AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 5 Juin - 16:08

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 2...Eat that!

Nouvelle prothèse, nouvelle démarche. Certes, celle ci était mieux, plus souple, plus légère, je pouvais tenter de trottiner avec sans aller jusqu'à la course, mais c'était déjà ça. Le soucis ? La rééducation qu'elle demandait. Les appuis n'étaient pas les mêmes, la force à poser non plus et j'avais encore du mal à m'y faire correctement.  Alors je devais utiliser une canne...ouai une putain de canne comme pour les handicapés ! Je détestais totalement ça, c'était l'horreur pour moi que d'utiliser ce truc alors j'avais trouvé une bonne façon de faire. Je mettais l'ancienne quand je devais sortir, bosser, faire les courses et chez moi, je m'occupais de l'autre prothèse. Faisant des vas et viens dans l'appartement, montant et descendant les escalier, grimaçant parfois de douleur, mais j'allais dompter cette saloperie de nouvelle jambe, même si je devais m'en blessé ! Cela devait ainsi faire une petite semaine tout au plus que j'avais cette jambe et le souvenir de la façon dont je l'ai eu me fait encore sourire. Ce bennet de Shamus avec sa tête de six pieds de long quand il a compris que ouais je préférais les mecs et que non je serai pas dispos pour lui, la façon dont je suis sorti de l'ascenseur par la trappe du dessus sans attendre ces cons de l'assistance. Ils avaient du tirer une sacré gueule tiens ! Mais qu'importe c'était du passé, un simple souvenir qui pouvait faire sourire dans l'intimité de mon appartement, car je ne me donnerai pas en spectacle en racontant cet anecdote à qui que ce soit ou en souriant comme un connard en y repensant. J'étais pas payé pour sourire de toute manière et on me le reprochait assez comme ça au boulot ! En parlant de boulot, il allait être l'heure d'y aller. Je prenais mon service à 14h aujourd'hui, histoire de pas faire des pleines journées toute la semaine non plus, ça avait du laisser Mack seule pour la matinée et le midi, ce serait mon tour demain ou apres demain, alors qu'importe. Enfilant un jean asses moulant pour laisser comprendre que non j'avais pas de soucis et que oui je m'habillais comme tout le monde, je passais un t shirt qui laissais bien comprendre que j'avais fait mon quota d'heure de muscu et quittait mon petit appart du centre pour rejoindre le resto. Quelques minutes de marches me suffirent pour rejoindre l'endroit empli de membres de la ville, mangeant, buvant riant. Un déjeuner d'affaire par ci, un rendez vous par là, une fille qui mange seule dans son coin avec un bouquin à la main et finalement, je passe les portes battantes et rejoins la cuisine, les murs de carrelage, les fiches de présences, les planning, les papiers sur l'hygiène, sur la bouffe, sur les fournitures et finalement les vestiaires. Je virai mon t shirt pour passé une veste de cuisinier et un tablier, puis rejoignais la jolie Mack en cuisine. Je tentais d'être agréable depuis la prise de tête et donc lui dit bonjour et allais jusqu'à demander comment elle allait, alors que franchement, j'en avais clairement rien à foutre. Elle répondit gentiment et me connaissant, ne chercha pas plus loin, se contentant de me faire la liste de ce qu'il y avait à faire et de ce qui était parti. Normal en prise de poste en fait. Puis ça commença.
La mise en place de l’après midi, les assiettes qu'on prépare d'avance au niveau déco, l'américain à préparer d'avance, on en ferai des portions ce soir, les frites à blanchir, car oui, nos frites sont maison madame et pas un vieux truc dégueulasse sorti du congélo. Puis il y avait les dessert à préparer, une soupe de fraise pour ce soir et des moelleux au chocolat, la spécialité de la maison qu'on ferai chauffer  à la demande et enfin la chantilly à préparer dans les divers siphon qu'on avait. Ouai on avait du boulot, mais au moins on bouffait bien dans ce resto et pas des merdes sorti de conserve ou autre. Tout cela, bien evidemment ponctué par les clients de l'aprem. Une glace, une gaufre, un milk shake, des frites pour les plus affamés. Et je pouvais comprendre au vu de la pluie qui tombée au dehors qu'on puisse vouloir un truc chaud plutot qu'une glace !
Finalement le service commneça, jusque là, rien d'anormal, de la bouffe, des commandes et puis un truc un peu...particulier. On voulait me voir, un client avait insisté plus que fortement pour ne pas dire méchamment à en faire un scandale si je ne venais pas, ce qui me fit donc quitter ma cuisine, demandant à Mack de surveiller la cuisson de mes burger pour rejoindre le client emmerdant et me poser devant sa table, reconnaissant immédiatement ce petit con de O'brady.

« Qu'est ce que tu veux , j'ai pas que ça à foutre, j'ai d'autres commandes ! »


Dernière édition par Kenneth Walsh le Ven 12 Juin - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 5 Juin - 21:34

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus


 

 



 

 

Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

Temps de merde. Il pleut encore. J'en ai marre ! L'été arrive pourtant. Attendez … On est en Irlande ! Donc ça veut rien dire. Je marche sous la pluie en direction du meilleur restaurent de la ville. Par le plus grand des hasards ce lieu est l’endroit où je vais pouvoir assouvir deux de mes besoins primaires du moment. En premier lieu, j'ai besoin d'un putain de gros burger parce que j'ai une dalle particulièrement énorme après avoir supporter le machin qui me sert de petit frère le temps d'un repas de famille qui m'a surtout couper l’appétit entre midi et deux. Rein que sa présence me fait passer pour de la merde aux yeux de mon père et ça à le don de me rendre triste. Ce qui n'est pas mince affaire croyez moi. Je ne sais pas s'ils s'en rendent compte. Voilà pourtant plus de trois ans que ça dure. Et je commence vraiment à fatiguer. Du coup, j'essaie de me changer les idées. Et depuis une petite semaine j'ai un nouveau centre d'attention du nom de Kenneth. L'épisode de la série de notre future vie de couple va à peine commencer.

Je vous explique. Je suis pas du genre stalker en temps normal. Mais là, j'avoue que la situation m'amuse. Après l'épisode de la clinique, j'avais pas réussi à me le sortir de la tête. Alors je m'étais un peu renseigner auprès de mes potes sur ce qu'ils savaient de lui. Et de tous, la même version est sortie. Un mec solitaire, taciturne qui fait des burgers comme un dieu. Mais certainement pas de vie de couple en vu. Et homo ou non, on échappe pas aux ragots et aux regards des commères de la ville. Les petites vieilles ont un don pour tout voir. Et c'est particulièrement flippant. Et là quand on pose la question d'un éventuel couple tout le monde s'accorde sur le fait que je fumer bien trop à avoir des idées pareils. Ma conclusion ? Ken est un menteur. Du coup, je le lâcherais pas. Vu qu'il fait tout pour que je dégage. Ça m'occupe !

Alors aujourd'hui, j'arrive au restaurent où il bosse. Je commande un burger genre XXL et le savoure bouchées par bouchées. Les frites sont aussi excellentes. Ken est en cuisine. Je sais j'ai demandé. D'ailleurs, je demande à le voir pour le féliciter de sa préparation. La serveuse à l'air surprise. Comme si Ken était un monstre sanguinaire et que demander à la voir signait mon arrêt de mort. La serveuse me demande même si je suis certain de vouloir de déranger. Je dis oui sans vraiment à quoi m'attendre. Elle va en cuisine et presque instantanément arrive le beau garçon. M'agresse à moitié. Je garde mon plus beau sourire. « Bonjour Ken ! Moi aussi, je suis ravi de te revoir. » Je sais qu'à ce moment précis il a juste envie de me décrocher la tête. Pas grave au moins je le laisse pas indifférent. « Je voulais juste te féliciter, c'était particulièrement bon. » Ce con me regarde, me dit merci et commence à partir. Je voulais pas en arriver là mais s'il faut ça pour attirer son attention. « T'es sur que tu veux pas t'assoir deux minutes ? » Il me fait un non et disparait presque. « Je sais pourquoi tu étais à la clinique l'autre jour ! » Il se retourne et me regarde droit dans les yeux. Je tapote le siège devant moi pour l'inviter à s'assoir.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 5 Juin - 22:13

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 2...Eat that!

NLa pluie battait fortement sur les vitres du restaurant, temps de merde franchement, j'étais bien content d'être à l’intérieur plutôt que sous cette flotte, quoique j'allais peut etre changer d'avis dans quelques instants...
Cuisinier dans le petit restau de la ville qui servait malgré cela les meilleurs burger puisque c'était moi qui était en charge de la cuisson et oui j'aime mettre en avant le fait que je sois un putain de cuisinier alors que j'y connais pas grand chose ! Cela mis de coté je bossais ce soir comme quasiment chaque soir de la semaine, m'occupant des commandes, des cuissons, un travail prenant, plaisant, instructif et qui laisse peu de temps pour discuter avec Mack. Elle qui a une grande gueule, quand c'est le coup de feu elle se tait et bosse et ça je peux dire que j'apprécie tout particulièrement ! Mais une chose avait changé ce soir, une chose qui ne m'était absolument jamais arrivé. Un client voulait taper la discut...pour quoi faire, me dire que c'est bon ? Il a qu'à laisser un pourboire, que c'est pas bon ? Il a qu'a demandé autre chose, j'ai clairement pas que ça à foutre de ma soirée d'elle faire coucou aux clients, ils bouffent, ils payent, ils se cassent c'était la vision que j'avais de la chose et c'est ainsi que j'agissais moi même en temps que client. Je fermais ma gueule, je bouffais ce qu'on me servait et je me cassais.
Grognon au possible et soupirant alors que la serveuse insisté, j'avais pu me libérer quelques instants de la cuisine pour aller ce client mécontent qui, croyait le ou non n'était autre que Shamus O'brady. Mais si, rappelez vous, le mec dans l'ascenseur qui me regardait avec des yeux de biches effarouché alors que je m'arrangeais pour nous sortir de là avant qu'une heure passe et que je sois le seul survivant de l'ascenseur ! Bon ok, j'avais un peu joué avec pour détendre l'atmosphère et le faire m'aider mais maintenant, j'avais un peu peur que cela ne se retourne contre moi...
Avançant de mon pas habituel jusqu'à lui, je m’arrêtais prêt de la table, le regard de cet air blasé et en rogne dont je suis le spécialiste. Il voulait me féliciter pour ma cuisine, il s'était régalé, etc etc...
J'avais un peu envie de dire que je m'en foutais royalement, mais les clients nous entourant et le patron n'étant pas loin, je lâchais un merci, me retournant pour aller à ma cuisine. J'avais rien d'autre à dire, ni l'envie même d'en dire plus, mais cet enculé, ce petit merdeux, complètement stupide, inutile, débile, transparent, sans saveur ni grand chose qui attire l'oeil me faisait un chantage de gamin. Pourquoi ? Parce que j'avais refusé de m'asseoir à sa table. Je ne voulais pas certes, mais je n'avais pas le temps non plus. Faisant une grimace de colère, je me retournais vers lui, haussant un sourcil, avant de m'approcher à nouveau.

« Écoute moi bien ! Tes menaces et ton chantage tu te les garde ! Je te rappelle l'air de rien que j'ai les moyens de transformer ta vie en enfer si tu ose ne serait qu'osez insinuer que j'ai une prothèse à la place de la jambe ! Maintenant fini ton putain de burger et dégage ! »

Clair, net, précis ? Oui peut être, mais je m'en fichais. Je détestais qu'on tente de me faire chanter, qu'on tente de m'intimider ou de tirer de moi quoique ce soit que je ne veuille accorder. A tout les coup il avait la bite qui le démangeait et voulait tirer un coup parce que j'étais peut être un des seuls mec gay de la ville qu'il connaisse ! Dommage pour lui, mais qu'importe, je m'éloignais de la table, rejoignant le patron qui me regardait d'un air curieux, plein de question et lui expliquait rapidement qui était Shamus. Un mec rencontré la semaine dernière, qui savais pour ma prothèse et tentait sûrement de me draguer ou attirer mon attention en me menaçant de parler de ma prothèse. Ce qui était bien avec le patron était que même si il n'appréciait pas toujours mon attitude, il n'appréciait pas non plus le chantage et donnait une place importante à la vie privé. Ainsi, mon handicap ne regardait que moi et certainement pas le reste du resto ou ce petit prétentieux avec son burger et de la sauce au coin des lèvres... Mais pour autant, il ne ferai rien. Ce serai mauvais genre de le virer du resto, de pousser une gueulante ou tout autre chose du genre en l'instant.
Lançant un regard plein de haine envers Shamus, je retournais en cuisine, les commandes m'attendaient et le service n'était pas fini. Tout ce que j'espérais était qu'il ne soit plus là quand j'aurai fini sinon...je ne sais pas comment je pourrais le fuir, moi qui ne peut pas courir...[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Sam 6 Juin - 4:24

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus


 

 



 

 

Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

Le Karma. La Réincarnation. Voilà des concepts un peu flou pour moi. Mais sur le principe je me demandait si moi ou moi dans une autre vie, j'avais fait quelque chose d'aussi horrible. Journée de merde. Après subir un repas de famille, il faut que je supporte ma propre connerie. C'est toujours difficile de se rendre compte qu'on est un gros con et que la vie se charge de nous le rappeler. Là par exemple, partie avec de bonnes intentions, je venais d'être un des pires connards que ces murs ai jamais vu. Je suis basiquement venu juste pour me changer les idées. Prends un bon petit casse-dalle et essayer d'attirer un peu l'attention d'un beau garçon. Réussi. Peut-être un peu trop d'ailleurs.

J'avais demandé à la serveuse de voir Ken. Quitte à le faire sortir des cuisines. Ne réalisant pas qu'en réalité, je connaissais pas vraiment la personne à qui je m'adressais. Un vrai dragon viens me cracher des flammes à la gueule avant de repartir. Et moi qu'est-ce que je trouve de mieux à faire dans un moment de panique ? Je le provoque. Lui lançant une info qui aurait peut-être une chance de le déstabiliser, je lui demande de rester. Ça fonctionne pour sur. Mais la réaction du bonhomme est pas vraiment celle à laquelle je m'attendais. Je voulais simplement qu'il pose ses fesses devant moi en lui coupant de sifflet. Je lui aurait alors expliquer avec humour que j'étais juste là parce que je me posais des questions sur l’intérêt de mentir à un mec qui avait pas croiser depuis des lustres

Au lieu de ça je réussi simplement à déclencher sa colère. Créer une haine envers moi qui est complètement aux antipodes de ce que j'aimerais avoir comme image auprès de lui. Est-ce que c'est mon passé qui me joue des tours ? Ou juste ma façon de faire bien trop maladroite. Quoi qu'il en soit je me prends chacun de ses mots dans la gueule en serrant les dents. Bon il y allait franchement fort. J'étais pas vraiment convaincu par le fait qu'il ai les moyens de faire de ma vie un enfer et en réalité, il m'apprend plus de chose que ce qu'il pense avec sa réplique. Mes intentions sont clairement mal comprises. Je n'ai même pas le temps de réagir, il repart directement vers les cuisines, parlant au patron en passant. « Ken attends … C'est pas ce que je … Ken … » Il me lance un regard noir et disparaît dans les cuisines. « Ken ! Je savais pas ! Reviens, j'suis désolé ! » Je serre les dents. Souffle bruyamment.

Au regard du patron, j'étais pas vraiment le bienvenu ici. Je fouille dans mon sac, pose des billets sur la table lassant un bon pourboire et quitte le restaurent le regard bas. Me voilà dehors sous une pluie battante, ma guitare dans le dos, un regard de chien battu qui ne se décolle pas de mon visage. Bon. Que faire maintenant ? Je ne voulais pas laisser ça en suspens. Je voulais mettre les choses au clair avec lui dès aujourd'hui. Je fais alors quelques pas et m'abrite devant le bâtiment en face du restaurent. Je ne sais pas combien d'heure je reste là, à chercher ce que je vais lui dire en grattant pour me changer les idées, mais vois beaucoup de client passer. Des collègues à lui partir. Et enfin, après une longue attente, je le vois sortir de l'établissement. Maintenant que j'étais au courant pour sa jambe, sans trop le vouloir, je remarquais qu'il boitillait extrêmement légèrement. Probablement la fatigue.

Je me dirige vers lui, il me voit et soupire. Il continu son chemin en m'ignorant. « Ken arrête toi s'il te plaît. Je suis désolé ! Ken ! » Une tête de mule pour sur. Si on pouvait bien lui donner une qualité c'était sa détermination. Enfin, là j'étais pas franchement loin derrière lui dans le domaine. Je viens quand même de passer quelques heures à l'attendre. « Ken … Je voulais pas te faire du chantage. » Je m’arrête un moment parce qu'au final ces longues heures à réfléchir à ces mots n'avait servi à rien. Parce que c'était bien du chantage que j'avais fait. « Je sais j'aurais pas du, je suis un gros con. Mais je voulais juste te parler un peu … Ken arrête toi s'il te plaît. Je veux juste … » Un moment de silence. Qu'est ce que je veut au fond ? Même moi je ne sais pas trop. Ce mec m'intrigue. Je veux simplement en savoir plus sur lui. Être amis avec lui serait déjà une réussite pour moi. Enfin là si je pouvais juste faire en sorte qu'il me déteste pas, ce serait déjà pas mal.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Sam 6 Juin - 14:02

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 2...Eat that!

Pour toute personne nous avons des catégories. Chacun de nous classe les gens mentalement selon une envie, une façon de voir, un aperçu, une impression. Nous n'étions pas une très grande ville dans cette jolie bourgade irlandaise, ce qui n’empêchait pas qu'on ne se connaisse pas tous bien sur, pourtant avec le petit millier au grand maximum deux milles habitants que nous étions, il devais bien y avoir un certain nombre de célibataires, hommes comme femmes, hétéros comme homo, même si le taux de célibataire homosexuel homme devait être peu élevé, mais malgré cela, pourquoi ?! Je n'avais pas rencontré beaucoup de mec gay je devais bien l'avouer, la seule fois ou je suis aller dans un bar gay c'était quand mon frère m'y avait emmené et je n'avais jamais osé y retourner seul. La peur de l'inconnu, de la stupidité, de toutes ces choses qui pouvaient me rendre étrange, bizarre aux yeux des autres, car oui, je suis, ou j'étais un grand timide. Pourtant, j'avais toujours eu un mince espoir de rencontrer la bonne personne et malgré cela, j'avais encore la chance la plus prononcé de tous les habitants de cette ville. Le boulet suprême semblait avoir de l’intérêt pour moi, ce n'était en soit pas une chose très ennuyeuse ni compliqué, si il se contentait de tenter de me séduire de son air de pauvre gosse, j'aurais peut être même fini par trouver ça mignon et lui donner une chance, qui sais ?  Mais il venait non seulement de détruire l'intégralité de ses chances avec moi, mais en plus de cela de m'énerver au point, que j'aurai pu lui défoncer la gueule à grand coup de latte, jusqu'à l'abandonner au fond d'une ruelle baignant dans son sang. Malheureusement, j'étais en service, les burgers attendaient, tout autant que les frites et les moelleux, ce qui m’empêchait définitivement de tenter quoi que ce soit, alors je ravalait ma rage, la passant en cuisine, sur les burger que je jetais sur la plaque à les en faire exploser, sur mes pauvres collègues à qui je parlais comme des merdes pour le peu que je leur parlait. Pourtant, ils n'avaient rien fait qui leur vaillent une telle rage de ma part. Alors quoi, j’étais juste un de ces types qui est en colère contre le monde entier, parce qu'il était en colère contre lui au final ? Un vieux truc de psy de mes deux encore, mais qu'est ce qu'on peut bien en avoir à foutre ?!

On m'avait informé qu'il était parti, c'était toujours ça de gagner, il avait certainement compris qu'il n'avait rien à faire dans les parages, ou plutôt qu'il n'avait rien à voir avec moi. Pourtant la serveuse tentait de le défendre, me parlant de son air triste et pitoyable quand je suis reparti en rage, de son sourire d'enfant quand il m'a vu apparaître. Il devait être vraiment désolé, s'en vouloir, être triste et tout ce qui s'en suivait, j'en avais rien à foutre ! Ce n'était pas le moment de me parler de lui, alors que la colère était encore présente. Surtout qu'elle osa me demander si c'était un pote à moi...

« C'est un putain de Pédé qui pense qu'il pourra me la mettre aux fesses ! T'es contente ? Maintenant retourne servir tes clients et fais pas chier ! »

oui j'avais encore était désagréable et je me suis encore fait reprendre par le patron qui me disait de me calmer sinon il me virait...je confirme, ça m'a calmé. Finissant ainsi le service dans un silence de mort, je présentais rapidement mes excuses à la fin du service à la serveuse, lui expliquant que j'étais pas mal sur les nerfs en ce moment et lui promettant un moelleux cadeaux le lendemain soir. Mes excuses furent acceptés, et tous quittèrent petit à petit le restaurant, alors que je restais pour la fermeture, buvant un café avec le patron, discutant de tout ça à tête reposé. Un mec bien le patron, un des rares à m'écouter et me comprendre. Il savait que j'avais honte de cette prothèse, que je me sentais diminué à cause de celle ci et que par conséquent, j'étais le premier à me sentir comme un handicapé. Le chantage à ce sujet avait ainsi était un très mauvais sujet pour ce mec, mais selon le patron, il cherchait juste à attirer mon attention, un peu maladroitement. Ouais le patron savait aussi que je trippais sur les mecs, je m'en étais pas caché, je m'en suis jamais caché, même si ce soir on aurai pu me prendre pour un putain d'homophobe. Soupirant comme un damné, je l'écoutais avant de le remercier pour ses conseils, même si je doutais de les appliquer. Cela fait, je le laissais avec les plongeurs pour finir de débarrasser et nettoyer le restaurant, sortant sous une pluie fine, grommelant face à ce temps de merde. J'aurai préféré un beau ciel étoilé, mais on fera avec.

Un pas à après l'autre, je me rapproche de chez moi, il est temps, je commence à avoir mal, trop longtemps debout sans prendre de repos. D'habitude je fais gaffe à ça, je prend une pause pour m'asseoir, me frictionner un peu la jambe, la cuisse, mais là, j'étais juste trop occupé à être en colère. Colère qui, bien heureusement pour celui qui l'avait provoqué était quelque peu retombé, sinon je l'aurai tué dans l'instant en entendu sa putain de voix derrière moi. Putain, ce mec m'avait attendu à la sortie ?! Grommelant un peu plus et surtout, parce que je ne voulais pas le semer en entrant dans mon immeuble, car il aurait su ou j'habitais et serait très certainement venu me stalker comme un grand malade mental qu'il est, je stoppais sous le porche d'une boutique entre le restaurant et chez moi, me retournant pour l'observer d'un regard toujours aussi blasé et colérique que précédemment. Il s'excusait, soit disant qu'il ne voulait pas me faire du chantage, ce à quoi je ne pu retenir un petit rire moqueur.

« Non, tu voulais me forcer à m'asseoir face à toi en me menaçant de révéler un truc que je cherche à cacher ! La prochaine fois ça sera quoi ?! Suce moi la bite ou je répète à tout le monde que t'es un putain d'unijambiste ?!  T'es vraiment con ! »

Bon au moins, sur ce point, il était d'accord avec moi, c'était un gros con ! Ceci dit et puisque nous avions trouver un point d'accord, je reprenais ma marche, rentrant lentement chez moi, l'écoutant malgré tout, comment je pourrais faire autrement, il n'y avait que nous dans la rue à cette heure.

« Tu voulais me parler ? Moi pas ! T'as la queue qui frétille parce que tu sais que je gay ? Pas de bol j'ai déjà quelqu'un ! Et même si je n'avais personne, t'aurai aucune chance, alors retourne montrer ton caleçon aux gamins du lycée en braillant que t'es pédé puisque ça à l'air d’être ta plus grande réussite sur cette Terre et oubli mon existence ! »

Oui, je savais que j'étais clairement méchant en cet instant, au final, il ne m'avait pas fait grand chose. Du moins si j’oublie le chantage, ce que je ne supporte pas, mais méritait il autant de haine ? Non, certainement pas et c'est comme ça, que je me rappelais au meilleur des moments possible, mon frère qui me disait d'être sympa et d’écouter les gens quand ils avaient un truc à dire ou voulaient s'excuser. C'est pourquoi je m’arrêtais, me frottant les yeux d'une main, maudissant ce putain de souvenir avant de me retourner.

« Bon ok, je t'écoute mais tu fait court, je suis claqué, j'ai envie de rentrer chez moi, d'enlever ce truc et de dormir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Dim 7 Juin - 13:03

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus


 

 



 

 

Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

Je déblatère des conneries qui ont l'air de plus aggraver mon cas qu'autre chose. Bien évidement que je voulais pas lui faire du chantage. Il le sait j'en suis certain. Même si ses paroles sont dures à entendre. J'ai l'impression instantanée d'être la dernière des merdes. Alors qu'il reprend mes propres mots, je comprends pourquoi il est aussi méchant, mais je n'arrive pas à me virer mon innocence de l'esprit. Alors qu'il parle de chantage sexuel, je n'arrive pas à ne pas réagir. Je suis quand même encore un puceau de vingt-cinq ans. Il reprends la parole rajoutant des propos plus que blessants. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il a autant d’antipathie pour moi. Non, je le prends pas juste pour une bite sur pattes et je sais qu'il n'a pas de mec. Quand il rajoute sa petite dernière réplique cinglante, je comprend un peu mieux. Il me voit encore comme le petit branleur du lycée. Heureusement pour moi, ma vie ne se limite pas à cette partie de ma vie. C'est même probablement un prélude à ce que j'ai vécu de mieux. Oui ma connerie à la remise des diplômes est un beau souvenir. Mais surtout parce que ça marque un changement radicale dans ma vie.

Alors que je pensais l'avoir simplement perdu, une lueur d'espoir arrive. Je sais pas ce qui lui traverse le crane mais il se retourne et me donne une nouvelle chance. Non sans une petite pointe de méchanceté quand même. J'avoue qu'il m'a vexé et que si j'écoutais le branleur en moi, je l’enverrais juste chier en le traitant de vieux con avant l'heure. Mais je suis plus le même mec. Ou je veux plus l'être. « Bon. Déjà je m'excuse. Je voulais pas et je ne savais pas pour ta jambe. J'avais juste capter le service dans lequel tu t'étais rendu la semaine dernière. Je suis désolé. En suite, non, je n'ai pas juste envie de m'envoyer en l'air avec toi parce que t'es le seul gay que je connais. Si j'ai envie d'un plan cul, il y a quand même plus simple. Je prends ma bagnole je rejoins la ville et je vends mon cul dans un sauna gay. T’inquiète pas qu'il y aura des intéressés. » Je soupire et regarde mes chaussures un instant. Merde j'ai presque honte là. Au final je suis qu'une none qui se fait passé pour une pute.

Je reprends mes esprits et continu mon laïus. « Tu vas me prendre pour un taré. Enfin, plus que maintenant, mais j'ai juste envie d'apprendre à te connaître. T'es pas comme les autres connards que je fréquente. Toi tu as ce petit air triste noyé au milieu de cette colère. J'ai pas l'habitude des gens comme toi. J'ai toujours eut une belle vie et j'ai toujours fréquenter des gens pareils que moi. Toi t'en a chier et du coup t'es pas une putain de coquille vide. Et moi j'en ai ras le cul d'être une coquille vide. » J'ai juste envie de me mettre une baffe. J'ai l'impression d'être un incroyable connard égoïste. Je soupire lourdement. « Je suis désolé de te faire chier … Tu dois vraiment me prendre pour un taré. » Je baisse les yeux et hésite à me barrer. « Mais je veux juste plus être le connard que j'étais il y a sept ans. »
© Gasmask




Dernière édition par Shamus O'Brady le Mer 10 Juin - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Dim 7 Juin - 17:15

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 2...Eat that!

Il m'agaçais. C'était tout ce que j'avais à dire à son sujet pour l'instant ! Il était prétentieux, ennuyeux et en toute sincérité, je ne voyais clairement pas ou il voulais en venir. C'était quoi son souci à celui ? Trop de sucre ? Pas assez de mec ? Trop grosse estime de sa petite personne ou...quoi ?! Comment un homme que je n'avais pas recroisé depuis l'époque du lycée, pouvait il se découvrir subitement une envie de me stalker, de me connaître, de faire partie de ma vie, alors que n'en avions rien à faire l'un de l'autre à l'époque de nos études. Alors qu'est ce qui avait bien pu arriver ? Était ce mon numéro de G.I Joe dans l'ascenseur qui lui avait tant plu ? Ou n'était ce que moi et ma mauvaise idée de tenter une détente d'atmosphère par le rire et un petit début de flirt qui n'avait pourtant rien d'un flirt, c'était juste pour rire, ne l'avait il donc pas compris ?
Laissant ainsi ma hargne et ma colère éclater quelque peu face à lui, je lui offrait tout ce qu'il y avait de pire avec mon caractère, quoique, je n'en étais pas encore au pire en fait, je pouvait être bien plus désagréable et violent dans ma façon de parler et de me comporter. Pourtant ses réponses me firent hausser un sourcil, sourire presque lorsqu'il me parla de ce sauna gay et des intéressés. Comme si il était du genre à faire ce genre de chose ! Je le voyais rien qu'a son visage que c'était un petit pédé qui avait peut être baisé une ou deux fois, tombant chaque fois amoureux au premier baiser.
Quant au reste, je restais quelque peu stupide il voulait me connaître ?! Mais qu'est ce qu'il avait celui là ? Il tombait amoureux au premier regard ou bien ? Et cette connerie d'air triste, je suis pas triste ! J'ai aucune raison d'être triste c'est de la pure connerie, une stupidité sorti de l'esprit gangrené d'un idiot ! Il me prenais pour un réservoir, un mec qui pourrait donner un sens à sa vie, ce qui pour moi signifié seulement que sa vie était merdique.

Tentant de respire quelque peu, de garder mon calme, je réfléchissais une seconde avant de lui répondre, tentant d'être moins agressif avec lui, ce qui m'étais particulièrement difficile !

« Bon on va reprendre parce que là, je me retiens d'enfoncer violemment mon poing dans ta gueule ! De une, tes excuses tu te les met ou je pense ! Un mec qui veux jouer avec le chantage est un moins que rien et ne mérite aucune excuse ! Pour ton putain de Sauna gay, vas y et fait toi baiser, dans le noir de préférence, que les mecs puissent avoir envie sinon tu pourrais les rebuter ! Finalement... J'ai pas envie de te connaître, j'en ai rien à faire de toi, je ne suis triste, ni plein de colère, je suis comme ça ! Alors ta coquille vide de merde, tu te la fait remplir dans ton sauna gay et tu m'oublie, car je serais certainement pas celui qui te permettra de ne plus être ce connard qui aimais torturé les gamins au lycée ! Sur ce adieu et à jamais ! »

J'avais été un connard ? Oui clairement, j'avais été méchant ? Oui clairement, je regrettais...pas vraiment, mais malgré cela...je ne pue que rouler des yeux grommelant quelque peu.

« Et désolé d'avoir été un connard, je suis juste sur les nerfs ! Maintenant rentre chez toi et oublie moi, ça sera plus simple pour toi. »

Détournant les yeux, je reprenais mon chemin, marchant doucement jusqu'à mon immeuble, me demandant si il allait lâcher prise ou me suivre comme un petit chien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Mar 9 Juin - 9:27

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus


 

 



 

 

Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

La communication n'est décidément pas mon fort. J'ai l'impression d'être encore plus débile que d'habitude. A croire qu'il me rend encore moins intelligent que ce que je suis d'habitude. Pas une grande réussite si vous voulez mon avis. En plus de lui prendre la tête, il a apparemment comme seul désir de me défoncer la trogne. Putain mais qu'est-ce que j'ai dis ou fait pour mériter ça ? Du coup, il enchaîne avec des répliques qui, s'il n'avait pas été lui, je lui aurais probablement mit mon poing dans la trogne, ou j'aurais chialer après m'être casser comme un prince. Non là, j'accuse avec la misérable impression de mériter chaque mots. Il le dit clairement il n'en a rien à faire de moi et n'a pas envie de me revoir. Mais ses derniers mots me font quand même tiquer. Putain je suis plus ce branleur du lycée !

Alors que je pense qu'il a terminer de m'en foutre grassement plein la trogne, il roule des yeux et je m'attends à une seconde couche. Étrangement non. Il s'excuse et me dit de l'oublier, que ce serait plus simple pour moi. Ce genre de discours hélas à tendance à me faire penser le contraire. Les personnes qui prononcent ces mots attendent généralement qu'on s'accroche. Alors qu'il commence à repartir, je veux tester un denier truc. Juste un dernier. Maintenant qu'il a déversé une grosse dose de haine et qu'il est soulager, je vais peut-être avoir une dernière chance. J'effleure sur épaule du bout des doigts pour attirer son attention. Je pousse un gros soupire. « Bon. Même si tu en as rien à foutre, je m'excuse. Sincèrement. J'ai été débile. Et je mérite que tu soit en colère contre moi. Je sais que t'es un mec bien. Même si tu mâches pas tes mots. » Je souris presque. Mon euphémisme est quand même béton. « Sache que je pense tout ce que je te dis. Et j'ai compris, il suffit que tu dises un mot et je disparais pour toujours. Pour l'instant, je vais me choper une pneumonie en rentrant à la maison sous cette putain de pluie qui veut pas s’arrêter. Bye Ken. »

Oui, je pense chaque mots que je lui ai dis. J'ai pas envie de faire le psy, ou le con condescendant, mais je suis certain que ce mec à juste besoin de quelqu'un qui s’intéresse à lui. Pas forcement pour un couple hein. Juste un ami. Je suis pas débile, il a l'air hyper seul. Ses collègues le craignent ! Bon son patron à l'air de l'apprécier. Mais pas outre mesure. Sinon, il m'aurait probablement foutu dehors à grand coup de pied dans le train. Et je l'aurais bien mérité. Je repasse ma guitare sur le dos et commence à partir en contre bas dans la rue. Après quelques pas, je lâche un grand soupire, priant intérieurement qu'il ne m’appelle pas pour prononcer le fameux mots qui me ferait ne plus le voir à jamais.  
© Gasmask




Dernière édition par Shamus O'Brady le Mer 10 Juin - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Mar 9 Juin - 13:05

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 2...Eat that!

On pourra dire que j'ai été particulièrement peau de vache ce soir. A tort ou a raison me direz vous, mais je n'y peux rien si j'ai un caractère de merde comme aimais à le dire mon frère. Je démarre au quart de tour, poussant insulte et grognement, gueulant plus qu'il ne fallait, quoique mon frère disait que j'étais comme un petit chien. J'aboyais beaucoup, mais je mordais pas, ça le faisait rire, ça me faisait rager et il imiter l’aboiement d'un chien ce petit con...putain qu'est ce qu'il pouvait me manquer !
Mais la question de l'instant n'était pas là, la question était de rentrer rapidement chez moi, de prendre une douche brûlante et d'oublier tout ceci avec un bon petit café. Mais ce mec, ce Shamus semblait ne pas vouloir lâcher le morceau. Je lui avais dit pourtant de m'oublier non ? De me laisser tranquille et que ça irait mieux pour lui. Alors pourquoi continuait il ? Pourquoi cherchait il encore à me parler et il était prêt à admettre de nouveau qu'il était un parfait idiot, ce qui m'allait bien de base si ça c'était arrêté là, mais quand il ajouta que je ne mâchais pas mes mots, un sourire naquit sur mes lèvres. C'était amusant au final qu'il me dise cela et je m’arrêtais. Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment, disons que sur tous les points manqués qu'il aurai pu marqué, il venait de marquer le tout premier. Je l'écoutais donc quelques instant, curieux de savoir ce qu'il pourrait bien ajouter à cela, ce qu'il pourrait me dire qui pourrait marquer un second point et me faire penser qu'il n'est peut être pas un simple déchet, mais je m'attendais à une connerie qui remettrais le comptoir à zéro et me ferais partir.

Malgré cela, rien ne vint, il me rappela qu'il pensais sincèrement ce qu'il avait pu me dire, que j'étais génial, intéressant et patati et patata et vous voulez savoir le plus surprenant de tout ? Ce con aurai presque pu me faire croire que c'était vrai, au point que je soupirais lourdement à ses histoires de pneumonie et de pluie. Je ne pouvais pas non plus le laisser crever d'une maladie à cause de la pluie, parce que ce con est rester sous la pluie pour m'attendre...me retournant d'un geste, je l'observais partir et finalement, me permettais.

« Bon allez, arrête de piailler et viens. J'habite à coté et j'ai des serviettes et du café. Sauf si tu veux ta pneumonie à la con ! »

Comment ça j'avais fini ma phrase qui se voulait gentille par une saloperie ? Oui et alors ? J'étais pas payé pour être gentil, ni souriant d'ailleurs ! Reprenant donc ma marche, ne me demandant si il me suivait ou non puisque je le découvrirait quand j'arriverai à ma porte, je faisais les quelques mètres qui me séparaient de la porte de mon appartement, coincé entre deux boutiques et y insérait la clé, ouvrant ainsi sur le vestibule et l'escalier menant aux étages. J'étais au premier, aussi simple pour moi avec ma jambe en fait, mais ce soir avec la pluie, la soirée et la douleur, monté s'avéra être un calvaire. Je devais le faire marche après marche, grognant quelque peu à chacune de celle ci, pensant réellement que j'avais l'air d'un handicapé de première. Arrivant finalement à mon étage j'ouvrais la porte de mon appartement, entrant et laissant entrer mon invité de l'instant dans ce petit appart aux briques apparentes. Ma mère avait fait la déco, des cadres sympa sur les murs, une photo de mon frère et moi, quelques étagères, un grand sofa imitation cuir et tout ce qu'il va avec l'idée du salon. Je me dirigeais déjà vers la salle d'eau, allant récupérer des serviettes, en jetant une sur le mec à la guitare, avant de me diriger vers ma cuisine.

« Bon qu'est ce que tu veux boire l'imbécile ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Mer 10 Juin - 17:42

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus








Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

L'histoire prouve que les secondes chances sont pas nombreuses. Et pourtant, moi j'ai la chance de peut-être réussir à en avoir une. Pourtant quand je marche sous la pluie, la boule au ventre et la fatigue morale qui me prend au crâne, je m'imagine pas que j'ai encore la moindre chance. Dans mon esprit le meilleur scenario possible à ce stade, c'est qu'il rentre chez lui et qu'après un ou deux mois, il lui vient l'idée de reprendre contact parce qu'après tant de temps, ce n'est plus si grave. Et le plus probable, qu'il me sorte une nouvelle vacherie qui fait bien mal et qu'il me dise de disparaître de sa vie pour toujours. Mais rien de tout ça. Non. J'ai enfin du avoir un mot qui réussi à percer sa carapace de colère. Je ne sais pas d'où, mais j'ai le droit à cette seconde chance sortie de nulle part. Après un lourd soupire qui semble le calmer légèrement, il m'interpelle et me propose de venir me sécher chez lui. !

Je souris simplement et emboîte le pas derrière lui. Je décide de me faire tout petit pour éviter de me faire envoyer sur les roses de nouveau. On fait seulement quelques mètres et pourtant j'arrive à oublier un détail qui vient pourtant d'avoir son importance. Il ouvre la porte qui donne directement sur un escalier. Il habite au dessus de boutiques. Et aussi con que ce soit, je tique et met un moment à comprendre pourquoi il en chie à grimper les escaliers. Un instant, je m'imagine lui proposer un coup de main. Mais je pense que j'aurais simplement susciter une réaction négative. Comme si je ressentait de la pitié. Est-ce le cas ? Peut-être un petit peu. Je n'ai pas l'habitude de fréquenter des gens avec un handicap. Ken est le premier que je fréquente. Je prends donc mon mal en patience et baisse les yeux, me faisant le plus discret possible. Faire comme si je voyais rien, que rien ne se passait.

On arrive enfin à son appartement. Il m'invite à rentrer en premier, je m’exécute et rentre dans son salon, mes habits dégoulinants, restant là comme un couillon à scruter son antre sans pour autant porter de jugement. Une photo de son frère prouve qu'il a partiellement fait son deuil. Une bonne chose. Je reprends partiellement conscience quand je reçois la serviette dans la gueule. Je lâche un automatique merci avant d'écouter pour de vrai ce qu'il me demande. « Euh, un café ça me va très bien merci. » Alors qu'il part dans la cuisine chercher le fameux breuvage, je scrute plus attentivement autour de moi. L'appartement est assez impersonnel en comparaison du mien. Je n'ose pas vraiment bouger. De peur de faire une nouvelle connerie. Je bouge du milieu du salon et je me sèche mollement la crâne et me demande si je peux virer quelques vêtements sans avoir l'air d'un putain de pervers. « Ken, j'ai le droit de virer mes pompes et ma veste sans avoir l'air de vouloir te sauter dessus ? »
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Mer 10 Juin - 18:22

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 2...Eat that!

Pourquoi, j'avais invité ce mec chez moi déjà ? Parce que j'avais eu la petite voix au fin fond de ma conscience qui me disait que j'étais un sombre connard et que je devrais tout de même tenter d'être sympa et de me rattraper ? Peut être ou peut être que même si je ne veux pas l'avouer, il m'a touché avec sa tête de chiot battu et son coté excentrique. Puis il était complètement trempé, un peu comme moi au final et tout ça parce que j'étais resté dans la rue à écouter ses conneries ! Si je tombais malade, je lui présenterais la note ! L'ayant ainsi amené jusqu'à mon appartement, tentant de ne pas trop montrer à quel point j'étais diminué par ma douleur à la jambe et ma prothèse, je grimper les marches, une à une, attendant la remarque à la con qui me ferai lui donner un coup pour qu'il dévale les escaliers et finisse avec un traumatisme crânien en bas, mais à ma grande surprise, il était plutôt calme. J'aurai presque oublié qu'il me suivait tant il tentait de bien se tenir. Lui avais je fait peur ? Craignait il que je crie de nouveau, que je l'envoie chier ? C'était un peu tard, il savait ou j'habitais alors pour maintenant...

La porte passé et mon appartement se dévoilant à lui, je le laissais tranquillement dans ce qui était à la fois l'entrée et le salon. Bah oui, c'était un petit appartement, un truc simple, tranquille, bon certes, j'avais pas trop mis mes affaires, laissant la déco à ma mère. Je crois que la seule chose un tant soit peu perso que j'ai posé ici est une photo de moi en uniforme avec une médaille que j'ai eu. Un truc dont je suis fier, même si au final, les médailles ne comptent pas vraiment. Allant ainsi attraper deux serviettes dans ma salle d'eau, j'en lançais une qui atterris sur la tronche même de Shamus qui eu tout de même l'amabilité de me dire un merci, ce qui, à mon goût était la moindre des choses. Passant ainsi la serviette dans mes cheveux durant quelques instants, je lui proposais de quoi boire et un café semblait bien lui plaire. C'était aussi bien, j'aurai moins de truc à préparer. Allant donc allumer la machine à expresso et préparant la capsule, je profitais que l'eau chauffe pour virer mon t shirt, finissant ainsi torse nu à tenter de me sécher quand il me posa une question qui me fit hausser un sourcil.

« Euh...ouai tu peux, je m'en cogne un peu en fait, de toute façon si tu tente de me sauter dessus je t'en colle une ! Puis je me suis pas gêné pour me mettre à l'aise moi ! »

souriant d'un air un peu con, je lui montrais que j'étais torse nu, lui dévoilant autant mes abdos qu'une ou deux petites cicatrices de guerre. Ma machine signalant qu'elle était chaude je lançais le café, sortant les tasses avant de lui servir son café que je posais sur la table.

« Tu sais que tu peux entrer ? Je vais pas te bouffer ! Puis boire son café assis c'est mieux ! »

L'avais je à ce point perturbé qu'il n'osais plus bouger ? Je ne me savais pas si autoritaire et effrayant. En un sens, j'aimais bien ça, le coté je dirige, je suis le plus fort et tu m'es soumis. Sûrement un truc qui me viens de l'armée encore une fois, mais qu'importe. Mon café, prêt, j'allais m'asseoir à la table, tendant la jambe munie d'une prothèse, me massant quelque peu la cuisse. J'aurais bien aimé l'enlever en fait, mais de une je devais enlever mon pantalon pour ça et il était pas question que je le fasse devant lui et de deux, je ne voulais pas qu'il vois mon moignon parce que...je ne veux que personne vois cette horreur ! Déjà que je ne voulais que personne soit au courant et ce con m'a forcé à lui avouer en me faisant penser qu'il le savait déjà ! Soupirant quelque peu à cette idée, je l'observais un instant puis me lancer.

« Bon, paraît que t'as des trucs à me dire ou je sais pas trop quoi, alors lance toi, je vais pas en rajeunissant ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Mer 10 Juin - 22:33

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus








Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

J'ai l'impression d'être dans l'antre de la bête. Comme si j'étais la belle qui découvrait son nouveau château. Pas dans le sens qu'on finisse ensemble à la fin de l'histoire. Non, plus dans le sens que la bête va vite en avoir ras-le-cul et me bouffer. Quand je lui pose la question, je m'assure de lui laisser la muselière le temps d'être en sécurité. Il me répond avec tout son tact habituel, mais étrangement je le trouve sympathique sur la fin de sa phrase. Peut-être la vue de son torse nu qui réussi à endormir mon sens de la survie durant quelques instants. Merde, c'est qu'il est vraiment bien foutu ce con. Je reste un peu comme un débile à le regarder, m'essuyant la tête. J'en profite quand même pour virer ma veste quand il se retourne pour ramener les tasses sur la table. Le tissu me colle à la peau et m'arrache une grimace. Je passe la serviette directement sur mon T-shirt pour essayer d'éponger un maximum l'eau dessus. Je n'ai qu'une envie c'est de me mettre à poil, mais ce serait particulièrement malvenu.

Quand il reprend la parole, je manque d'exploser de rire. Le choix des mots. Un truc de dingue, comme s'il lisait dans mon esprit. Et du coup, je me demande s'il va pas vraiment finir par me bouffer. Je me contente de sourire de virer mes chaussures d'un adroit geste des chevilles, les laissant prêt de l'entrée et je prend le soin, avant de m’asseoir, de mettre la serviette en dessous de mes fesses pour ne pas abîmer le canapé. Lui s'occupe d'aller chercher les cafés bien chaud dans la cuisine. Moi qui n'en boit pratiquement jamais, j'ai peur de son expresso. C'est le genre de breuvage qui fera que je vais pas dormir de la nuit. J'aurais peut-être dû oser lui demander un long. Il s'installe et pose la tasse devant moi. Il allonge sa jambe blessée, et grogne légèrement. Il doit avoir mal. J’espère simplement qu'il ne souffre pas plus à cause de ma présence. Je veux surtout pas revenir sur le sujet. Il finirait probablement par me tuer d'une façon rapide et indolore. Les militaires savent faire ça ! Et puis pas moyen de retrouver mon corps après ça. Je disparaîtrais simplement de la surface de la Terre. Pouf ! Plus de moi.

Ken interrompt mon délire, mais me prend de court. J'ai encore goupiller mal le truc. J'ai rien de particulier à lui dire ! Pourtant, il me regarde là, dans son appartement, l'air d'attendre quelque chose. « Bah euh » Je suis déjà très convainquant. T'es sur la bonne voie Shamus ! Vas y ! T'es un winner. « Je suis surtout venu te voir pour garder le contact en vrai. J'étais content de te revoir la semaine dernière. Et comme je t'ai dis en bas, je sais pas trop d'où ça me viens mais mon cerveau est persuader que tu es un mec dont on est fier d'être un pote. » Bravo champion ! Tu passes encore pour un putain de sociopathe sans amis. Bordel, il faut que j’enchaîne … que je trouve un truc. Je cherche autour de moi, un truc pas casse gueule pour changer de sujet. Les photos ? Lui et son frangin ? Lui avec une médaille ? Non. Mauvaise pioche. Le café ? Trop banale. Puis je vois la housse pleine de ma guitare qui me fait de l’œil. « Tu aimes là musique ? Tu sais jouer d'un instrument ou tu chantes, un truc du genre ? »
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Mer 10 Juin - 23:44

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 2...Eat that!

Je ne comprenais pas tout. Ou alors je m'étais trompé ? Remontons un peu dans le temps, Shamus était venu au restaurant pour manger, ce qui jusque là est parfaitement normal, on ne va pas au restaurant pour faire un tennis ! Mais il m'a fait appeler pour me dire que c'était bon. Ce qui était une chose en soit et même si je lui ai répondu comme un connard qui s'en fout, je dois avouer qu'au fond de moi, j'ai apprécié son compliment. Ce qui signifiait pour moi qu'une fois en cuisine, je lui aurai fait envoyer un dessert offert en lui proposant de rester pour qu'on prenne un café ensemble. J'avais beau être un connard avec un caractère de merde, je pouvais de temps à autre être sympa.. Mais avec son chantage ses conneries, j'avais juste eu l'envie de lui exploser la gueule, je pense d'ailleurs qu'il l'a compris de par mes mots. Je détestais qu'on joue avec moi, qu'on s'amuse à me faire croire des choses ou qu'on tente de me faire chanter. Le chantage est la pire des choses au monde pour moi, ce ne sont que les petites gens, inapte à s'imposer dans le monde qui jouent du chantage pour tenter de se donner une importance.

Je l'avais donc envoyé paître, lui avais montré que je ne le craignais pas et lui ferais regretter d'avoir tenté d'être joueur avec moi en ce sens, j'étais le maître de mon destin, de mes envies, lui n'était rien de plus qu'un intrigant, mais malgré cela, je sentais un peu de bon en lui. Était il simplement idiot ? Stupide ? Inapte à la vie en société ? C'était possible, je pouvais le concevoir et j'avais cette petite voix en moi qui me disait que je devais lui laisser une chance, que je devais faire quelque chose qui lui offrirai ne serait ce qu'une seconde chance, aussi minime soit elle. Alors j'avais tenté. Je l'avais repoussé, envoyé chier et comme il insisté, je l'avais invité à prendre un café. Comment ça, c'est idiot ? Bah non, il voulait me parler, c'est pour ça qu'il était venu me voir au restaurant à la base non ? Donc il allait venir me parler, c'était aussi simple que cela.

J'avoue néanmoins avoir un peu jouer avec lui. Le sachant gay et étant persuadé que si il voulait me connaître c'était pas seulement pour me parler du temps et devenir pote, j'avais enlevé mon t shirt. Certes il était trempé et c'était mieux ainsi, mais j'aurai pu en remettre un sec alors que là, je restais ainsi, tandis que lui joué le prude. Je l'avais peut être perturbé comme on perturbe parfois les enfants avec des bêtises et en cet instant c'était mes mots et mon corps qui le perturbais. Mais j'avais en plus de cela, un rôle d’hôte à tenir, un rôle important donc et je lui amenais rapidement son café, m'installant face à lui, me demandant tout de même si j'allais pas aller changer de pantalon et mettre un truc plus confortable en profitant pour changer de prothèse et ainsi pouvoir me masser un peu l’extrémité. Mais au lieu de ça, je lançais le sujet et finalement haussais un sourcil. Soit ce mec était un bennet, soit il était le plus mauvais dragueur de tout l'univers. Mais qu'importe, il voulait me connaître, qu'il tente donc ! Je lui souriais ainsi d'un air amusé, buvant un peu de mon café avant de le regarder droit dans les yeux.

« C'est marrant, parce qu'au lycée, je me souviens même pas t'avoir adressé un jour la parole. J'étais juste un mec de ta classe que t'ignorais royalement ! Sûrement à cause de mon frère d'ailleurs, mais qu'importe, donc le coup du reprendre contact, passe moyen, mais on va dire que je vais te croire, ça sera plus simple ! Maintenant pour le mec dont on est fier d’être pote, je sais pas, j'en ai pas ! Ceux de l'armée sont morts, ceux d'ici savent pas que je suis de retour et je vois pas l’intérêt de leur dire ! Et enfin, non, je ne joue pas d'instrument de musique et tu peux te peler la nouille avant de m'entendre chanter ! Mais je pense etre comme tout le monde et aimer écouter un peu de musique de tant à autre. Me demande pas quoi, c'est ce qui passe à la radio ! Et tu peux enlever ton t shirt si il te colle trop je vais pas te sauter dessus ! Puis ma jambe me laisserai pas faire de toute manière ! »

C'était un sacré speech que je venais de lui faire, mais au moins c'était clair. Je savais qu'il avait probablement un kiff sur moi et lui savais que j'étais pas un mec très porté sur les potes à tout va ! Ce qui ne voulais pas dire que j'étais contre m'en faire de nouveau, que je verrais une fois tous les trimestre pour une bière avant de leur dire à la prochaine. Puis il m'agaçait avec son t shirt mouillé qui semblait le gêné et l’embêter ! Je pouvais même lui prêter un t shirt si il était prude,quoiqu'il était peut être en attente d’amorcer un truc ? Boarf autant jouer franco et amorcer le truc !

« Tiens d'ailleurs ! Si t'es venu parce que t'aimerai bien baiser dit le ! Pour une nuit ça passe, mais c'est moi qui te prend et dans le noir ! Et une fois fini tu te casse et basta ! Sinon...il est bon le café ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Jeu 11 Juin - 1:04

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus








Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

Je crois que ce mec a décider de me rendre dingue. Pourquoi il est aussi imprévisible ? Pourquoi il est aussi dingue ? Est-ce que c'est ça qui m’intéresse chez lui ? Si oui, je crois que je suis en train de devenir maso. Parce que autant moi je galère à trouver les mots les moins flippants, les plus doux à l'oreille, bref ceux qui me donne une chance de pas me faire jeter en dehors de cet appartement dans les deux secondes. Autant lui, il ne doit pas avoir de censure entre ses idées et sa parole. Il reprend méthodiquement chacun de mes mots pour les utiliser à ma torture mentale. J'ai l'impression que je perds mon temps à l'écouter. Mais en y pensant au moins deux secondes de plus, je serais pas ici si c'était pas un minimum un mensonge. Il s'amuse à tordre mes propos pour me les remettre dans la trogne. Oui au collègue et au lycée, j'ai du vaguement lui dire quelques mots. Mais on se connaissait vraiment pas. Mais ses dire me mette franchement mal à l'aise. J'ai l'impression de lui avoir menti alors que j'ai uniquement dit la vérité. Sors de ma tête Ken !

Il poursuit en me parlant de son absence de potes. J'avoue que là j'ai l'impression d'avoir mit les pieds dans le plat. Mais il semble pas s’émouvoir plus que ça. Il semble juste être un solitaire. C'est tellement éloigner de mes convictions personnelles que j'ai du mal à appréhender s'il faut que je le pleine, l'aide ou si je dois disparaître. Il aime me mettre en difficulté. Du coup je n'arrive pas à l’interrompre, je reste là à écouter son laïus comme un couillon avec un demi-sourire comme si sa parole était évangile. Quand il enchaîne sur mon changement de sujet, je crois voir une lueur d'espoir, mais il réduit vite mes possibilités de rebondir sur mes ou ses propos. Merde ! Moi qui cherchais une excuse pour lui chanter un morceau ou lui apprendre un ou deux accords, je l'ai dans l'os. Quand il me dit d'enlever mon t-shirt, j'ai un léger sourire. Je commence d'ailleurs à m'exécuter bien sagement presque comme s'il m'avait donner un ordre.

Je suis donc debout, en train de virer mon t-shirt, la tête dans le tissu et les bras en l'air quand il reprend la parole. Ses mots résonnent dans mon crâne comme si je les avaient rêver. Je ne sais pas comment je me démerde, ni si c'est vraiment ses mots qui m'ont perturber, mais je me prends les pieds l'un dans l'autre et je m'écrase, les bras toujours au dessus de ma tête sur le sol de son salon. Je suis par terre en train de me débattre comme un gamin de cinq ans avec mon t-shirt. « Aieuh ! » Je gesticules quelques secondes avant de m'immobiliser dans un soupire. Putain de T-shirt mouillé, putain de garçon qui me fait des propositions salaces et putain de maladresse de merde. Si j'étais seul, je me serais mis à chouiner comme un gosse, mais je me contente de reprendre mon calme et d'enfin réussir à sortir de là en me remettant sur mes pieds, le cul toujours visser sur le sol. Assis par terre, je regarde Ken avec un regard de gamin honteux. « Me refait plus jamais ça … Tu m'as dit un secret, je peux bien te dire le mien … Je suis encore puceau. » J'ai le regard bas. Sans m'en rendre compte, je suis pratiquement en train de loucher sur sa jambe. Comme un gamin qui vient d'avouer qu'il a voler du nutella.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Jeu 11 Juin - 1:58







Barbie & Ken : Round 2



Très bien, je l'avouais clairement, Shamus était l'un des hommes les plus drôles et les plus amusant que j'ai jamais rencontré ! Le meilleur ? Il ne le faisait pas exprès ! Il ne cherchait en rien à être drôle ou amusant et pourtant...chacun de ses gestes, de ses mots était une farce, une boutade, un jeu qui m’amusait. Du moins, quand la blague était bonne car un peu plus tôt j'avais juste envie de le tuer. Mais en l'instant, je crois que j'aurai pu me pisser dessus de rire tant la situation était cocasse.

Figurez vous, cher amis que le jeune homme face à moi, buvez mes paroles comme on pourrait boire du petit lait. Jusqu'ici ça m'allait parfaitement, même si son sourire à la con m'agaçait quelque peu. Au moins avait il le pouvoir de sourire même quand on était peu agréable avec lui, ce qui était un bon début pour lui, car j'étais pas un enfant de cœur et mieux valait qu'il sache endurer mes coups de gueule et mon franc parler si il voulait avoir une petite interaction, même amicale avec moi. Mais là n'est pas le souci, le souci si on peut appeler cela ainsi et qu'alors que je lui disais qu'il pouvait enlever son t shirt humide et qu'il s'exécutais, je remarquais une chose qui aurait presque pu me surprendre. Il était particulièrement bien fait, musclé, mignon, si ce n'est ce grain de beauté ignoble prêt de son téton, mais à part ça, il était loin d'être dégueulasse à regarder ! Mais quand je laissais l'éventualité même d'une baise, ce qui pouvait être ce qu'il cherchait et ce dont je pourrais possiblement avoir besoin pour me changer les idées, monsieur, tituba, se pris les pieds tout seul comme un grand et s'étala sur mon sol, me provoquant un des plus merveilleux fous rire que j'avais jamais eu.

Il fallait après tout être méchamment idiot pour se casser la gueule comme ça pour une histoire de baise, du cul, ce n'est que du cul et pourtant voilà qu'il gigote et trépigne comme un faible enfant, enchevêtré dans ses langes, poussant un petit aie qui me fit rire de plus belle. Je mis un certain temps à me calmer, à parvenir à reprendre le dessus et ne plus me moquer de lui, mais lui, semblait prendre ça au sérieux. Finissant par enlever son t shirt, il me demandant de ne plus me moquer ou alors de ne plus lui faire ce genre de propositions ? Je ne suis pas sur, mais il m'avoua un secret qui me fit hausser un sourcil plus que curieux. Puceau à son age ? Mais c'était quoi son souci, il attendait le prince charmant en se prenant pour blanche neige ou personne voulait de lui ? Peut être qu'il avait un micro pénis qui faisait rire ses prétendant et l’empêchait donc d'avoir une relation sexuelle car ils étaient trop occupé à rire. Ou alors il était puceau mais c'était tout ? Il fallait que je demande !

« Mais t'es puceau de quoi ? De tout ou juste de la bite ? Parce que puceau pour moi c'est t'as jamais fourré ta queue dans un mec ! Donc t'as déjà tâté du barreau, goutté de la banane, pris le gros suppositoire ? Ou alors rien de rien et t'es comme un gamin ? »

ouais, j'étais cru, j'étais peu agréable, enfin, je tentais pas d’être désagréable, juste de m'informer et la question était plus simple ainsi. Et finalement, alors qu'il mattais ma jambe, je descendait de mon canapé, le repoussant sur le sol pour lui passer dessus à califourchon.

« C'est mal poli de regarder les infirmités des gens ! Mais je vais etre sympa avec toi, je vais te dépuceler d'un truc ce soir ! »

Le choppant par les cheveux, je l'attirais à moi et l'embrassais. Pas de fougue, pas d'amour, juste une pelle basique, avant de me relever, comme si je venais de lui faire la bise. Pourquoi avais je fait ça ? C'était marrant! J'aimais l'idée de le perturber et de le choquer puis je me suis dit que j'étais con. Qu'il pensais peut être que je l'aimais et me ferez chier...bon ce qui était fait était fait et je devrais contrôler mes pulsions à la con!

« Aller releve toi, ton café va être froid ! Et raconte moi un peu pourquoi t'es encore puceau à ton age ?! Et va pas t'imaginer que ce baiser était autre chose que de la pitié pour un puceau de vingt-cinq ans! Fallait bien que tu roule ta premiere pelle merde! »


© Jawilsia sur Never Utopia


Dernière édition par Kenneth Walsh le Ven 12 Juin - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Jeu 11 Juin - 15:50

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus








Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

Il m’énerve. J'ai l'impression d'être un petit gamin face à un grand de quelques années de plus que lui. Le genre de relation ou le grand se fiche de la trogne du petit parce que lui a de l’expérience. Je sais pas si j'ai bien fait de venir ici au final. Je suis presque certain que c'était une mauvaise idée même. Il est forcement surpris. Et ses propos. Parfaitement dégueulasse d'ailleurs me mettait pas à l'aise. Il me comparait à un gamin et j'appréciais moyennement. C'était ma faute si j'étais un incurable romantique ? J'avais juste pas envie de me faire troncher dans une ruelle sombre par un mec que je reverrais jamais. Bon j'exagère, mais aussi stupide que ce soit, j'aimerais au moins avoir des sentiments pour ma première fois. J'ai même pas envie de lui répondre. Je marmonne de façon à peine audible un « tout ». Merde à la fin. Il m'agace le bonhomme.

Pourtant, il continu. Une nouvelle fois ses mots résonnent dans mon crane et je n'arrive pas à bouger pour réagir. Il me pousse au sol et passe sur moi. Pendant un quart de seconde je croise son regard. Il jubile d'avance. Un air de bourreau sur le visage, a prendre du plaisir dans le fait de me torturer. Il m'embrasse à pleine bouche. Je le laisse faire les yeux écarquillés comme si je n'y pouvais rien. Je le repousse pas, je répond sans plus à son baiser. Il se relève et se débarrasse de moi. Je grogne légèrement. « T'es malade ! T'as un mec quand même … » Je suis même pas certain qu'il m'ait entendu. Il faut dire que je marmonne. Je suis tout rouge, j'ai chaud. Putain je me déteste tellement d'être réceptif aussi facilement. Le cul poser par terre j'ai la tête d'un marmot qui boude parce qu'il n'arrive pas à faire un accord et que son frangin lui à réussi du premier coup. Jalousie, sentiment d'échec et surtout un petit coup à ma fierté.

Ce sera hypocrite de dire que Kenneth ne me plaît pas et que son baiser, même si automatique, ne m'avait pas plus. Mais il m’agaçait maintenant. J'avais l'impression d'être qu'un jouet et c'était tellement pas mon caractère. Qu'est-ce qui m'arrivait ? « Ça va hein … S'pas ma première andouille. Je suis quand même sortie avec des filles au lycée. Mais oui, j'ai jamais fait l'amour. Que ce soit avec une fille ou un garçon. Je sais pas pourquoi. J'ai eu pleins d'occasions, mais j'ai jamais franchis le pas. J'ai envie que ce soit un bon moment ma première fois. J'veux pas m'en débarrasser comme si c'était une corvée … Tu vois ce que j'veux dire ? » Je lâche pas ma tête boudeuse. Par contre, je m’exécute et reprend place sur le canapé. Je bois quelques gorgées de cafés. « Je sais que tu trouves sûrement ça con. Mais moi, je suis du genre à jouer un morceau de musique pour dire je t'aime, à faire livrer des fleurs chez un mec toutes les heures qui précédent un rendez-vous galant avec lui ou passer des journées entières au lit avec quelqu'un à parler de tout et de rien. » Je lâche un sourire mélancolique. Toutes ces choses je les avais déjà faites pour un garçon. Mais j'avais quand même pas franchit le pas, ne me sentant pas prêt. Il m'avait larguer le soir même par sms … Une réussite.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Jeu 11 Juin - 17:49







Barbie & Ken : Round 2



Tout, à vingt cinq ans j'avais un pur puceau, un mec qui n'avais jamais rien fait du tout, pas même toucher le membre d'un de ces compagnon. Voila bien une chose qui me surprenait et malgré une certaine envie de rire, de prendre tout ceci pour la farce que c'était, je me demandais pourquoi il avait fait cela. Était ce pour lui une façon de se préserver jusqu'au mariage ? Sachant que le mariage homosexuel n'est pas accessible en ce pays, c'était une excuse assez bidon. Pour l'amour ? Ne l'avait il donc jamais rencontré depuis le temps ? N'avait il jamais eu la chance d'avoir un conjoint pour qui il ressentais quelques sentiments ? Il devait réellement avoir un cœur de pierre si c'était cela ou alors un cœur avec une armure qui empêche tout sentiment amoureux d'y entrer. A moins que ce ne soit un petit cœur de plomb lourd et dur. Allez savoir, mais cette histoire de préservation me semblait étrange. Je n'en voyais clairement pas le besoin ou l’intérêt, le sexe n'avait rien de magique ou de particulier, c'était une chose commune et franchement, on avait beau vouloir faire de la première fois un moment merveilleux, c'était toujours mal fait et compliqué. On ne sais pas comment se toucher, se caresser, et franchement, on peut dire ce qu'on veux, mais la première fois, ça vous picote l'arrière train avec vigueur et douleur ! Les suivantes sont bien mieux et donc agréable, au final, la première n'est qu'une étape dont il faut se débarrasser.

Mais malgré cela, ce garçon m'amusais, me faisait presque rire de ses désirs de jeune fille en fleur et alors que je comprenais qu'il était aussi pur qu'un nouveau né, je me prenais le besoin de le salir, de lui enlever un peu de cette pureté et en cela, un baiser était un bon début. Il ne savais pas comment faire. Ou il était trop choqué pour avoir ne serait ce que l'idée de répondre à celui ci, mais bon, j'étais content de moi, amusé par sa réaction, par son teint rougissant allant jusqu'à l’écrevisse, de sa timidité. Je pourrais m'amuser avec ce garçon, il n'y avait aucun doute à ce sujet, mais la question était, voulais je m'amuser ? Ce n'était pas mon genre, j'aimais choqué pour faire fuir, effrayé pour dissuader, mais lui, il restait. Pourtant j'étais peu agréable, provoquant, agressif et il restais. D'autres auraient déjà fuis depuis longtemps et alors même que je reprenais place sur le fauteuil face à lui, m'amusant de ce baiser il me sorti un truc qui me fit lever un sourcil. Un mec ? Je retenais un rire, il était tellement crédule.

« Tu te souviens pas du speech sur j'ai personne dans les environs ? J'ai pas de mec non plus pauvre idiot ! Et j'en ai pas besoin si tu as l'idée de te mettre dans la place ! »

Finissant rapidement mon café, je le laissais reprendre ses esprit, boire son breuvage, m'expliquer cette histoire de baiser qui n'étais pas son premier, de filles et de garçons qui avaient été avec lui et des occasions qu'il à loupé, boulet qu'il semble être. Pourtant, quand il m'expliqua pourquoi, je ne pu me sentir que cynique et stupide. Il était romantique, voulait de l'amour, des chansons, des danses. Des choses qui ne me parlaient pas et qui pourtant pouvant me faisaient rêver moi aussi, car qui ne rêve pas du grand amour au final, même si c'est difficile de l'admettre ? Moi aussi finalement, j'aurai aimé avoir quelqu'un qui me raconte de belles histoires d'amour, qui veuille rester dans mes bras une journée entière alors que nous serions sous la couette à raconter tout et n'importe quoi. C'était une chose qui donnait envie de rêver et pour la première fois ce soir, je baissais un peu la garde

« C'est vrai que ça doit être chouette... »

Une petite phrase de rien du tout, dite sur un ton quelque peu mélancolique et je me sentais déjà stupide. Je reprenais bien vite mes esprit, faisant comme si de rien n'était, me raclant pourtant la gorge face à lui et ses bêtises. Romatique qui auraient presque pu m'avoir.

«...mais bon, ce ne sont que des histoires de conte de fée, ça n'existe pas réellement ce genre de mec mon pauvre Shamus ! Sinon, ça se saurait ! Et les cyniques comme moi, n'existeraient pas ! »


© Jawilsia sur Never Utopia


Dernière édition par Kenneth Walsh le Ven 12 Juin - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Jeu 11 Juin - 18:50

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus








Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

Je soupire. C'est une andouille. Une andouille qui s'entoure de méchanceté pour ne pas prendre le risque de s'attacher. Pourtant, il va pas me faire croire qu'il n'est pas au moins un peu sensible à mon comportement. Sinon, je serais déjà dehors. Ou alors il attends que je parte de moi même ? C'est mal me connaître. S'il me fou pas dehors, je suis capable de passer la nuit chez lui à parler ensemble et a subir ses horreurs avec le sourire. Il a beau être méchant avec moi, il montre toujours une pointe de regret qui me touche. Qui me fait continuer d’espérer qu'il est un mec bien, que je peux bien m'entendre avec lui. C'est un homme blessé, il me faut faire des efforts ! Alors je reste. Je subis et je râle intérieurement. Une petite voix me dit que ça vaut le coup.

Quand enfin il avoue ne pas avoir je copain, je savoure intérieurement ma victoire. Je vais pas le provoquer ça risque de partir en cacahuète. Mais j'avais raison ! Il était pas crédible de toute façon. On échappe pas aux commères dans cette ville. Il aurait forcement été grillé s'il sortait avec quelqu'un. Mais il m'agaçait a rester autant sur la défensive. Comment pouvait-il encore penser que j'étais venu là pour me le faire ? Merde, j'avais juste envie de le connaître. Il était pas si irrésistible ! Et puis pour le moment avec son caractère de merde, aussi beau qu'il soit, jamais je sortirais avec lui. Quand je me livre à lui, pourtant, je crois percevoir une once d'humanité ressortir. D'un côté, mes rêves sont peut-être naïf, mais lui aussi y a obligatoirement penser à un moment ou à un autre. Il est peut-être même un poil jaloux d'avoir perdu cette innocence. Mais ça il ne l'avouera jamais.

Il reprends vite du poil de la bête. « C'est justement parce que tu es cynique que ça t'arrive pas. Moi j'y crois ! Et tant que j'y crois, je suis certain que c'est possible ! Même si je dois encore être puceau à quarante ans. » Sur cette dernière phrase, j'explose de rire. Oui j'ai aussi ma dose d'auto dérision je n'ai pas besoin de lui pour me vanner. J'y arrive très bien seul. « Et puis si moi je suis ce genre de mec, ça en fait au moins un non ? J'attends juste de trouver qui saura apprécier ça. Pas besoin d'être romantique quand ton homme l'est pour toi. » Je souris naïvement.

Il me prends probablement pour un abruti à l'heure qu'il est. J'ai l'impression de revivre les débuts de ma dernière relation. Un mec pas romantique pour un sous. Je l'avais draguer pendant des semaines avant qu'il ne cède. J'avais flasher sur lui. Un coup de foudre. Drôle, gentil et souriant. Au début il me trouvait lourd. Puis plus insistait plus il trouvait ça mignon. Mais voilà après deux semaines, il voulait déjà me sauter dessus. Et quand j'ai dit non … Après ça, je ne l'avais pas recroiser. J'en avais ni l'envie ni le pouvoir. Il était parti de la ville. Un soulagement. Et aujourd'hui, je ne voulais plus offrir mon cœur aussi facilement. Je suis naturellement gentil, mais celui qui me refera du mal risque de le sentir passer.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Jeu 11 Juin - 19:29







Barbie & Ken : Round 2



Ce petit con était doué dans son genre. C'était un idiot totale, incapable de faire un pas sans se casser la gueule, rougissant à peine le mot bite était sorti de ma bouche et malgré ça il parvenait à me faire rêver comme l'adolescent que j'étais encore au lycée. Ouais moi aussi je voulais du romantisme. Du grand amour, de la passion, des déclarations enflammés. J'avais rêvé ma vie comme un ballet, je m'en souviens encore. Je me voyais dans la peau d'un prince cygne, d'un beau au bois dormant ou d'un casse noisette. Je voyais de la musique et de la danse animé ma vie et puis la réalité m'avait rattrapé. Adieux les rêves d'enfants, le romantisme à deux bal qui n'existe que dans les contes et autres bouquins à l'eau de rose. J'avais connu un amour impossible avec un hétéro, senti mon cœur se déchirer et se vider dans mes entrailles, j'avais connu la perte et le deuil, l'anéantissement même de mon être et de ma volonté, la guerre, le chaos, la mort, le sang, la douleur et finalement une touche d'amour. Oui j'avais cru qu’après toutes ces épreuves, j'avais peut être finalement rencontré l'amour avec un de mes camarades. Puis la mort de nouveau, la douleur, la perte d'un membre, de la dignité, de la raison qui me permettait de me lever chaque matin et de vivre. Je n'étais plus un militaire, plus un homme entier, j'étais seul, blessé, un objet de pitié pour mes parents, un objet d'admiration pour ceux qui me voyaient rentrer et pourtant, je n'était rien de tout cela.

Ils ne me connaissaient pas, ne cherchaient pas à le faire non plus, ils préféraient ce portrait de moi qu'ils avaient peint et tant mieux pour eux, cela m'évitais ainsi d'avoir à leur montrer la bête qu'était devenu leur soit disant héro de guerre, fils chéri, ami dévoué.  Pourtant, malgré tout cela ne semblait pas faire fuir Shamus. Je lui montrais mon mauvais visage, jouais avec, me faisait ange et démon, sourire et grimace et il restait, rougissait, c'était étrange. De par sa résistance à ma méchanceté, mon cynisme, je le laissais déblatérer ses inepties concernant le romantisme et me laissait même prendre au jeu, revenant ainsi à une période de ma jeunesse ou je pouvais croire aux amours de toujours et aux oiseaux chantant des chansons pour les couples amoureux. Il me remis dans les dents d'ailleurs que mon cynisme était la raison même de ma solitude, mais je pensais autrement. Ma solitude avait engendrait mon cynisme. Mon combat pour la survie avait engendré mon cynisme et oui comme il le disait, il risquait bien de rester puceau jusqu'à quarante ans ou a vie même. L'idée me faisait sourire, un puceau de quarante ans, chantant des chanson à des hommes qui n'en avaient rien à faire et souhaitaient simplement profiter de ses cuisses inexpérimentés.

« Je te dépucellerais avant ça ! Un peu d'alcool, de GHB et hop, ni vu ni connu ! Un puceau de quarante c'est trop triste à voir ! »

J'en souriais, amusé. Bien sur c'était une sorte de blague de mon genre, j’espérais au moins qu'il comprenne ça et pas que j'étais un violeur à la con qui en voulait à son petit cul ! Pourtant, il me mouchais une seconde fois avec cette histoire d'homme romantique. Il était vrai qu'il y en avais au moins un. Lui. Mais cette histoire de romantisme me laissait malgré tout sceptique. Un homme pouvait avoir assez de romantisme pour moi ? Je demandais à voir..

« Ok...t'es peut etre le dernier ou le seul homme romantique gay qui ai jamais existé. Mais ton histoire de romantisme pour deux...si réellement tu t'es assez romantique pour deux personnes, prouve le moi ! Sinon t'es qu'un putain de menteur qui sais pas quoi inventé pour sauver son petit cul de puceau »


© Jawilsia sur Never Utopia


Dernière édition par Kenneth Walsh le Ven 12 Juin - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 12 Juin - 0:18

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus


 

 



 

 

Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

J'avais l'impression que mes mots étaient en train de faire mouche. Est-ce que j'arrivais à faire comprendre mon point de vu à un cynique, blasé, anti-idéaliste ? Il semble presque se laisser convaincre. Il met sa dose de romantisme à lui. Quand il me propose de me dépuceler à coup de GHB et d'alcool, ça me fait doucement rire. Je le vois pas du tout faire ça ! Il a l'air d'un dur, mais je pense qu'il ne rêve que de ça lui aussi. Simplement de l'amour. Simplement vivre avec un peu d'amour qui lui réparerait son petit cœur d'homme blessé par la vie. Je tente pas d'avoir ce rôle auprès de lui. Je veux seulement lui dire ma façon de penser. Aussi naïve qu'elle semble être, elle me permet de me lever le matin et c'est déjà énorme pour moi.

Il semble même y prendre goût. Le dernier ou le seul gay romantique ? Certainement pas. Mais j'avoue que dans la région ça courrait pas les rues. Sinon j'aurais déjà la bague au doigt ! Qu'il me demande de lui faire une démonstration m'amuse. Je n'ai pourtant rien à prouver, car même s'il pense que c'est un mensonge ce sera toujours ma vérité. Et c'est bien celle qui est la plus importante. Mais je me démonte pas devant ses provocations. Pas une nouvelle fois. Il me provoquait maintenant sur mon terrain. Je souris franchement et le regarde avec affection. Une première depuis mon arrivé ici. « Ok. Installe toi et profite un peu. » J'allais lui sortir une de mes chansons romantique favorite. J'attrape ma guitare, m'installe avec un grand sourire et un regard charmeur. J'ai beau juste jouer le jeu, je veux le faire bien. Je me passe la main dans les cheveux et commence mon classique. Digital Love de Daft Punk.


♫ Last night I had a dream about you
In this dream I'm dancing right beside you
And it looked like everyone was having fun
A kind of feeling I've waited so long


Don't stop come a little closer
As we jam the rhythm gets stronger
There's nothing wrong
With just little, little fun
We were dancing all night long



The time is right
To put my arms around you
You're feeling right
You wrap your arms around too
But suddenly
I feel the shining sun
Before I know it
This dream was all gone


Ooh, I don't know what to do
About this dream and you
I wish this dream come true



Ooh, I don't know what to do
About this dream and you
We'll make this dream come true ♪


Tous le long de la chanson, je ne cesse de croiser son regard et de regarder ma guitare. Idéal moment que cette chanson pour entamer une petite séance de rapprochement. Je me l’épargne avec lui. C'était juste une démo. Je laisse tomber l'attitude de charmeur, les yeux pleins d'amour et mes tiques de lover et je reprends presque mon masque de gamin apeurer devant le grand méchant loup. « Alors ? Ce n'est qu'un aperçu hein. Normalement je sors pas ça de but en blanc. Mais sans préparation, j'peux pas te sortir le grand jeu. » Je refuse de me l'avouer, mais je suis quand même heureux de lui avoir chanter ce morceau. Mine de rien, durant ce petit instant de faiblesse mélancolique qu'il a eut plus tôt, il m'a bien plut ce con.  
© Gasmask





Un aperçu de ce que donne la chanson :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 12 Juin - 12:51







Barbie & Ken : Round 2



Je ne sais pas réellement si je pouvais avouer qu'il était mignon avec son coté pauvre gamin apeuré sans avoir l'air d'un idiot ou d'un cœur d'artichaut. Pourtant, c'était le cas, il m'intriguait avec son histoire de romantisme, de chanson, de sourire et même si j’étais l'homme le plus cynique de la ville, celui qu'il valait mieux éviter si on ne voulait pas recevoir le regard qui tue, ou les insultes les mieux sentis.  Le romantisme était donc une chose qui n 'était pas morte ? Était il possible que non, mon cœur ne sois pas si aride que ça ?
Je l'avais donc mis au défit de me prouver que j'avais tort, qu'il était un mec apte à faire battre le cœur le plus sec qui soit et pour cela, monsieur releva le défi. Il n'avait rien à perdre après tout et puis c'est moi qui lui demandait, alors pourquoi refuserait il au final ? M'installant donc confortablement sur mon canapé, j'attendais qu'il commence, qu'il me fasse sa putain de démonstration et vous savez ce qu'il à fait ? Il a sorti sa putain de guitare et s'est mis à chanter. Chanter...il s'est cru dans une comédie musicale ou quoi ? D’où on chante pour faire la cours  maintenant ? Il s'est cru en dans les années dix huit cent ou bien ? Pourtant, je ne dit rien, le laissant chanter cette chanson que j'avais déjà entendu à la radio, attendant qu'il ai fini pour applaudir quelque peu, lui souriant d'un air gentillet.

« Ouais ok, t'es doué avec une guitare et tu chante méchamment bien ! Mais mis à part j'aurai du avoir quoi là ? Parce que des mecs qui chantent une guitare à la main j'en croise plein les rues et ils demandent juste une piécette, alors en quoi c'est censé être romantique ton truc ? »

Comment ça j'étais chiant ? Je suis pas chiant, il me dit que c'est romantique et je vois pas en quoi c'est romantique moi sa putain de chanson à la guitare ! Pour moi le romantisme, ça serait plus des roses, des dîners aux chandelles, des poèmes, pas son truc à la con qui est certes mignon, mais qui doit surtout être terriblement gênant pour lui et la personne à qui il viens chanter son truc ! Puis en plus sa chanson était pas top ! Je me levais donc pour choper sa guitare l'air de rien, commençant à faire un ou deux accords. Ouais je sais j'ai dit que je savais pas jouer d'instrument, mais la guitare c'pas pareil ! Puis c'est mon frère qui m'a appris et j'en avais pas touché depuis...qu'il était plus là donc bon. Trifouillant un peu la guitare,  je me l'observé, m'etant un genou à terre, l'observant droit dans les yeux, commençant à jouer une chanson que j'avais bien aimé

My heart's a stereo
It beats for you, so listen close
Hear my thoughts in every note
Make me your radio
Turn me up when you feel low
This melody was meant for you
Just sing along to my stereo
If I was just another dusty record on the shelf
Would you blow me off and play me like everybody else
If I ask you to scratch my back, could you manage that
Like it read well, check it Travie, I can handle that
Furthermore, I apologize for any skipping tracks
It's just the last girl that played me left a couple cracks
I used to used to used to used to, now I'm over that
'Cause holding grudges over love is ancient artifacts
If I could only find a note to make you understand
I'd sing it softly in your ear and grab you by the hand
Keep it stuck your head, like your favorite tune
And know my heart's a stereo that only plays for you
My heart's a stereo
It beats for you, so listen close
Hear my thoughts in every note
Make me your radio
Turn me up when you feel low
This melody was meant for you
Just sing along to my stereo
Oh oh oh oh oh oh oh oh to my stereo
Oh oh oh oh so sing along to my stereo, let's go
If I was an old-school, fifty pound boom box
Would you hold me on your shoulder, wherever you walk
Would you turn my volume up in front of the cops
And crank it higher every time they told you to stop
And all I ask is that you don't get mad at me
When you have to purchase mad D batteries
Appreciate every mix tape your friends make
You never know we come and go like we're on the interstate
I think finally found a note to make you understand
If you can hit it, sing along and take me by the hand
Keep myself inside your head, like your favorite tune
And know my heart's a stereo that only plays for you
My heart's a stereo
It beats for you, so listen close
Hear my thoughts in every note
Make me your radio
Turn me up when you feel low
This melody was meant for you
Just sing along to my stereo
Oh oh oh oh oh oh oh oh to my stereo
Oh oh oh oh so sing along to my stereo, let's go
I only pray you never leave me behind
Because good music can be so hard to find
I take your hand and pull it closer to mine
Thought love was dead, but now you're changing my mind
My heart's a stereo
It beats for you, so listen close
Hear my thoughts in every note
Make me your radio
Turn me up when you feel low
This melody was meant for you
Just sing along to my stereo
Oh oh oh oh oh oh oh oh to my stereo
Oh oh oh oh so sing along to my stereo

J'avais passé la chanson à le regarder dans les yeux, lui lançant des sourires de jeune fille en fleur et finalement, maintenant que c'était terminé, je reprenais mon masque de connard, lui rendant sa guitare et me relevant dans un grognement.

« Tu vois, c'est pas compliqué de mettre un peu d'émotion ! Et oubli que je joue de la guitare...et que je t'ai chanté cette connerie, je crois que c'est la fatigue qui joue sur mes nerfs... »

Nan mais sérieux comment j'en étais arrivé à lui chanter cette putain de chanson ? Je voulais lui prouver un truc ? Rire de sa connerie ? Je trouvais ça débile au final et peut etre qu'il vaudrait mieux que j'aille me coucher et lui dise de se tirer d'ici...ou peut etre...


© Jawilsia sur Never Utopia


Dernière édition par Kenneth Walsh le Ven 12 Juin - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 12 Juin - 14:36

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus


 

 



 

 

Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

La situation était en train de tourner. Et possiblement à mon avantage. Il est étrangement attentif. Bon, j'ai choisi volontairement une chanson qui en fait pas trop. Le message est pourtant assez clair dans les paroles. Mais si je lui chantais une déclaration d'amour tout de suite, j'allais probablement m'en prendre une. Oui, ce me est parano et il croit que je suis fou de lui et que j'ai absolument envie de sortir avec lui. Mais j'ai bien compris le message. Monsieur est très bien seul. Mais avec cette démonstration, je veux simplement faire germer en plus l'idée que seul c'est toujours deux fois moins bien qu'a deux. Durant toute ma chanson, j'ai cette petite voix dans ma tête qui me dit que j'épuise mon énergie pour rien. Mais mon éternel optimisme est là pour ramasser la gueule de cette petite voix dès les derniers accords de gratter.

Son jugement est sans appel. Sec. Mais je sais pas pourquoi, j'ai juste envie de rire. Impossible d’ébranler mes convictions avec aussi peu d'entrain mon cher Ken. Surtout que à ma grande surprise, il se lève et me prend la guitare des mains. Je le regarde en silence, ne répliquant pas à ses piques. Mais je me dit que le bonhomme est un menteur compulsif. A croire que quand il me dit un truc sur lui, je dois retenir le contraire. J'ai peut-être un ticket en fait. Il tripote la guitare et finit par trouver les accords qu'il désire. Il se met alors, aussi peu crédible que ce soit à dire, à chanter. Il faut avouer que si un jour je donne le dérouler de cette journée à quelqu'un qui le connais, personne ne voudra me croire.

Il chante particulièrement bien. Bon, la guitare, c'est pas encore ça, mais le choix de la chanson est bon. J'aurais presque l'impression qu'il est en train de me draguer. Pendant un fraction de seconde, je m'évade même à penser que je serais pas si mal avec lui. Si je porte des bouchons d'oreilles pour éviter ses piques bien sur. J'arriverais même peut-être à lui faire dire des trucs gentils un jour. Quand j'aime j'ai suffisamment de patience. Je souris naïvement. Pourtant quand il termine sa chanson, je ne souris plus du tout. Je me met une baffe mentale. Non Shamus, on remet pas le couvert. C'est bien trop risqué.

Il se relève en grognant légèrement. Oubliant toutes les mimiques qui pouvait le rendre un temps soit peu sympathique. Moi, je veux jouer a son jeu moi aussi. Il n'y a pas que lui qui à le droit de retourner mes armes contre moi. Je me lève et pose la guitare contre le canapé. Je me penche alors pour fouiller un peu dans mon sac. Hors de sa vue, j'attrape une pièce et me relevant avec un sourire satisfait, je lui lance. « Merci pour le spectacle. » Pendant quelques instants je crains sa réaction. Mais heureusement pour moi, il semble apprécier mon humour. Il était temps de passer à autre chose. Au final, ce gros menteur, je ne savais pas à quoi m'en tenir. « Si tu es crevé, je peux te laisser hein. Mais si ma présence ne traumatise pas trop tes nerfs, j'ai peut-être une idée pour continuer ma démo. » Je lui fait des yeux de biches, faussement aguicheur, qui se ressentent non crédibles, bref avec une pointe d'humour. « Tu veux un massage ? » dès la seconde où j'ai fini de prononcer ces mots, je les regrette. Putain qu'est-ce que je suis en train de faire ?
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 12 Juin - 17:23







Barbie & Ken : Round 2



Je devais l'avouer, ce garçon avait finalement bien plus d'humour et de dérision que je n'aurai pu le croire et cela était une chose intéressante à savoir. Il était peut être pas un cas perdu après tout et bizarrement, je le trouvais même intéressant, dans la limite du raisonnable pour l'homme que je suis bien évidemment. Je ne me voyais clairement pas aller plus loin qu’être un lointain pote de ce mec, peut être tout juste une connaissance pour boire un café une fois par trimestre, mais c'était toujours un pas pour lui que je voyais relégué à l'idée de sous merde a peigne digne de figuré dans la poubelle des personnes indésirables de ma vie. Il m'avais chanté une chanson accompagné de sa guitare, un truc mignon, sympa et je devais avouer, qu'il avait une sacré belle voix et qu'il se débrouillais pas mal avec une guitare. C'était déjà un sacré début dans mon esprit que celui ci. Certes, la chanson ne me touchait pas plus que cela au final, même si je la connaissais et pouvait aller jusqu'à l'apprécier, mais franchement c'était d'un mielleux et puis il n'y mettais absolument pas les sentiments. C'était soit disant une chanson amoureuse, qu'il y mette la passion. C'était un acteur de merde sur le coup, mais j'étais au moins sur qu'il avait aucun béguin même naissant pour moi et ça sembla me décoincer moi même, car lui piquant sa mémoire, je laissais mes doigts rouillé caresser la guitare et me mettais à lui chanter une chanson d'amour. Comment je faisais pour lui sourire et lui dire ses mots en y pensant presque ? Assez simple, je regardais juste derrière lui en fait. Une photo de mon frère et les mots, les émotions avaient aussi simple que cela à venir. Je n'ai pourtant jamais été un amoureux de la chanson. Même si je pouvais bien avouer qu'auparavant, j'aimais pousser la chansonnette sous la douche ou en faisant le ménage quand j'étais seul. Jusqu'à ce que Tomas me capte, me film et montre ça aux parents qui ont voulu me foutre dans une putain de chorale ce qui m'a absolument tout coupé.

Ma petite chansonnette poussé, j'étais assez fier de moi, ayant eu l'impression de l'avoir un peu cloué sur son siège et lui avoir montré ce que pouvais être une chanson d'amour, mais ce con, me sort une pièce et me remercie du spectacle ? J'avouais avoir été mouché et éclatais de rire, prenant sa pièce avant de faire une petite révérence.

« De rien, mais franchement, ça vaux plus que ta petite pièce là ! Je suis une futur star des chansons de douche moi monsieur ! »

Cela dit, les rires et les sourirent on vite laissaient place à une légère grimace et il semblait clairement qu'il l'ai remarqué puisqu'il me demandais si je voulais qu'il parte. Le voulais je ? Je ne sais pas , la soirée était amusante, pourquoi l'écourté ? Au pire j'arriverais au boulot crevé le lendemain, ça serai pas la première fois. Puis son idée de démo m'intriguais, qu'est ce qu'il voulait encore me faire ? Un massage ? Bah ouai, il voulait me masser et là, je devais avouer que j'allais pas me faire prier ! J'adorais totalement les massages, mais depuis l'incident, les gens louchais sur mon manque quand j'étais nu sur la table avec rien d'autre qu'une serviette sur les fesses. Alors là, j'allais clairement lui dire oui mais...avant ça je devais préparer un petit truc. Me levant du canapé, sans même dire un mot, j'allais dans ma chambre, clodiquant quelque peu, recuperant dans un tiroir une petite lotion aux épices que je lui lançais en revenant dans le salon.

« Attrape ça et attend moi une seconde, je dois aller faire pleurer le colosse ! »

Bonne excuse pour aller dans la salle d'eau qui faisait également office de toilette et y laisser tomber mon pantalon, enlevant ma prothèse aussi vite que possible pour me masser un peu le moignon, grommelant comme un malade alors que le soulagement me prenais. Pourtant, je ne pourrais retourner dans le salon sans, mon amour propre en prendrait un trop gros coup, alors je la remettais non sans m’être bien badigeonner avant puis j'enfiler un pantalon de pyjama noir qui trainé là. Il empecherai de voir la prothèse et me laisserai plus libre dans mes mouvements.  Cela fait, je retournais aupres de mon hôte, tranquillement.

« Tu veux un autre café ou on passe direct au massage ? Et tu veux me masser quoi ? Parce que j'avoue que ça fait un moment qu'on m'a pas branlé, mais le dos ça passera aussi ! »


© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 12 Juin - 18:49

Ken & Barbie ♫
Round 2
Kenneth
feat.
Shamus








Baby I’m preying on you tonight
Hunt you down, eat you alive
Just like animals, animals, like animals
Maybe you think that you can hide
I can smell your scent for miles
Just like animals, animals, like animals
Baby I'm

J'avoue que là, je me prenais totalement au jeu avec lui. Confronter nos deux façons de penser, c'était franchement amusant. Je pense que l'un comme l'autre nous avons appris à nous apprivoiser ce soir. Il ralentit j’accélère et tout ce passe bien. Le coup de la pièce, je me rends bien compte qu'il s'y attendait pas. Et le surprendre c'est la meilleure façon de l'atteindre. J'ai au moins vu qu'il ne me prenais plus pour un débile comme il y a quelques heures. Il est presque content que je sois là ? Oui. C'est dingue mais il sourit ! Il rit ! Quelque chose que je pensais impossible il y a pas longtemps. Alors j'en profite. Je n'ai aucune envie de partir de cet appartement, mais il m'a simplement inviter à me sécher et j'ai pas envie qu'il me prenne pour un squatteur.

Sans avoir mes réponses, il disparaît dans sa chambre et revient rapidement avec une lotion aux épices. J'attrape le flacon et observe l'étiquette écoutant son oui faussement dit. Il reste longuement dans sa salle d'eau. Je ne relève pas. Il doit se préparer. Je l'ai vu grimacer plusieurs fois à cause de sa jambe, et le fait que je lui propose un massage doit le rendre assez pudique sur le sujet. J'ouvre le flacon. Quand il ressort en parlant, j'ai le nez au dessus. Il s'est changé. J'avoue que j'aime particulièrement les pantalons en tissu comme il avait sur lui. D'un parce que c'était confortable, mais surtout parce que c'était carrément sexy. Mon Tumblr était remplis de mecs avec ce genre de vêtements et un gros zoom sur leur joie naissante qui pointait son nez au travers, ne laissant jamais de place au doute.

Mais non, je n'allais pas le flatter. Je voulais continuer dans notre dynamique naissante. « Tu paies souvent pour te faire tripoter la bite ? » Je le regarde avec un sourire satisfait. Je sentais que la vanne retour allait taper dur sur ma virginité. Je m'assoie tranquillement sur le canapé de cuir. « Installe toi là, j'vais commencer par tes épaules et on verra si t'es assez doué pour me donner envie de faire plus. » Que de la gueule pourtant. J'étais incapable de faire plus. Même si j'avoue qu'en cet instant, j'avais un doute sur la nature des sentiments en train de se créer avec lui. On jouait à un jeu dangereux pour deux mecs qui avaient pas envie de sortir l'un avec l'autre.

Pourtant, il s'installe et je commence placer mes mains autour de son cou. D’abord sans lotion. Plus des caresses en profondeur pour le détendre. Puis quelques instants après, j'ouvre le flacon et commence à le masser. Cou, puis épaule. Sa peau est douce et il dégage une chaleur agréable. Les senteurs de la lotion me monte au cerveau. Je ne réagis même pas quand, à force de détente, son dos touche mon torse. Je le laisse se reposer sur moi. Je trouve même le contact assez agréable. Je n'ose pas parler. Je veux pas interrompre ce silence ponctué de ses petits gémissements de plaisir, inévitable quand on subit un massage.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   Ven 12 Juin - 19:24







Barbie & Ken : Round 2



Vous connaissez ce jeu pour enfant ? Je te tiens par la barbichette et le premier qui ris s'en prend une dans la gueule ? On est clairement en train de jouer à ça ! Comment on a fait pour en arriver à jouer ? Je sais pas, je pense que c'est arrivé entre ma mauvaise foi et sa chanson. J'aimais être cynique. C'est ce qui me protégeais du monde, des émotions, des autres. J'avais fait cette carapace au fil des années, avait travaillé très dur pour devenir celui que j'étais maintenant, un mec que rien ne touchait, que rien ne blessais, sur qui tout glissé comme de l'eau. J'étais une sorte d'oiseau dont les plumes laissent glisser les gouttes de pluie alors qu'en mon esprit ça gamberge comme pas permis. C'était aussi bien. Mes parents avaient cessé de m’appeler trop souvent. Un coup de fil de dix minutes grand maximum par semaine pour leur dire que j'étais pas mort, que je suis suivait mon traitement et que j'allais bien. Quoi je vous avez pas parlé de mon traitement ? C'est que vous avez pas besoin de savoir alors ! Mais lui, ce petit bout de mec à la con, avec son sourire niaiseux, ses grand yeux clair, il parvenait sans soucis aucun à me faire baisser ma garde et ça c'était à la fois dangereux pour lui et dérangeant pour moi !

Mais je continuais de jouer pourtant, pourquoi ? Un coté joueur, bluffeur ? Ouais sûrement. Un coté sale gosse ? Ca je peux le confirmer d'avance. Un intérêt pour ce mec ? Nan ça c'est juste pas possible. C'était qu'un petit con qui meritait à peine mon amusement et mes jeux et pourtant, je jouais de plus en plus avec lui, allant jusqu'à lui montrer mes talents de guitariste à deux balles, me faisant chanter une chanson à la con et maintenant, j'allais le laisser me masser ? Bon ok j'adore les massages, mais de là à laisser le premier venu me tripoter y a un monde tout de même ne croyez vous pas ? D'ailleurs, une fois changer et remis d'aplomb, il me fit la remarque sur le fait de payer pour me faire tripoter la bite. Il voulait jouer à ça lui ? Le puceau de mes deux, qui rougis au moindre mot voulait jouer à ça ? Aucun soucis ! On allez jouer. M'approchant de lui dans mon pantalon de lin noir, boxer au dessous tout de même, histoire de pas trop lui en dévoiler je levais un sourcil.

« Que je sache, c'est toi qui à payer pour ma bouffe au resto et pour ma chanson...moi j'ai rien payé du tout alors...qui paye pour toucher la bite de l'autre ? Monsieur le puceau ! Et si tu me sors que c'est moi la pute, je te dirai que...au moins, on veux baiser avec moi contrairement à d'autre!»

M'amusant de tout cela, je m'approchais assez pour poser une main sur sa cuise à quelques centimètres à peine de son entrejambe.

« Alors, je te la touche de suite ou on attend le massage et l'instant ou tu sera tombé sous mon merveilleux charme ? »

Je souriais d'un air pervers, sadique, étant prêt à le déshabiller là sur ce fauteuil pour le laisser en plan deux secondes plus tard, tremblant, rougissant, apte à quitter mon appartement la queue entre les jambes, mais je me calmais. Je voulais avoir mon massage et m'installais donc, le laissant me masser doucement. Il avait les mains habiles, chaudes, agréable. Je me laissais assez vite aller à fermer les yeux, profiter de ses mains, puis de l'odeur de la lotion, de ses caresses agréables qui me laissait pousser de léger soupir et gémissement de bien être. J'allais jusqu'à me laisser aller contre contre son torse, me disant que ouais, ça pourrait être pas mal d'avoir un mec. C'est à ce moment là que l'alarme s'alluma dans ma tête hurlant de sa sirène que non je devais pas me laisser aller à ça. Je me redressais ainsi soudainement, comme si je venais de voir le diable et me relever, tentant de garder un air sérieux.

« Bon allez c'était bien marrant mais moi je bosse demain, alors j'espere que t'as pris ton pied à me masser, je t'autorise à te branler sur ce souvenir en rentrant chez toi ! Maintenant rhabille toi, rentre chez toi et...vu que tu me connais, tu me maintenant m'oublier, aller à plus ! »

Ouai c'était un peu dur, un peu rapide, mais je ne voulais pas qu'il reste plus longtemps, il m'énervais en fait, il me faisais fondre un peu trop simplement et ça c'était très mal pour moi ! Alors le mieux était qu'il dégage et disparaisse de ma vie ! 


© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle...
Contenu sponsorisé
et voici mon histoire !


MessageSujet: Re: Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Barbie & Ken • Round 2 [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» L'après Barbie...
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Please Read Carefully :: 
Prenez un marque-page
 :: Un coup de baguette magique :: RP archivés
-