié que moi mais ce n’est clairement pas une mission suicide et que je sorte de l’école n’y change foutrement rien. Je te rappel que je suis d’ailleurs major de ma promo et qu’on est flic dans ma famille depuis 3 générations ? » Il leva les mains en signe de reddition. « Ok j’ai peut être été dur dans mes propos mais tu es sûre de vouloir faire ça, c’est super risqué bordel ! » Ma réponse fusa aussi tôt. « Si j’avais voulu d’un boulot tranquille j’aurais choisi une autre voie je te signale… Je croyais que ce qui te faisait penser qu’on ferait un beau couple c’est qu’on se comprend tous les deux parce qu’on a le même métier et qu’on ne prendra pas la tête à l’autre au sujet du danger qu’il encourt. Ou alors c’est censé ne marcher que dans un seul sens ? » Il soupira et pris quelque secondes avant de répondre. « Si c’est ce que tu veux, non je ne te prendrais pas la tête avec ça. C’est juste que je suis inquiet. » Je lui adressais un petit sourire doux. Peut être que ce repas n’allait pas être si désagréable finalement.

« Et donc on en est où nous deux ? » Me demanda-t-il après que nous aillons encore parlé de la mission qui m’attendait. Visiblement Nolan avait toujours détesté le patron du bar/restaurant. Sa tête ne lui revenait pas sans qu’il ne sache réellement pourquoi.
« Et bien tu comprends que pendant que je serais en mission je ne peux décemment pas trainer avec un flic et encore moins être en couple avec. A vrai dire je devrais feindre de ne pas te connaître… Mais dès que ma mission se termine si ça te tente toujours je serais ravie d’essayer voir mon père mettre fin à tes jours. » Mes propos avaient été assorti d’un petit clin d’œil. « On peut toujours se voir en secret pendant que tu es en mission non ? Tant que personne ne nous voit ensemble c’est bon. » Je poussais un soupir, il ne perdait vraiment pas le nord. « J’ai dit après la mission Nolan ! » « C’est ce qu’on verra… »



Dernière édition par Shena Eloa le Dim 28 Juin - 23:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Nolan Blake
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 27
❖ POINTS : 86

MessageSujet: Re: Shena + You know it used to be mad love   Dim 28 Juin - 19:26

...

_________________

©️endlesslove.
It is not our past that defines the person we are now. It is how we get to live with it. ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Willeminah O'Malley
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 211
❖ POINTS : 539

MessageSujet: Re: Shena + You know it used to be mad love   Dim 28 Juin - 23:13

Taylor Swift te va si bien !


Tu es validé(e) !

Tu fais désormais officiellement partie de la communauté PRC. Félicitations ! Afin que tu ne te sentes pas totalement perdu désormais, voici quelques petites indications sur la marche à suivre à présent. Tout d'abord, afin de réserver officiellement ta bouille rien qu'a toi, il te faut passer par le bottin. Une fois ceci fait, penses à aller demander un logement et à aller faire recenser ton métier. Si tu veux te faire des amis en ville, nous te conseillons d'aller créer ta fiche de liens. Le flood t'es aussi désormais accessible et plus important ... tu peux maintenant commencer à RP. Si besoin, nous t'offrons la possibilité de te créer quelques scénarios pour trouver pantoufle à ton pied.

Il ne nous reste plus qu'a te souhaiter de passer de bons moments en notre compagnie. Amuses-toi bien !


_________________
    Cause everyone wants someone. That's one cliché that's true. But since you I want no one unless that someone's you. It looks like you, feels like you, smiles like you. I want someone just like you, true and through. I'm forever blue cause there's no one else like.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Mackenzie J. Nightingale
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 142
❖ POINTS : 206

MessageSujet: Re: Shena + You know it used to be mad love   Lun 29 Juin - 0:45

Re-bienvenue.

_________________
TITRE ✽
texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Nolan Blake
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 27
❖ POINTS : 86

MessageSujet: Re: Shena + You know it used to be mad love   Lun 29 Juin - 1:45

T'es quand même grave canon comme ça aussi...

_________________

©️endlesslove.
It is not our past that defines the person we are now. It is how we get to live with it. ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle...
Contenu sponsorisé
et voici mon histoire !


MessageSujet: Re: Shena + You know it used to be mad love   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shena + You know it used to be mad love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» Relations entre Politique, CIA et le Sida
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Please Read Carefully :: 
Le début du conte
 :: Les pages blanches :: Happy ending
-