AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ken & Barbie • Round 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Ken & Barbie • Round 1   Jeu 4 Juin - 21:11

Ken & Barbie ♫
Round 1
Shamus
feat.
Kenneth


 

 



 

 

Oh! I wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah! I wanna dance with somebody
With somebody who loves me

Les gens se retournent toujours autant dans la rue quand je passe. Pourtant voilà des années que je fais ma même chose. Mais je reste apparemment le garçon étrange avec un casque sur les oreilles, la musique bien trop forte et qui se déplace en dansant. Mais je suis de bonne humeur. Alors je danse, je m’entraîne. Je prends le temps là où je le trouve et si ça dérange le badaud ça me fait une belle jambe. Moi je m'éclate, je fais décrocher quelques sourires et c'est déjà une victoire en soi. Je me dirige vers la clinique en cette chaude matinée ensoleillée. Je rends visite à Scott, un de mes élèves qui s'est cassé le bras. Un casse -cou. Un casse-couille aussi. Il change d'envie tout les quatre matin pour l'instrument qu'il veut apprendre. Et ce n'est pas super pour faire faire avancer. Mais on fait avec. C'est de son age.

Quand je passe la porte vitrée automatique de la clinique, je sens comme un malaise qui s'empare de moi. Je déteste ce genre d'endroit. On y trouve bien trop de peines et de chagrin. L'anti-thèse de ce que je veux ressentir dans ma vie. Mais je suis là pour apporter du bonheur à un petit gars. J'espère que ses parents lui ont apporter sa guitare. « T'es con Shamus … » Oui je m'insulte moi même à haute voix. Pour avoir penser une seule seconde qu'il pouvait jouer avec un bras dans le plâtre. L'hôtesse d'accueil hausse un sourcil et me regarde d'un drôle d'air. Je lui lance un grand sourire. On reste un moment comme ça. Elle me regardant comme si j'étais d'une autre planète moi, l'air d'un con sans savoir quoi dire. Puis je finis par me reprendre. « Bonjour ! Je viens voir Scott O'Toole. Je suis son prof' de musique, je viens voir comment il va. » Elle tapote sur son clavier avec un air d'être déborder alors que la salle d'attente est vide. Son manège dur quelques secondes. Longues secondes. Trop longues secondes. Après mon premier soupire. Elle me regarde avec un air hautain. « Je vous pris d'attendre quelques instants, je retrouve le numéro de sa chambre merci. » Je lui rends un sourire bien faux-cul. Connasse. Comme si ça prenait trois putains de minutes pour taper O'Toole sur son fichier de patient. A moins qu'elle soit paraplégique. Ou c'est peut-être une malade mentale qui se fait passer pour la dame de l'accueil. « Chambre 204. Deuxième étage. Prenez l'ascenseur, on viens de nettoyer l’escalier. »

Après l'avoir remercier d'un sourire et d'un petit absolument pas penser, je vais vers le dit ascenseur.  Appuyant sur le bouton, je replace mon casque sur les oreilles. Écoutant la version 2013 de Dance With Somebody. De la soupe. Mais agréable à l'oreille car je peux chantonner dessus. Les portes s'ouvrent. Deux personnes sortent. Une femme enceinte me décroche un sourire après un bonjour. Ils ont l'air heureux. Je me sens tout de suite mieux. Je passe les deux portes en acier et fait un demi-tour pour appuyer sur le bouton. Je vois alors un garçon arrivé vers l'ascenseur. J’appuie par automatisme pour maintenir les portes ouvertes. Ce n'est qu'une fois le garçon proche des portes que je réalise que je le connais. Il entre, je retire mon casque, mais la musique se fait encore légèrement entendre. Oui j'écoute vraiment ma musique trop fort. « Merde ! Kenneth ? C'est toi ? T'es rentré quand ? » Les portes de l'ascenseur se ferment.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Jeu 4 Juin - 21:49

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 1...fight!

L'hôpital...je devrais y avoir une chambre quand on vois la fréquence avec laquelle je viens y passer des examens de controle et autres choses du genre. J'avais reçu un appel du médecin hier dans l'aprés midi. Ma prothèse nouvelle crée venait d'arriver, quelque chose de plus léger et de plus simple à  "porter". Ce que j'en retenais et que j'allais encore avoir un nouveau jouet avec lequel je devrais apprendre à marcher, à me tenir et tout ce qui s'en suit, ce qui signifiait une sorte de nouvelle réeducation pour parfaitement maitriser cette extension de mon corps. J'en étais déjà blasé. Certes je n'avais pas de souci au niveau de la blessure, pas de rougeur, pas de brulure, pas de coupure, mais parfois, j'avais mal, parfois ma peau rappé un peu contre la prothèse et s'échauffait et ça c'était plus que désagréable. Au final, cette nouvelle jambe serait peut etre mieux adapté, plus simple. Peut etre que je devais finalement avoir confiance en la médecine et dans le corps médical ? Comme j'ai eu confiance en ce médecin qui m'avait promis que oui ma jambe se remettrait avant de me laissait m'eveiller estropié car, l'infection avait trop progressé...enculé de médecin de ta race!

Marchant d'un pas mesuré, faisant attention à mon poids porté sur la prothèse, sur la façon d'avancer, je craignais encore et toujours la chute, la gêne, la honte et la révélation de mon handicap. Seul mes parents, médecins et bien sur mon boss étaient au courant pour cette petite chose.  J'étais obligé de leur dire, mais le premier qui vendait la mêche serait trucidé sur place et on pouvait me faire confiance là dessus! J'avais fait l'armée, je savais donc parfaitement comment faire pour tuer un indésirable ou une personne inapte à tenir sa langue! Au moins, je n'avais plus besoin d'une canne et ça c'était déjà une avancée. Une canne était une preuve de la blessure et là j'étais juste une personne comme une autre, marchant dans la rue, main dans les poches, écouteurs dans les oreilles passant une musique de Taylor Swift, un truc sympa qui me passait bien dans les oreilles et me laissait réveur sur le clip que j'avais vu il y a peu. Y avait un putain de beau mec dedans, le genre que j'aurai bien croqué, mais bon...j'avais jamais vraiment croqué qui que ce soit alors...on s'en foutais un petit beaucoup enormément non ?

Finissant par atteindre les portes de l'hopital, je soupirais lourdement. J'avais pas envie de passer cette porte, pas envie d'enlever ma prothèse, de me faire plotter le moignon et encore moins de tester cette nouvelle jambe. C'est idiot de dire ça, mais en fait ce que je voulais, c'était ma jambe à moi! Je voulais ne pas être unijambiste, mais bon je voulais aussi gagner au lotto et que mon frère soit toujours en vie. Des choses impossibles donc et il fallait faire avec. Laissant les portes s'ouvrir sur mon passage,  j'observais la réceptionniste, la saluant d'un geste de la tête. Je savais ou je devais aller. Premier étage, service orthopédique, là ou il y avait le prothésiste et une salle de rééducation. L'ascenseur était là, portes grandes ouvertes sur un mec avec des ecouteurs à la couleur improbable. M'approchant un peu plus, lui qui retenais l'ascenseur je remarquais son t shirt et ne put retenir un regard surpris. C'était quoi ce message ? C'était quoi ce t shirt d'ado ? Entrant rapidement dans la cabine, je laissais un petit "merci" s'échapper de mes lèvres alors que j'appuyais sur le bouton du premier étage, celui du second déjà allumé. Les portes se fermèrent doucement et alors que la musique bien trop forte du mec m'agressais les tympas au travers son casque, je l'entendis prononcer mon nom, me poser des questions et je posais mon regard sur lui d'un air curieux. Je ne le reconnu pas sur l'instant, puis je me rappelais. Il était dans ma classe au collège. Parait qu'il a fait un truc de taré à la remise des diplomes pour dire qu'il était gay. Mais son nom m'échappait totalement.

"Hmm ? Ouai c'est moi et je suis rentré quand on m'a dit que je pouvais quitter le Liban! Et tu es..?"

Comment ça une réponse à la con et une question peu sympa ? Bah ouai je savais plus son nom, donc il pouvait me le redonner et ouai je suis rentrer quand on m'as dit de rentrer car j'avais bien servi mon pays. L'observant donc d'un regard qui oscillais entre l'indifférence et le je m'en foutisme j'attendais sa réponse. Du moins, si il me la donnais avant que les portes ne s'ouvrent, sinon, je m'en passerais et vivrais parfaitement bien sans le savoir!


Dernière édition par Kenneth Walsh le Ven 5 Juin - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Jeu 4 Juin - 23:36

Ken & Barbie ♫
Round 1
Shamus
feat.
Kenneth








Oh! I wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah! I wanna dance with somebody
With somebody who loves me

Il y a des gens avec qui tu as l'impression de revenir des années en arrière. La simple présence de Ken me faisait revenir des années en arrière. Quand j'étais encore en train de me battre pour être le plus populaire de l'école. Comme une fin en soi. Être populaire juste pour l'être. Une période de ma vie dont je ne suis pas forcement fier. J'en retire des bons souvenirs et des bons potes aussi. Une façon de penser différente et une ouverture d'esprit assez grande, enfin je pense. Mais j'en retire aussi beaucoup de regrets. Ken est un bon exemple. Pas assez populaire pour apprendre à le connaître. Et quand on connaît les épreuves qu'il a traverser après ... J'étais pourtant un des premiers fan de son frangin. Il faut dire que tout le monde l'adorait. C'était un idéal pour beaucoup d'entre nous à l'époque. Sa mort m'avait rendu assez triste. Mais encore à l'époque j'avais même pas pris la peine de prendre des nouvelles de Ken. Il avait disparu des cours. J'aurais du avoir l'esprit de me rendre chez lui pour tenter de lui remonter le moral. J'aurais au moins pu demander des nouvelles. J'aurais moins l'air d'un con actuellement avec ma question. Le Liban. Super ! Il était parti ça je savais. Mais je savais pas qu'il était dans le pays où son frère avait trouver la mort. Il s'était engagé lui aussi ? Je suis vraiment un con.

Je me retrouve alors dans une situation pas agréable. J'ouvre la bouche pour lui répondre. Vexé qu'il se souvienne pas de moi. Et à la fois, amusé. Mais mes pensées vont vite autre part. Un flash lumineux. La lumière viens de faire un sursaut comme le reste de l'ascenseur. La cabine ne bouge plus. Je regarde Ken avec un air inquiet et je ferme la bouche. J’appuie frénétiquement sur bouton. Après quelques secondes je lâche un gros : « Putain la connasse ! » Je suis certain que c'est un coup de la réceptionniste. Elle avait le diable dans le regard. Je regarde de nouveau Ken. « Shamus. Shamus O'Brady. On était en cours ensemble. Et aujourd'hui on est bloqué ensemble dans un ascenseur. ». J'avoue ne pas être très à l'aise à ce moment précis. Enfermer dans une boite au dessus du vide avec un mec que j'ai pas vu depuis des lustres et qui veut ou peut pas se souvenir de moi. Les heures qui arrivent risque d'être longue.

Je m’arrête quelques instants et mon regard se porte plus en puissance sur Ken. Il avait changé. Je n'avais jamais fait vraiment attention à lui, mais je suis certain qu'il avait pris du muscle. Il est plutôt du genre beau garçon. Plutôt du genre à ne pas le laisser dormir dans la baignoire ou le canap'. Physiquement c'est exactement le genre de garçons qui me plaît. Mais c'est toujours avec ce genre de mec qui ne se passe rien. Trop beau pour moi ? En plus Ken est différent. Il sait que je suis un con. Même s'il se souviens pas de moi là dans la seconde. Et encore faut-il qu'il soit gay. Ça fait beaucoup de chances de me prendre un râteau non ? Et puis vu comment il est aimable avec moi, je pense que j'ai autant de chance que de me serrer Blaine Anderson. Arrêtons de penser à des beaux gosses. Je vais finir par avoir une érection et ça va être étrange. Mon regard se pause de nouveau sur son visage. « On risque de rester là un moment. »
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Ven 5 Juin - 0:08

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 1...fight!

Bizarrement le visage de ce mec me disait effectivement quelque chose, masi impossible de mettre un nom sur celui ci. j'avais pourtant une image de lui riant comme un idiot dans les couloirs du lycée ou faisant le pitre en classe. C'était des souvenirs fugaces, mais il n'était clairement pas de mon entourage, ni de celui de mon frère, sinon j'aurai immédiatement tilté, donné le change par un faux sourire, une petite phrase bien sympa et me serait tiré vite fait, promettant de se prendre un café un jour, sans jamais donner de nouvelle. Ce n'était pa sla chose la plus sympa que j'aurai pu faire, mais j'étais mieux seul. C'était ainsi. J'avais aimé dans ma vie pourtant. Mon frère Peter tout d'abord et il était mort. Mes amis de l'armée, morts dans l'attaque de notre véhicule blindé et parmi eux l'enseigne Delaney, un mec qui m'avait toujours protégé, qui m'avais volé un baiser, un sourire et une nuit. Ma seule et unique fois en ce monde avec un homme et il était mort deux jours plus tard. Vous comprendrais bien que je ne souhaite pas me souvenir de mes amis, ni même me rapprocher d'eux. Certes lors d'évènements de ce genre un entourage aide, mais dans mon cas...je ne préférais pas!

Laissant l'ascenseur me porter jusqu'a l'étage attendu, je sentais la force d'attraction, lente de ces machines d'hopital qui vous laisse le temps de mourir avant d'arriver au bon étage. Attendant ainsi une réponse de mon interlocuteur d'ascenseur, je senti une chose peu commune arriver. Un choc, l'ascenseur qui s'arrete d'un coup, provoquant un léger sursaut, une tentative de reprendre mon équilibre, me porta à attraper une rambarde sur le coté, sans quoi, je pense que j'aurai fini au sol. le petit mec semblait inquiet de la situation proferant des insultes à l'encontre de je ne sais qui, me laissant soulever un sourcil d'étonnement, d'amusement, de stupéfaction. Je le laissais malgré cela se présenter, O'Brady, maintenant qu'il me le disait, je me souvenais de lui et avait même un sourire, repensant à la photo qu'on m'avais montré de la remise des diplomes ou il était apparu en t shirt et boxer pour faire son coming out. Il me disait qu'on était bloqué dans l'ascenseur, mais c'était juste de la faiblesse. Le poussant gentiment, j'appuyais sur le bouton attendant d'avoir une voix en ligne pour leur signaler le soucis.

"Ici le sergent Kennet Walsh, Ascenseur référence 09124536, Clinique de Starway, nous sommes deux hommes bloqués dans l'ascenseur principal, demande de secours rapide."

Comment ça on sentais le passé militaire ? Bon ok, c'était peut etre un peu trop et on pourrait penser que je veux me la peter, mais c'était une chose normale pour moi. C'était une façon de présenter un problème et de demander de l'assistance, mais quand on me dit que l'équipe ne serait pas là avant minimum une heure, je grognais, reportant mon attention sur ce Shamus.

"O'brady hein ? Je me souviens de toi, t'était dans ma classe non ? On m'a montré des photos de ta prouesse à la remise de diplome! C'était osé, ça m'a fait marrer! Perso j'ai préféré faire ça en privé autour d'un diner! Je crois les parents s'en seraient pas remis si j'avais fait un truc comme toi! "

Lui souriant un peu, j'observais l'ascenseur avec interet. Ces engins avaient toujours une trappe de secours sur le plafond, afin d'acceder a la mécanique et aux cables. Finissant par trouver celle ci du regard, je me plaçais en dessous réfléchissant à la meilleure façon de faire ça avant de me retourner de nouveau vers ce mec. il semblait un peu tendu et le mieux en ces situations étaient de détendre les civil, qu'ils ne panique pas. Pour ça on utilisais l'humour et je faisait donc ce que je pouvais en ce sens.

"Bon maintenant que j'ai dit à mes fesses d’arrêter d'attirer tes yeux, tu pourrais les déplacer vers mon visage ? Je vais avoir besoin d'aide pour atteindre la trappe de secours et je suis un peu trop court sur patte pour l'ouvrir seul!"

Non j'allais pas rester coincé dans cet ascenseur à attendre bien gentiment qu'on vienne me secourir comme une pucelle en détresse! Je sortirais de l'ascenseur par mes propres moyens, irait à mon putain de rendez vous et rentrerez chez moi me boire un putain de café! Mais pour ça, fallait que mister je montre mon cul à la remise des diplômes m'aide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Ven 5 Juin - 0:50

Ken & Barbie ♫
Round 1
Shamus
feat.
Kenneth








Oh! I wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah! I wanna dance with somebody
With somebody who loves me

Le programme avait pas l'air de l'enchanter. A croire qu'il avait vraiment mauvais souvenir de moi. Je cherche de nouveaux rapidement dans mes souvenirs le temps qu'il récite un texte sortie d'un film de Stalone. Je me repasse lentement mais sûrement toutes les conneries que j'ai fais au collège, au lycée. Est-ce qu'une seule fois je l'aurais pris pour cible ? Non. Je suis certain que non. On craignait bien trop son frangin. Et puis, ce n'était pas un premier de la classe ou un petit gamin fragile. Peu de chance d'être un cible de raillerie dans ces cas là. Alors pourquoi ce couillon à l'air de pas pouvoir me blairer ? L'équipe d'entretien parle d'une heure. Il ronchonne. L'heure des visites sera passé. Je pourrais pas voir Scotty aujourd'hui. Il prends la parole. Je souris très largement à ses propos. Oui j'étais fier d'avoir marquer les esprits à cet occasion. J'étais une légende. Bye bye la Rachel. On parle encore de mes conneries au lycée moi ! Réussir à le faire marrer ? Sûrement quelques temps après son retour parce qu'il ne devait pas vraiment être en état ce jour là ni les jours suivants. Dans tout les cas, j'en savais un peu plus sur lui. Ancien militaire. D'autres questions s'accumulaient. Quand il parle de mes parents, mon petit cœur se crispe quelques secondes. J'avais de la chance, mais depuis quelques temps …

Puis je capte. Merde ! Il a dit ça ? Il vient de dire ça ? J'ai pas rêver. Il viens de dire qu'il est homo là ! Il viens de dire qu'il a fait son coming out autour d'un dîner. Ça veut forcement dire qu'il est homo ! Putain de putain de putain de putain ! Un si beau garçon homo ? Et je suis enfermé dans un ascenseur avec lui ? Combien de film porno commence comme ça ? Alors qu'il est en train de scruter tout les coins de la boite de conserve, je digère l'information. Mes yeux restent fixes. Il doit avoir l'impression que j'ai un bug mental. Et ce n'est pas très loin de la réalité. La musique continu de sortir de mon casque. And when the night falls Loneliness calls Je suis peut-être dans ce fameux film de ma vie que je me rêve depuis des années. C'est un parfait début de comédie romantique ! Pour pour que tout ce passe bien, il faut qu'on passe une heure à discuter et que je le regarde au bout d'une heure avec des yeux de merlan fris et que je glapisse pour quémander son numéro. Une histoire parfaite.

Qu'il détruit en deux mots. Il est sérieux ? Il veut vraiment sortir de là ? « T'es sérieux ? » Puis je réalise. Un militaire. Il est forcement sérieux. Je regarde la tape, son visage, la trappe son visage, une dernière fois la trappe, lui, puis au hausse les épaules. Je pose sort alors le casque d'autour de mon cou et vire tout mon attirail un peu fragile. Surtout mon portable. Je met le tout dans un coin de l'ascenseur et pause un genou au sol. « Promis je regarde pas des fesses plus de 20 secondes par minutes où elles seront visibles. » Je joins mes mains, les paumes en l'air, les doigts croisés. « Aller GI Joe, on grippe ! » Quand il pose son pied dans ma main, j'attends qu'il trouve son nouveau centre d'équilibre. Je le regarde dans les yeux pour le moment. Me demandant pourquoi il préfère pas juste rester une petite heure assis à discuter du bon vieux temps. Il ressemble a son frangin. Toujours dans l'action. Tant que c'est stupidement héroïque ou badass c'est que c'est une bonne idée. Si on arrive à sortir de là en un seul morceau, les secours feront une drôle de gueule.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Ven 5 Juin - 1:28

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 1...fight!

Un bug mental, j'avais fait bugger ce mec, ce qui était marrant, car je n'avais aucune idée de la raison pour laquelle il avait buggé de cette façon. Mon coté militaire ? L'histoire du coming out ? Ou le fait que je veuille sortir par la trappe ? L'un des trois, deux des trois. Ou même les trois qui sais, il avait pas l'air d'avoir une très grosse matière grise, ni de réfléchir beaucoup à ce qui se passe autour de lui. Il pensais quoi lui de tout cela ? Qu'on allait s'asseoir tranquillement, raconter nos vie, était de bon copain à la sortie de ce piège ? J'avais appris qu'un piège était un lieu dont on devais s'enfuir le plus vite possible. Les possibilité étaient immenses, dans un ascenseur il pouvait y avoir des attaques, du gaz, des grenades ou tout simplement le câble qui lâche et nous laisse glisser. Le panneau laissait comprendre qu'il y avait deux sous sol, ce qui nous faisait une longue chute si c'était le cas. Oui je prévoyais le pire, mon coté militaire qui voulait ça je pense. Bien sur je voyais les choses en grand, les choses en mal surtout. L'habitude des bombes, du feu, de la mort. Mais je ne voulais pas faire peur à ce petit mec à coté de moi, ni lui faire comprendre que j'avais une sorte de complexe ou plutôt un traumatisme. C'était soit disant commun aux militaires en retour de guerre.

Parvenant donc à persuadé ce Shamus de me faire la courte echelle et meme à l'amuser, je lui souriais de mon air de super beau gosse qui fait fondre toutes les femmes et hommes du coin.

« Bien sur que je suis sérieux ! Pourquoi, t'as pas envie de jouer le mec en détresse sauver par un super militaire ? »

Oui j'y allais fort, mais au moins, j'avais la certitude qu'il viendrai m'aider et il le fit, plaisantant sur mes fesses qu'il allait matter. Si ça l'amuse, je m'en fiche un petit peu moi. C'est ainsi que je le laissais poser toutes ses affaires dans un coin, petite nature qu'il était, de peur de casser quelque chose, tel que son téléphone, son ipod ou tout autre chose du genre. Finalement et enfin si je puis dire, il se mis à croupi tendant ses mains pour me faire la courte échelle et tout ce que je pouvais me dire était...comment je vais tenir mon équilibre avec ma prothèse ? Observant donc ses mains et le plafond, je finis par oser. Je poser ma jambe valide dans sa main, tentant de garder au mieux l'appui, jusqu'à ce qu'il me soulève enfin et que je puisse pousser la plaque du plafond. C'était la chose la plus facile. De là, je pouvais apercevoir le dessus de l'ascenseur, le cable, le moteur et les portes du premier étage qui nous était quasiment offerte. Me hissant donc à la force des bras sur l’extérieur de l'ascenseur j'observais un peu le coin, la porte de extérieur de l'étage , elle serai facilement ouvrable je pense, mais déjà, il fallait que je tire l'homme au caleçon de cette petite boite etriqué,. Je passais donc un bras que je lui tendais, prêt à le hisser jusqu'à moi comme un super héro que je suis.

« Aller ramasse très trucs et donne ton bras que je te remonte ! Sauf si tu veux attendre les secours durant une heure  avec le risque que le câble lache et que tu t’écrase trois étages plus bas ? »

Comment ça, je lui donnais une bonne raison de me donner sa main et de se laisser sauver ? L'observant ramasser ses breloque, j'attendis patiemment, jusqu'à sentir sa main saisir mon poignet. L'agrippant fermement, je poussais un grognement d'effort alors que je le tirais jusqu'à moi. Ce ne fut ainsi pas sans mal que je lui fit atteindre le toit de l'ascenseur, le laissant reprendre son souffle, tandis que je m'attaquais déjà la porte de l'ascenseur. Elle était ancienne et ce ne fut pa bien compliqué de la faire coulisser de quelques centimètres, mais pour le reste, il faudrait qu'on m'aide un peu.

« T'as un peu de force dans les bras ou pas ? Je pense pas que je pourrais tirer cette porte tout seul et je dirai pas non à un peu d'aide »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Ven 5 Juin - 12:18

Ken & Barbie ♫
Round 1
Shamus
feat.
Kenneth








Oh! I wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah! I wanna dance with somebody
With somebody who loves me

Je sais pas si c'était la situation étrange ou si il se passait vraiment quelque chose, mais ses traits d'humour à peine déplacés l'un envers l'autre nourrir de faux espoirs. Il casse mon idée de film romantique, mais il ouvre vers une idée de film d'action. Bon dans son film je suis la pouffe qui sert à rien d'autre qu'être secouru. Mais j'ai toujours été jaloux de cette pouffe qui fait rien et qui se fait quand même emballer par le beau mec à la fin. Pourtant je vois le héro hésité un moment avant d'accepter ma courte-échelle. Bon quand même ça se vois que je fais du sport. Je suis au moins au si musclé que lui, il va pas me faire sa chochotte. Pas après avoir fait tout ce cinéma. Il prend finalement place et j'use de mes forces pour le hissé légèrement, juste assez pour qui atteigne facilement le plafond de la cabine. D'un simple coup, il fait sauter la plaque qui sous sépare de l’extérieur. Une de ses mains agrippe par instinct le rebord ainsi créer. Le plus dur restait à faire. Il commence alors à se hisser pour atteindre l’extérieur. Profitant maintenant d'une vu sans comparaison sur son postérieur, je pousse de plus belle pour l'aider à grimper. Il disparaît dans l'obscurité qui règne au dessus. Je me décale, les yeux au plafond pour me mettre en dessous de la trappe. Il observe autour de lui. Je vois que peu de chose d'ici. Mais on était forcement proche du premier étage.

Il me propose son bras pour grimper. Quand j'entends sa phrase je me demande s'il est pas parano. Tout le monde sait qu'il n'y a pas qu'un câble qui retiens une cabine et qu'il y a des disques de freins de sécurité pour éviter une chute libre si par malheur les câbles lâchaient tous en même temps. Les chutes libres sur plusieurs étages qui se termine par une explosion, c'est bon pour les films d'action. Bon je récupère quand même mes affaires pour accepter son offre. J'ai pas particulièrement envie de passer une heure tout seul dans l'ascenseur et d'expliquer aux techniciens où est passé le deuxième homme. Je me redresse et me place juste en dessous de la trappe. La majorité des gens sauteraient pour attraper sa main, mais c'est la pire idée que l'ont peu avoir. Un minimum de principe de physique, ou d’expérience de vie dans mon cas, prouvait qu'on avait plus de poids quand on sautait que quand on se laissait soulever simplement. Je me met alors sur la pointe des pieds, attrape son poignet et quand je sens qu'il enclenche l’effort, j'en profite pour donner rapidement une autre impulsion. Il grogne sous mon poids. Normal. J'attrape au plus rapidement le rebord de la trappe et commence à l'aider en me hissant avec mon bras libre. Une fois la moitié du corps à l’extérieur de la cabine, je lache son poignet pour me hisser seul comme un grand. « Merci ».

Je regarde autour de moi. C'est sombre, poussiéreux et je n'ai aucune envie de rester ici longtemps. Ken s'attaque déjà la porte. Il arrive à l'entrouvrir. On allait encore devoir se hisser pour sortir d'ici une fois la porte ouverte. Enfin, là, on aura besoin de personne. Quand il me parle, j'ai vraiment l'impression qu'il me prends pour une petite chose fragile. « Il est beau le héro. Il demande de l'aide aux gens qu'il sauve maintenant. Aller ! Fait moi un peu de place, on va ouvrir une porte chacun. » On se met tout les deux en position. Quand on commence à tirer, on voit de plus en plus de lumière envahir notre champs de vision. Je tire la porte droite vers moi, pendant que lui pousse la porte de droite. J'hésite à continuer un instant quand je sens la cabine bouger très légèrement sous nos pieds. J'avoue que je flippe un peu sur le coup. Mais ça me donne encore plus de volonté pour ouvrir cette merde de porte. Le plus fatiguant et de commencer à les faire bouger. Une fois ouverte à moitié le reste faire pratiquement tout seul. « Je t'en pris. C'est ton étage après tout. » Une fois Ken en dehors, je jette un dernier coup d’œil à la cabine avant de sortir moi aussi. Les gens qui bosse à l’étage nous regarde bizarrement. D'un côté, ce qu'on viens de faire est totalement inconscient. Mais au moins on était pas loin pour se faire soigner si ça tournais mal. Je pousse un soupire avant de reporter mon regard sur mon compagnon d'infortune. « Et bien. Charmantes retrouvailles. J'aurais préférer une verre dans un bar, ou une balade dans un parc comme premier rendez-vous. » Je le regarde en faisant un clin d’œil.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Ven 5 Juin - 13:33

Feat. Shamus O'Brady
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Round 1...fight!

La façon dont m'appeler me faisait plutôt rire. G.I Joe, je voyais aussi le mec bodybuildé avec sa tenue de militaire digne d'un strip teaser, ce qui n'était clairement pas mon genre. Peut être autre fois, mais maintenant...j'aime pas vraiment montrer plus que mes bras dans mes tenues ce qui est déjà bien assez ! Tout comme cette histoire de piscine que je devais sois disant revoir pour conserver ma musculature et me défouler. Ça ne me donnais aucune envie, ou alors il me faudrait la piscine pour moi seul, avec personne pour me regarder ou rire de ma jambe coupée. Mais bon, au final, est ce qu'on en avait quoi que ce soit à faire de ce que pouvait bien dire ce mec ? C'était juste un mec que je croisais, qui m'aidais à sortir de l'ascenseur et que je ne reverrais certainement jamais. C'est ainsi que je jouais un peu avec, me rendant agréable quand j'avais juste envie de lui dire de se taire, de calmer sa putain de musique qui me vrille les tympans alors qu'il porte un casque.

Une fois sorti de l'ascenseur, je me tâtais. Je le faisais sortir ou je me démerdais ?Devant la porte lourde qui se montrait face à moi, je me posais la question de l'ouverture seule ou non et finalement laissait prendre un bras, l'aidant à grimper dans un grognement. Il était plutôt lourd, mais au vu du gabarit et de la musculature qu'il semblait avoir, cela ne me surprenait pas. Le laissant finalement se hisser avec moi, j'attendais qu'il soit remis de cette sortie pour lui demander son aide à l'ouverture de la porte. Ce qui en soit m’agacer quelque peu, car je n'avais pas envie de demander de l'aide et lui qui en rajoutais une couche. Grommelant quelque peu, je cherchais une façon d'être agréable et de ne pas l'envoyer chier comme j'en avais présentement envie donc je continué de jouer le jeu.

« Oh ça va hein ! Je peux bien trouver une excuse pour te utiliser ces jolies muscles non ? »

Joli muscles, voilà un truc qu'il fallait dire vite pour pas mentir longtemps ; Certes il était mignon, mais sa façon d'être m’énervait, trop infantile, trop nul. Déjà au lycée j'avais le souvenir de ne pas l'apprécier des masses, trop à la recherche de sa putain de popularité, trop amusé par foutre la merde et humilier des pauvres mecs. Certes je n'étais pas beaucoup mieux puisque je ne lui avait pas tenu tête, que je ne l'avais pas empêché de faire ce genre de trucs aux pauvres gosses, mais quand même. Semblant l'avoir persuader, il m'aider. Il tirait, je poussais et finalement on y parvint à ouvrir cette porte sous le regard médusé des infirmières et autre personnel soignant qui ne s'attendait certainement pas à ça ! Le seul petit souci avec l'ouverture de cette porte fut le coté rapide . Bloqué à démi ouverte, elle s’était ouverte en grand d'un coup, causant une perte d'équilibre au comique du coup, que j'avais donc rattrapé rapidement, l'attirant à moi d'un bras pour le coller contre mon torse.

« Hey fait gaffe ! Ca serait dommage de laisser le comique du lycée s'écraser au sol »

Gardant ainsi mon sourire charmeur quelques instant, je le lâchais, me hissant sur l'étage avant de l'aider à se hisser lui aussi. Bien sur on vint nous dire que c'était dangereux, qu'on aurait du attendre les secours et tout le tralala, mais franchement, je m'en cognais un peu !

« Il est diabétique ! Il aurai loupé sa piquouze et aurai eu des soucis ! Vous auriez fait quoi vous ?! »

Souriant comme un abruti à cette connasse d'infirmière qui fini par se tirer dans son bureau, je reporter mon attention sur ce Shamus qui me parlais retrouvailles et premier rendez vous, ce qui me fit hausser un sourcil, puis sourire.

« Ouai c'est dommage...si j'étais pas en couple...je pourrais presque me laisser tenter ! Allez à plus O'brady ! »

Lui faisant un petit signe de la main pour lui signaler mon départ, je lui tournais le dos, avançant de quelques pas avant de croiser mon prothésiste ce connard !

« Oh Kenneth ! Vous etes en retard, j'ai cru que vous ne vouliez pas essayer votre nouvelle prothèse de jambe ! »

Grognant un peu, je le choppais par le col, l'attirant à moi

« Tu veux pas le gueuler à la face du monde aussi que j'ai une prothèse connard?!Tu crois que c'est un signe de fierté d'être un n'a qu'une jambe ?! »

Le repoussant, je lui passer devant, rejoignant tranquillement son bureau, lui laissant un dernier

« Connard va ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Shamus O'Brady
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 75
❖ POINTS : 364

MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   Ven 5 Juin - 18:04

Ken & Barbie ♫
Round 1
Shamus
feat.
Kenneth








Oh! I wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah! I wanna dance with somebody
With somebody who loves me

Aussi loin que remonte les souvenirs Ken était un gars assez discret. Un petit mec qui vivait dans l'ombre de son frangin. Pas quelqu'un de très sur de lui ni de très rentre-dedans. J'avoue être agréablement surpris de ses petites blagues à répétitions pour s'attirer mes faveurs. Ça fonctionne d'ailleurs. Il me plaît le militaire. Et je suis du genre à m'emballer pour pas grand chose. Alors je freine quand même un peu mentalement attendant de voir le truc m'arriver dans la gueule. J'anticipe. Mais il ne me rend pas les choses faciles. Bon sur le coup je tique pas mais ce petit contact entre lui et moi au moment où la cabine bouge légèrement, est fort agréable. Tu t'emballes Shamus ! Tu t'emballes. Je me met une baffe mentale avant de sortir au premier étage. Les gens viennent à notre rencontre. On nous fait la morale. Un disque entendu des centaines de fois déjà dans ma vie. Je guette plus la réaction de Superman. Il reprend le visage qu'il avait au début avec moi. Un visage froid et fermer qui dit merde au monde entier. Il ment avec une aisance déconcertante. Je fais comme si de rien était et le laisse parler. Aussi peu crédible que ce soit, l'infirmière nous lâche et nous nous retrouvons tout les deux.

Je lui lance une boutade. Oui c'est ce que je sais faire de mieux. Hélas et j'aurais du m'y attendre je prends un revers magistrale. Il me met une double dose. Il est en couple et vraiment pas intéresser. Et bam dans tes dents. Bon voir le positif. Au moins il a l'air bien dans sa vie. Je suis heureux pour lui. Voir même un peu jaloux. Il se casse en me laissant là comme un con. Je lui répond d'un signe de la main. Avec déjà une envie d'en savoir plus sur ce mec qui m'intrigue. Je n'ai même pas l'esprit de chercher vers quel service il se dirige. Je cherche porte après porte les escaliers avec une certaine envie de les dégueulasser un maximum sans vraiment trop savoir pourquoi. Quand je repense a e qui viens de se passer, je me demande si je devrais pas vraiment me chercher quelqu'un pour de bon. J'ai besoin d'un être auprès de moi.

Je grimpe à l'étage et arrive devant la chambre de Scotty. J'y passe une petite heure agréable, l'esprit ailleurs à chanter des chansons à la con avec lui. Ses parents sont heureux de l'influence que j'ai sur lui. S'ils savent vraiment qui j'étais, je pense pas qu'ils garderaient le même jugement. Pourquoi je n'arrivais pas à me sortir ce mec du crâne ? Quelque chose me troublait. En dehors du fait que j'ai eu ma dose de surprise pour l'aprem. Je ne saurais dire quoi, mais il y a quelque chose qui me plaît chez lui. Je parle pas de son physique, même s'il est plus qu’avantageux. Non, quelque chose dans ses sourires aussi faux qu'il soit ou non. Une lueur dans son regard. Une petite tristesse qui me fait craquer. Juste une envie de lui faire un gros câlin.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle...
Contenu sponsorisé
et voici mon histoire !


MessageSujet: Re: Ken & Barbie • Round 1   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ken & Barbie • Round 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'après Barbie...
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» Barbie
» 5eme ROUND
» TITAN ROUND II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Please Read Carefully :: 
Prenez un marque-page
 :: Un coup de baguette magique :: RP archivés
-