AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je m'appelle...
Mackenzie J. Nightingale
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 142
❖ POINTS : 206

MessageSujet: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mar 2 Juin - 15:21

prise de tête derrière les fourneaux
Mack & Ken



Une nouvelle semaine. Une nouvelle journée. Un nouveau réveil semblable à tant d'autres. Emmitouflée dans ma couverture, je me redresse lentement au centre de mon lit et pose un regard noir encore endormit sur mon réveil. Je dois absolument changer de musique ! Mettre quelque chose qui ne m'agresserait pas dès mes premiers instants de la journée. Dans un soupire, je me lève en délaissant mon drap sur le matelas et me plante un instant devant mon armoire. L'esprit encore embrumé, je reste là, le regard dans le vide. Je ne sais pas combien de temps c'est écoulé avant que j'émerge complètement et agrippe une tenue des plus ordinaires pratique pour passer une journée derrière les fourneaux. Jean et chemisier. Prenant mon portable au passage, je descends les marches jusqu'à mon salon, jette mes affaires sur mon canapé et me prépare mon petit thé du matin. Aujourd'hui, je laisse les fruits rouges de côtés et opte pour quelque chose de plus simple. Un thé menthe. Avec un fond sonore de musique classique, je bois tranquillement ma boisson avant de passer dans la salle de bain. Comme chaque matin, je délaisse mes vêtements de nuits et profite d'une bonne demi-heure sous la douche. Je me prépare rapidement pour la journée à venir, m'attardant quelques instants sur mes cheveux courts que je sèche et coiffe. Je fuis finalement la pièce embuée en ouvrant légèrement la fenêtre le temps que je termine de me préparer et ferme le tout avant de passer la porte d'entrée. Je traverse les couloirs, saluant les voisins que je peux croiser en chemin et m'élance dans les rues de la ville. J'ai encore un peu de temps avant de commencer mes heures au restaurant, aussi je décide de m'y rendre à pieds. Sans parler de la distance qui est des plus courtes. Prendre ma moto pour un tel trajet représenterait du gaspillage d'essence.

Une musique. Une simple mélodie. Je n'ai guère eu le temps d'écouter davantage tandis que l'enseigne du Raven & Fox se dresse non-loin de moi. Je suis à l'heure, comme à mon habitude et entre dans les lieux sans plus de cérémonies. Je salue mes collègues déjà présent sur mon trajet jusqu'au vestiaire. Je dépose mes affaires dans mon casier, enfile mon tablier et m'élance dans la cuisine. Je prends mes aises comme à chaque fois. Je fais tout de même attention de ne pas empiéter sur l'espace de travail du second cuisinier. Kenneth. Il n'a pas vraiment l'air de m'apprécier, ne réponds jamais ou presque à mes salutations et reste toujours dans son coin. C'est peut-être une question d'habitude pour lui, mais tout de même, je n'arrive pas à m'y faire. D'ailleurs, quand on parle du loup. Il ne tarde guère à faire son entrée, lui-aussi. Je le détaille un instant, silencieuse avant de me lancer dans une énième tentative de dialogues. « Bonjour ! Comment allez-vous aujourd’hui ? » Une salutation des plus ordinaires que je lance avec ma bonne humeur habituelle et pour laquelle je n'attends pas vraiment de réponse. Enfin, sait-on jamais, un miracle peut toujours arriver. Cela dit, s'il me déteste vraiment comme tout laisse à le supposer, une salutation de plus ou de moins n'obtiendra pas de réponses.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.

_________________
TITRE ✽
texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mar 2 Juin - 20:52

Feat. Mackenzie J. Nightingale
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Kitchen's hell

Lundi premier jour d'une semaine qui va s’avérer aussi longue que la précédente. Pourquoi les semaines se suivent et se ressemblent de la sorte ? Pourquoi toujours la même chose, le même cirque encore et encore, comme si nous étions sur un circuit fermé qui ne cessé de faire des rond et des ronds, nous ramenant toujours à notre point de départ.
Cela devait faire deux semaines que j'avais pris ce boulot d'appoint au restaurant. C'était pas le meilleur des métier, ni le plus beau, mais en revenant du front et avec une jambe en moins, je ne sais pas vraiment si je pouvais espérer avoir beaucoup mieux. Je n'avais jamais rien eu d'autre que mon diplôme du secondaire, ce qui n me permet ainsi pas d'être très qualifié pour des métiers de grande envergure, pourtant, je trouvais mon compte dans l’élaboration de burger et autres sandwich du genre, c'était simple, tranquille, bon parfois fallait courir un peu pour les commandes, mais dans l'ensemble c'était calme. Puis j'avais pas vraiment le temps de taper la discussion durant le service ce qui était merveilleux. J'arrive, bonjour, je bosse, au revoir. Mes seules interactions étaient des acquiescement avec la serveuse ou des :

"Service!"

C'était simple, clair, précis. Du moins je l'esperais car avec cette collègue que j'avais qui ne cessais de bavasser encore et toujours pour toute sorte de bétise, j'avais certaines reminiscences de l'époque militaire qui me remontaient et des envies de meurtres également. C'était quoi son soucis ? Elle croyait que j'avais que ça a faire de lui taper la discut ? Elle avait pas du boulot ? Soupirant légérement à l'idée de reprendre cette semaine avec la demoiselle, les clients, le coté métro, boulot, dodo qui ne cessait de tourner en boucle, mes rendez vous chez le médecin...pourtant je n'avais pas le choix, si je voulais continuer de payer mon appart, faire mes courses et tout ce qu'il pouvait y avoir d'autre, il fallait bien que je conserve mon emploi. M'étirant avec force et fracas, je repousser mes draps de ma jambe valide alors que le reveil sonnait. L'éteignant d'un grand coup sur son sur sa face, je m'extirpais du matelas, prenant une pose assise, avant de me lever comme je pouvais à l'aide d'une béquille pour rejoindre ma douche. C'était le meilleur moment de la journée, pas de fringue, pas de prothèse,juste l'eau qui glisse doucement sur mon corps, qui me fait tout oublier, qui me lave entièrement du moi d'hier? Je pouvais m'évader alors que mon mp3 diffusait une sélection de ma playlist, m'aidant à emerger.  Le plus embetant en fait etait le moignon. Il fallait que je le nettoie bien, que je vérifie qu'il n'y ai aucun souci avec la saleté, d'infection de rougeur, avant de m'essuyer avec attention, de passer mon collant special moignon, de sangler ma prothèse à ma cuisse et mon bassin et finalement, enfin pouvoir m'habiller. C'était long, c'était plutot contraignant, mais c'était ma vie d'aujourd'hui. Tout cela fait, je passais une veste et allait au boulot, simplement, tranquillement. Je marchais d'un pas lent, mesurais, ma prothèse ne me gênait plus tant que cela, mais j'avais toujours peur de tomber. Malgré cela, je refusais même la possibilité d'utiliser une canne.

Quelques minutes de marches suffisaient à rejoindre le Raven&Fox ou je prenais mon petit déjeuner. C'était prélevé sur ma paye et puis ça m'éviter d'avoir à faire les courses surtout que je payer quasi rien. Engloutissant ainsi mon café et mes oeufs au bacon, j'amenais tout à la plonge, saluant d'un signe de main ou de tête les employés arrivant à leurs tours et finalement, passant ma veste de cuisine et mon tablier, rejoignait mon plan de travail. L'idée du matin était simple. Mise en place! Il fallait préparer les légumes. Laver la salade, coupé les tomates, les carottes, les radis, les poireaux. Préparer les fonds de sauce si nécessaire, vider les poissons arrivaient frais du matin et petit à petit, l'air de rien préparer des petits dejeuner pour ceux qui venaient tôt. Mon seul soucis dans tout ça, la seule chose qui cassait ma tranquilité et ma solitude était Mackenzie. Une fille pas méchante, mais collante. Pas dans le sens qui vous suis partout, mais qui a toujours besoin de parler, de chantonner, de s'exprimer, artiste qu'elle était. On pourrait croire que je ne l'aime pas, cela dit, je n'ai rien contre elle. Je suis seulement neutre et aimerai qu'elle soit moins...encline à parler encore et toujours.
Parlant du loup, j'en voyais la queue et la laissant prendre sa place en cuisine, je ne lui lançait qu'un petit salut, zappant sa question sur la façon dont j'allais. Comment pourrais je aller de toute façon ? C'était une question de politesse, elle s'en fichait, ne savait rien de moi et puis en général on attend un oui, or je n'allais pas lui dire oui...mais elle ne pouvait pas comprendre pourquoi j'allais dire non.  Amenant le sujet sur tout autre chose, tentant de rester poli et aussi parce qu'on m'a demandé d'etre plus sympa...par on j'entend le patron, je tentais de parler boulot.

"T'as vérifié les stock de légumes ? Faudrait aussi commencer la préparation des tartes pour demain! On a des pèches et des cerises, à toi de voir ce que tu veux faire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Mackenzie J. Nightingale
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 142
❖ POINTS : 206

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mer 3 Juin - 18:58

prise de tête derrière les fourneaux
Mack & Ken



Un réveil ordinaire. Un matin semblable à tant d'autres. Je me prépare en peu de temps et m'élance sans un regard en arrière dans les rues de la petite ville. Je laisse la moto au parking et me mélange lentement à la foule qui se forme peu à peu dans la rue. Il ne me faut que bien peu de temps avant d'arrivée au seul restaurant de la ville, Raven & Fox. Mon lieu de travail. Je soupire, déçue de ne pouvoir écouter de musique et me glisse dans l'établissement presque désert. Je salue avec politesse mes collègues sur le chemin du vestiaire et me change dans de me placer derrière les fourneaux. Je m'étale, prépare mon espace de travail jusqu'à ce que j'aperçoive le second cuisinier. Kenneth. Je le salue comme à mon habitude et lui demande comme il va. Je ne m'attends à aucune réponse, plus depuis fort longtemps à présent. Il ne m'aime pas. C'est du moins ce qu'il renvoi et je ne comprends pas pourquoi. Peut-être que c'est ainsi et que chercher des explications ne serviraient à rien d'autres.

Je termine la préparation de travail avant d'être surprise par mon collègue. Il n'a pas seulement répondu, aussi brièvement soit sa réponse, à ma salutation, mais il a enchaîné. Bon, il n'a pas répondu à ma question, mais je ne peux lui en vouloir. S'il n'a pas envie d'y répondre, je ne peux le forcer. Au lieu de cela, il change de sujet, parle travail. C'est peut-être mieux ainsi, reste professionnel, sans sentiment. « J'ai vérifié le stock. » Une réponse simple et concise, à quoi bon déblatérer trois heures sur le temps que j'ai pu y passer, je me doute que ça ne rentre pas dans ces centres d'intérêts. Mais, j'ai belle et bien effectué cette tâche lorsqu'on a reçu l'arrivage la veille au soir. Il avait eu un peu de retard, m'obligeant à veiller un moment. Enfin, ça ne m'avait pas spécialement déplus comme j'avais un livre que je voulais absolument lire et qui reposait dans mon sac depuis que je l'avais acheté.

Enfin, je dérive complètement. Ne souhaitant pas attiser le courroux de mon collègue qui m'apprécie déjà bien peu, je me concentre sur la deuxième partie de sa question. Les fruits rouges m'inspirent toujours davantage, ce n'est pas nouveau. J'ai des idées aussi uniques que banales. « Je m'occupe des pêches, si cela te convient. » Aujourd'hui, je casse un peu mes habitudes. La pêche semble m'inspirer et plusieurs idées se mélangent dans mon esprit. Certaines sont relativement simple et devrait être apprécié par tous, tandis que d'autres peuvent être un peu plus risquer. Cela dit, je ne veux pas non-plus forcer quelqu'un à travailler sur un fruit qui ne lui plait pas. Oui, je sais, mes questions intérieures peuvent parfois sembler stupide lorsqu'il s'agit de travail ou de cuisines. Que voulez-vous personnes n'est parfait.


FICHE PAR STILLNOTGINGER.

_________________
TITRE ✽
texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mer 3 Juin - 20:20

Feat. Mackenzie J. Nightingale
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Kitchen's hell

Mes questions étaient simples et posés. Des questions pratique en rapportavec notre métier, notre rapport. Sans cela, je ne pense pas que Mack et moi nous serions même jamais adressé la parole. Croisé peut etre, car la ville n'est pas si grande que cela, mais parlé ou tentait de créer une discussion, un lien, il ne fallait clairement pas pousser. J'étais un garçon comme ça. Un homme plutot comme on aime à me le rappeler, même si mes années lycées me semblent dater de quelques mois plutot que d'années, que la guerre n'est qu'un rêve que j'oublierai bien vite, comme ces cauchemars qui se dissipent quand le petit se lêve éclairant le monde des rayons du soleil.
Pourtant les années étaient bien passé. J'avais bien était combattre au front, avait tué, perdu ma jambe, c'était réel, tout autant que cette situation. La solitude ne m'avait jamais autant pesé et pourtant, je ne voyais aucune raison de rompre celle ci. J'étais mieux seul que mal accompagné et sans personne sur qui compter ou pour qui m'inquiéter, j'avais moins de problèmes, moins de chances de m'inquiéter, moins de chance de blesser les autres par mes silences et mes actions. Pourtant quelques personnes étaient parvenu à déchirer ce voile qui les séparaient de moi, mais pour d'autre, il s'opacifier de plus en plus.

Sans aller à dire que c'est le cas pour ma collègue, je ne voyais pas en quoi nous étions semblable, ce que nous pourrions nous dire ou nous raconter. Elle était une jeune fille joyeuse et souriante à qui totu semblait réussir, prenait ce travail un peu à la rigolade, alors que moi je prenais pour ce que c'était un gagne pain. Et si je venais à le perdre j'en trouverai un autre ou finirai dans les rues, mendiant pour quelques pièces, offrant ma bouche aux organes de vieux hommes obèses cherchant le reconfort de la jeunesse pour quelques billets. Quelle déchéance cela serait. Qu'est ce que je pouvais m'en contreficher...
Tentant ainsi d'être un peu plus loquace qu'a l'accoutumé et aussi car on m'avait fait la remarque que mon comportement était peu agréable, j'avais tenté de causer. Les stocks, les tartes, c'était une discussion boulot comme une autre au final. Elle avait tout vérifier, rangé, comptabilisé. Ce qui était à mon sens une très bonne chose puisque c'était à elle de faire ces choses hier. J'acquiesçais un peu, continuant sur les tartes à préparer pour le lendemain. Et oui tarte du jour était un beau titre, mais nous faisions toutes les tartes la veille et les faisions cuir au matin pour qu'elles soient fraiches et chaudes pour nos premiers clients. Elle se sentait une inspiration pour la pêche, bah si ça l'amuse moi ça me convenais, de toute façon, il fallait ecouler le stock.

je montrais mon approbation par un "Ok" qui voulait bien dire que ça m'allait et que j'avais pas grand choses d'autres à raconter. Il était certain que ce n'était pas sur moi qu'elle devait compter pour les discussions sur la vie, les amours, la télé et autres conneries du genre. Pourtant, alors que le service commençait que bien des habitants de cette ville venait au restaurant prendre un café, un petit dej qu'il soit simple ou d'affaire, en amoureux ou seul, je ne pouvais que remarquer mon stock de bacon et de pate à pancake baisser. Ce n'était en soit pas bien grave et plutot bon signe pour le restaurant, néanmoins quand j'allais à la réserve, serrant les dents pour ne pas laisser entendre le grognement léger de douleur que je ressentais alors que mon moignon frottais quelque peu sur la prothèse, et ne trouvais pas la réserve de pate à pancake que ma collègue aurai du préparer la veille je vis rouge. C'était stupide, clairement, mais j'étais un peu sanguin, surtout depuis la guerre ou un rien pouvait m'agacer et la douleur de ma jambe n'aidais pas. Je rejoignais ainsi rapidement la cuisine, posant le paquet de lamelles de bacon cru dans un grand bruit sur le plan de travail, soufflant comme un boeuf alors que la serveuse venait me demander des pancakes et que sans exploser, je laissais ma bile glisser hors des mes lèvres.

"Demande à Mack! C'est elle qui devait faire cette putain de pate à Pancake hier et y en a pas!"

Mon ton était clair. Je lui en voulait. Pourtant ce n'était rien, il était simple de faire une pate rapide pour les pancakes et je savais qu'elle avait pu oublier, c'était des choses qui arrivaient même aux meilleurs d'entre nous, mais aujourd'hui j'étais tout simplement grincheux.

"Du coup t'explique aux clients qu'ils ont pas leur pancakes parce que t'as oublié de faire la pate trop pressé de rentrer voir tes feux de l'amour ou tu m'amene de quoi faire une pate rapide Mack ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Mackenzie J. Nightingale
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 142
❖ POINTS : 206

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mer 3 Juin - 21:12

prise de tête derrière les fourneaux
Mack & Ken



La discussion est courte, claire et concise. Aucun mot inutile est prononcé et c'est tout juste si j'obtiens une réponse lorsque je lui demande si s'occuper des tartes aux cerises lui convient. Je n'attends pas plus depuis longtemps maintenant, mais cela n'en reste pas moins... Je ne sais pas... Irritant? Il est peut-être d'un naturel silencieux ou qui sait, il est peut-être timide, mais je n'arrive guère à m'y habituer. Depuis que j'ai commencé à travailler avec lui, c'est toujours ainsi et il semblerait que je ne sois pas la seule qu'il semble détester ainsi, mais l'atmosphère de travail en devient parfois pesante. Enfin, je n'aime pas m'attarder sur ce genre de choses et rapidement, le travail m'appelle. Je m'active derrière les fourneaux tandis que les premiers clients entre dans le restaurant. Les commandes s'enchaînent et se multiplient. Je ne relâche pas la cadence, enchaîne à une vitesse acceptable par rapport à celle des commandes. Ce n'est qu'une journée des plus ordinaires en sommes.

Hélas, il ne faut rien de plus qu'un battement de coeur, qu'une commande des plus ordinaires pour que l'ambiance des cuisines deviennent un véritable enfer. Dans un cohue du restaurant, un bruit sourd résonne. Je sursaute et tente de calmer les battements irréguliers de mon coeur. Je regarde la source de ce bruit, avec une incompréhension qui se lit clairement sur mon visage. A cet instant, je ne sais pas si je dois éclater de rage sur un coup de tête, être flattée ou bien éclater de rire. C'est la première fois que mon collègue m'appelle par mon surnom. Ou plutôt, c'est la première fois qu'il semble utiliser une appellation particulière. D'ordinaire, le vouvoiement est de rigueur. Il semble que j'ai sauté plusieurs étapes dans son estime. Vers le bas.

Je décide dons de rester calme, au début. Mais, mon barrage de patience et de tolérance éclate littéralement à la seconde réplique que je prends en pleine face. Je ne sais pas ce qui lui prend aujourd'hui, mais là, il dépasse les bornes. Je peux sembler facile à vivre, mais je n'aime pas qu'on me prenne pour une idiote. J'ai fais cette pâte à pancake la veille, une fois les stocks de nouveau plein. Pense-t-il vraiment que je suis ici pour m'amuser et que je ne prends pas ce travail au sérieux?! Je tente de rester calme, prends une profonde inspiration et me plante devant le réfrigérateur. Dans des mouvements aussi fluide que rapide, je sors ce qui au premier abord ressemble à de grosses bouteilles de lait, mais qui en réalité est tout autre. Dans un fracas, de colère contenue, je dépose le tout sur le comptoir et me tourne vers mon collègue grincheux pour je ne sais quelles raisons.

« La pâte ! » Deux mots prononcés avec tout le calme et la politesse dont je peux être capable à cet instant-même. « Et. Les feux de l'amour?! Sérieux. Tu penses que j'ai pris ce travail pour m'amuser ou quoi?! » Ma colère à demi-éclatée, je retourne à mes fourneaux pour ne pas me laisser emporter et tente de laisser mes sentiments négatifs déferler comme mes inquiétudes. En cuisinant.
FICHE PAR STILLNOTGINGER.

_________________
TITRE ✽
texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mer 3 Juin - 21:49

Feat. Mackenzie J. Nightingale
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Kitchen's hell

La rage peut exploser pour un rien, une broutille, comme une chose qui a ses raisons. En l'occurence, je pensais clairement avoir toutes les raisons de lever la voix et montrer mon mécontentement! J'étais quelqu'un qui aimé les choses propres et bien faite. L'inventaire devait être fait tout les trois jours afin de vérifier nos stock, si on tombait a cours avant on devait le dire et le noter, ainsi que le nombre de fourniture utilisé dans la journée. Cela nous aidait à savoir ce qui devait rester en stock avant d'aller vérifier ce qu'il y avait réellement en stock. C'est en ce sens que chaque chose avait place et chaque place avait sa chose. il y avait meme des étiquettes sur les étagères nous permettant de savoir ce qui devait être ranger à cet endroit précis et en l'occurence, à l'étiquette pate à pancake il n'y avait rien de rien. Je ne l'avais pas inventé tout de même! J'avais même demandé à un des plongeurs passant par là si il n'avait pas vu la pate, si elle était tombé, ou avait ete mal rangé ce qui en soit aurai été moins grave, mais aurai tout de même mérité une légère réprimande.

Pourtant là, il n'y avait rien du tout et ma colère était donc justifiée! Autant que mes piques. Elle voulait de la discussion, de l'échange, elle allait en avoir. J'allais lui dire ce que je pensais de la situation et de son incapacité à préparer une putain de pate à pancake. lui lançant donc quelques piques sur le fait qu'elle n'ai rien foutu par fainéantise et aussi envie de rentrer chez elle matter sa putain de télé, je la voyais changer d'expression, ce qui était normal quand on se prenait une gueulante, mais plutot qu'une expression dénée de n'avoir pas fait osn travail, ce fut de la colère. Elle sorti d'un geste sa putain de bouteille pleine de pate et me la posa là, me parlant comme une merde, me sortant ses conneries sur les feux de l'amour qui m'avaient royalement exaspéré. Pour un peu je lui aurai foutu un coup de poele dans la gueule, mais faisant les pancackes sur une grande plaque chaude ce serai un peu difficile. Quoique je pouvais toujours lui coller la gueule dessus.

"Putain mais tu sais pas ranger ou quoi ? Tu connais pas encore la réserve, les étagères les étiquettes ?! Je vais ranger dans mes frigos perso aussi tu verra ce que ça fait de chercher comme une connasse apres un truc quand tu dois courir!"

Choppant sa bouteille, je lançais la cuisson des pancakes, les surveillant pour qu'ils ne brulent, ce qui pourrait arriver vu ma colère roulant tel des vagues dans mon estomac

"Et franchement ouai ce boulot à plus l'air d'une plaisanterie pour toi qu'autre chose, Miss je dessine à la craie sur les trottoirs et me prend pour une artiste!"

Bon ça c'était vraiment méchant et gratuit et pas correct je l'admet! C'est pourquoi une fois les pancakes envoyé et la colère légèrement retombé, je lui envoyé une assiette avec deux pancakes dessus.

"Désolé, je le pensais pas! Pis je sais même pas ce que tu fais alors..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Mackenzie J. Nightingale
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 142
❖ POINTS : 206

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mer 3 Juin - 22:46

prise de tête derrière les fourneaux
Mack & Ken



Le calme, l'agitation. Rien qui ne sorte dans l'ordinaire pour les cuisines de Raven & Fox à une heure où les clients se multiplient. Mais, un rien peu tout chambouler et la preuve est là. Pour la première fois, Kenneth semble s'adresser à moi. Pour me crier dessus. Pour me traiter comme une incapable ou bien comme si je ne suis là que pour m'amuser. Si je souhaite vraiment m'amuser, je ne serais pas là, pas dans cette cuisine, mais dans la mienne. Perfectionniste sur les bords lorsqu'il s'agit d'art et de cuisine, je ne supporte pas ce que mon insinuer mon collègue. Je respire profondément, malgré la colère qui me ronge lentement et sors deux bidons de la fameuse pâte à pancake du réfrigérateur au centre de la cuisine pour la déposer, non sans ménagement sur le plan de travail. Je réplique alors à ces insinuations en tentant de rester le plus calme possible. Ce n'est qu'une demi-réussite. Le ton monte et je le délaisse pour reprendre mes fourneaux. J'aurais aimé que les choses s'arrêtent ainsi, mais de toute évidence, il a envie de passer ses nerfs sur ma personne. Je ne veux pas m'énerver, éclater et rencontre un peu plus chaque jour une atmosphère pesante lorsque je viendrais travailler. Mais, là. « Je suis désolée d'avoir suivis le bon sens en plaçant la pâte à pancake au frais dans chacun de nos frigos. Car oui, je ne l'ai pas mis que dans mes frigos persos' comme tu l'as souligné. Sans oublier que si tu faisais un peu plus attention à ton environnement de travail, tu aurais peut-être remarqué qu'il y a une étagère dans la porte avec un rangement étiqueté pour ça. » Un rangement peut-être récent, mais qui n'en reste pas moins, là. Et c'est moi qui doit en prendre plein la poire pour cette erreur. Je lui ai pourtant parlé de ce changement à venir plusieurs fois la semaine passée. Il me trouve bavarde, mais ne semble jamais écouter les choses importantes que je lui dis.

Finalement, il retourne à la cuisson des pancakes. Je pense qu'il en a terminé et que comme d'habitue, il passerait outre la moitié de mes questions. J'aurais aimé que ce soit le cas. Ces mots ont l'effet d'une gifle violente. Il a vraiment cette vision de moi?! Ma colère n'est plus. Elle a rapidement laissé sa place à la douleur engendrée par de telles paroles. D'ordinaire, je ne m'attarde pas sur ce que les gens pensent de moi, surtout dans un accès de colères. Mais, toute parole n'est-elle pas révélatrice? Je ne sais même plus quoi penser. Je me contente de le dévisager un instant, blessée et silencieuse je m'en retourne à mes préparations. Bêtement, j'ai envie de pleurer ou de fuir. J'ai toujours eu les larmes faciles et dans ce genre de situations ça n'aide pas. Je retiens ces larmes aussi stupides qu'inutiles et me contente de cuisiner. C'est ce que je fais de mieux. C'est ce que je fais de mieux depuis mon enfance. Comment pourrait-il en être autrement?! Dernière d'une famille de quatre enfants, unique fille, je faisais de mon mieux pour me démarquer. Ce n'était pas une réussite et il arrivait que je sois oubliée. L'art comme la cuisine me permettait de rejeter la solitude et ma peine. Ces instants hormis ceux passé en compagnie de ma meilleure amie était les seuls qui me rendaient un temps soit peu heureuse. C'est la raison qui m'a poussé à vouloir développer ce talent. Faire sourire les personnes à travers une mélodie, une peinture ou dans ce cas précis, un bon petit plat était mon rêve. Entendre ce que n'est qu'une plaisanterie pour moi est pire que tout, autant que le reste des paroles de mon collègue qui hante mon esprit.

Je tente de repousser tout ça dans un coin de mon esprit, de me concentrer sur ma tâche. La voix de Kenneth s'élève de nouveau à mes côtés, moins violente cette fois-ci. Je tourne mon regard vers lui, puis sur l'assiette qu'il me tente. Une offre de paix avec la raison qui a provoqué cette joute verbale des plus courtes... Je reste silencieuse. Il ne le pensait pas? Est-ce vraiment le cas? Ça expliquerait pourquoi il semble autant me détester. « Merci. » Que dire de plus?! J'accepte ces excuses et l'offre de paix. Une dispute pour de la pâte à pancake, c'est tout ce qui a suffis pour inverser nos rôles. C'est la première fois qu'il me parle autant et moi, que je parle si peu.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.

_________________
TITRE ✽
texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Ven 5 Juin - 14:11

Feat. Mackenzie J. Nightingale
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Kitchen's hell

Les disputes étaient rares en cuisine du moins pour ma part. Généralement, je fermais ma gueule, je laissais passer, je faisais ce que j'avais à faire et me tirais tranquillement quand j'avais fait mes heures et donc touché mon salaire. Mais là aujourd'hui, aller savoir pourquoi, je m'énervais. Enfin, pourquoi oui et non, j'avais mal. Ma jambe me lançait quelque peu, j'avais du trop serrer la prothèse ou peut être avais je un frottement, une inflammation, qu'importe, mais ça jouais sur mes nerfs. Certes je savais endurer la douleur, mais ça ne voulait pas dire que je pouvais l'oublier et faire comme si de rien n'était, aussi pour aujourd'hui, était ce ma collègue, Mackenzie qui prenais le tout.
La pauvre jeune fille n'avais rien fait de mal en soit, un peu de pâte mal rangé ou oublié, ça peut arrivé, pas de quoi taper une gueulante comme je l'avais fait, même si j'aurai pu lui faire la remarque. Néanmoins, j'avais été plus que désagréable, lui parlant de son coté nul, de l'idiotie de sa façon de faire,de son pseudo art à la con alors que j'y connaissais rien. Qui étais je pour la juger ainsi alors qu'au final, je ne la connaissais pas ? Je n'avais jamais pris le temps de discuter, de lui faire connaissance, d'apprendre un peu plus sur ma collègue de travail, alors qu'elle avait clairement tenté et que je l'avais clairement envoyé chier.

Ayant tenté de faire la paix avec cette demoiselle, lui présentant même mes excuses, voici qu'elle se retrouve à court de mot ce qui était rare et j'avais presque envie de demander un oscar pour être parvenu à enfin la faire taire, mais ce n'était clairement pas une chose mature à faire, ni une chose intelligente si je voulais que la paix perdure quelque peu entre nous. Laissant ainsi le silence s'installer entre nous, je me concentrer sur mon travail, répondant aux demandes de pancakes, d’œufs, de bacon et autres choses du genre aussi vite que possible. C'était l'idée après tout, lorsqu'on commandait quelque chose on attendait que ça arrive le plus vite possible et pas trois heures après, surtout que faire cuire des œufs, n'était pas la chose la plus longue que je pouvais faire dans cette cuisine. Poussant quelques soupires de temps à autres, j'avançais dans notre travail, jusqu'à ce que l'heure des petits déjeuner termine et que l'on passe à la carte du midi. Frites, légumes, viandes, poisson, desserts. C'était une chose simple, une petite brasserie au final, mais qu'importe, il nous fallait être rapide et doué. Mais l'ambiance, bizarrement me pesé. Lançant un regard vers Mack, je cherchais la possibilité de lui parler, mais ne trouvais rien et finalement, je tentais un truc.

«C'est rare que la cuisine soit si calme »

C'était vrai qu'habituellement, elle avait toujours un truc à dire, une anecdote, une chanson à chantonner et là,je n'entendais que le bruit de la salle, le grésillement de viandes sur le grille, le bruit de la vaisselle en plonge qui claque et tinte. Ce n'était pas désagréable pour moi, mais bon, foutre la merde en cuisine c'était pas une très bonne idée, surtout qu'on lui avait déjà fait la remarque d'être plus sympa, plus souriant. Mais ça c’était pas vraiment son style et se forcer à être sympa et souriant...c'est un peu difficile. Mais bon, je tentais...j'essayais d'être moins chieur.

« pfff...bon allez arrete de faire la gueule et je te laisserai me poser des questions toi qui semble vouloir tout savoir de moi... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Mackenzie J. Nightingale
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 142
❖ POINTS : 206

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Sam 6 Juin - 19:07

prise de tête derrière les fourneaux
Mack & Ken



Un début de journée semblable à tant d'autres. Une salutation qui trouve un bien faible réponse et le travail quotidien. Hélas, le calme qui prendre d'ordinaire place en ces lieux a laissé place à une dispute de plus idiotes. La raison?! La pâte à pancake que mon collègue m'accuse tout d'abord de ne pas avoir faites puis d'avoir mal rangé. Une colère mal placé et injustifié qui me fait aisément perdre mon calme. Je lui demande s'il me prend pour une idiote ou si ce travail semble si peu important pour moi et sa réponse ne tarde pas. Une réponse qui répond à tant d'autres questions en même temps. Pour lui, mon travail n'est qu'un jeu pour moi et mon art est digne d'un enfant de maternelle qui dessine sur le trottoir. Une réplique qui me fait perdre la parole. Le rêve pour lui, sans doute. Je ne vois pas quoi répondre à de telles paroles. La colère n'est plus. Elle a laissé place à une peine certaine. Je comprends à présent pourquoi il ne m'apprécie pas. Il m'a jugé, bêtement, sur l'image que je semble renvoyer. Rien de plus. Je ne sais même pas pourquoi je m'attarde ainsi sur le jugement que peut me porter une autre personne. Peut-être espérais-je autre chose que de la tension permanente en compagnie d'un collègue. Peut-être espérais-je pouvoir trouver une certaine stabilité dans ces cuisines. Mais, cela ne semble guère être le cas de Kenneth.

Reportant mon attention sur mes différentes cuissons, je laisse doucement mon esprit dériver tout en repoussant les larmes inutiles qui montent lentement en moi. Je repense à des instants passés en solitaire et tellement plus. Je laisse déverser mes maux dans ce qui peut m'apaiser le plus à cet instant. La cuisine. J'enchaîne le plus de commandes possibles en cette heure où les clients j'enchaîne. Concentrée, je me laisse surprendre par la voix plus calme de Kenneth à mes côtés. Je tourne mon regard vers lui. Il s'excuse en me tendant une assiette de pancake en tant qu'offre de paix. Je reste silencieuse un instant avant d'accepter le tout et de reprendre le travail. En un instant, j'inverse nos rôles. Je deviens silencieuse. Je n'ai rien a dire. Lentement, le silence reprend sa place en cuisine. Je m'active, n'accordant que peu d'attention à mon collègue qui, je le pense, doit sauter de joie intérieurement pour mon silence prolongé.

Les commandes s'enchaînent. J'entends parfois des soupires provenir de mon collègue, mais place toute mon attention dans les commandes qui se multiplient. Un moment bref de calme et on recommence. On change de cartes, délaissant le petit-déjeuner ou le déjeuner. Fritures, cuissons de viandes ou bien de légumes. J'accélère la cadence pour garder le rythme. Je passe ma dernière commande en liste lorsque je suis surprise par la prise de parole de mon aîné. J'acquiesce sa constatation, n'y voyant pas un moyen de lancer la conversation. Se serait bien trop surprenant. D'ailleurs, sa réplique en soit me paraît surprenante, mais bon... Pas autant que ce qui suit. Je tourne vers lui un regard expriment en tout point ma surprise. Il veut que je parle maintenant?! « Je pensais que tu préférais le silence ? » Non, ce n'est pas pour lancer une pique ou autre. Je suis juste vraiment curieuse à ce propos. Lui, qui semble toujours embêté lorsque je tente d'ouvrir un dialogue.
FICHE PAR STILLNOTGINGER.

_________________
TITRE ✽
texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Kenneth Walsh
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 121
❖ POINTS : 439

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Mer 10 Juin - 18:47

Feat. Mackenzie J. Nightingale
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring

Kitchen's hell

Bon, c'était définitif, je ne comprenais absolument rien aux femmes et plus particulièrement à cette Mackenzie qui travaillais avec moi. Cette fille parlait tout le temps ! Chantonnais, voulait savoir tout de ma vie jusqu'à ma taille et mon poids le jour de ma naissance et là, elle me demandait pourquoi je voulais parler ? Mais merde c'est quoi son problème là ?
Elle passe son temps à se plaindre que je suis chiant, que je tire la gueule, que je lui parle pas et elle veut savoir pourquoi je veux lui parler ? Mais pourquoi elle est pas juste contente que je tente lui taper la discut ? Bon ok, c'était ma façon de m'excuser également d'avoir était un profond connard un peu plus tôt dans la journée, mais quand même, elle pourrait saisir l'occasion plutôt que de me lancer un interrogatoire sur le pourquoi du comment !

Soupirant lourdement, je lui lançais un de mes fameux regards gavé, blasé et lui posais clairement la question.

« Bon tu veux ou non ? Parce que si non j'ai autre chose à faire ! »

Le soucis avec ce genre de proposition était qu'il y avait un double tranchant. Certes, cela pourrait être intéressant pour elle, mais j'avais peur des questions qu'elle allait bien pouvoir me poser. Enfin bon je l'avais mérité vu mon comportement non ? Ouais c'est ce qu'on va se dire, un petit truc chiant et ça repartira mieux, puis le patron sera content de savoir que j'ai un peu causé avec elle, vu comment il me les casses pour que je sois plus aimable.
Continuant ainsi mes préparations et autres cuissons, j’attendais donc sa question ou ses questions, ses demandes, ses curiosités et j'avouais en avoir quelques une à son propos moi aussi, du genre quel est son art, d’où elle viens, pourquoi ce boulot en cuisine qui lui bouffe quasi tout son temps ? C'est vrai quoi, si réellement c'est une artiste, alors elle voudrait avoir du temps pour elle, pour peindre, sculpter ou je ne sais pas quoi et bosser en cuisine c'était tout sauf épanouissant pour l'art. Qu'importe.

Les demandes s’accélérant quelque peu, je ne disais rien de plus, j'allais pas demander après le bâton pour me battre non plus et puis j'avais pas le temps. J'avais six hamburger et plusieurs oignons frit à envoyer d'urgence, alors raconter ma vie n'était pas ce qui me venait en priorité, quoique j'aurai peut etre du faire plus attention à ce que je faisais plutôt que penser à tout ça car je venais de me brûler et c'était plutôt du genre...désagréable et bruyant avec moi...

« Ah ! Putain de plaque brulante de merde ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je m'appelle...
Mackenzie J. Nightingale
et voici mon histoire !

❖ MESSAGES : 142
❖ POINTS : 206

MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   Lun 29 Juin - 12:59

prise de tête derrière les fourneaux
Mack & Ken



L'air est tendu. Le silence règne. Les mots de mon collègue résonne encore dans mon esprit. Je tente de les repousser, d'oublier cette vision qu'il peut avoir de moi et qui me blesse étrangement. D'ordinaire, je n'accorde aucune importance à ce que les autres pensent de moi. Mais, devant voir Kenneth presque tous les jours, une bonne entente me semble primordiale. Hélas, cette priorité ne semble pas avoir la même importance pour nous deux. Finalement, nos places s'en retrouve échangé. Je me plonge dans un certain mutisme. Je n'ai rien à dire et les commandes qui s'enchaînent à vitesse grand v m'empêche de me concentrer sur autre chose même si j'en ressens l'envie. Ce qui n'est pas le cas. Rapidement, la carte change. On délaisse les petit-déjeuner pour se plonger dans celle du déjeuner. Fritures, viandes. La prudence et la précision sont maîtres pour disposer d'une cuisson parfaite. Sachant que celle de la viande peut varier en fonction des clients, ce n'est pas plus mal d'être concentrée. J'accélère la cadence, je garde le rythme. Seul le bruit des ustensiles résonne dans la cuisine, accompagné de plusieurs soupires de la part de mon aîné. On dirait presque qu'il tente de combler le silence qui s'installe. Chose hautement surprenante, mais pas plus que ce qui suit. Il prend la parole. Il se plaint presque de mon silence, prétextant que je fais la tête et qu'il serait tant que j'arrête. Il veut que je parle. Je dépose sur lui un regard mêlant surprise et curiosité. Un sentiment que j'exprime aussitôt par une interrogation. Chose qui semble être mal prit. Il me pose un ultimatum. « Bien sûr que je veux, laisse-moi le temps de réfléchir. » Je m'empresse de lui répondre par crainte qu'il ne change d'avis. Une telle occasion ne se représentera sans doute jamais, je ne peux la laisser passer.  

J'enchaîne les commandes. M'interroge sur la question ou les questions que je pourrais lui poser. Bien entendu, maintenant que je le peux, je n'ai pas la moindre idée. Une situation particulièrement courante. Mon esprit fonctionne à vitesse rapide. Je joue la multi-tâche. Mais, met un peu la question de côtés lorsque les commandes s'enchaînent plus rapidement encore. L'esprit accaparé au maximum, je sursaute presque lorsque la plainte de mon collègue résonne tel un grondement dans les cuisines. Et dire que c'est moi la plus maladroite dans la pièce, c'est surprenant. La surprise de l'instant s'estompe à une vitesse incroyable et je réagis finalement au quart de tour. « De l'eau froide! » Sans laisser à Kenneth l'occasion de grogner ou quoi, je le traîne jusqu'à l'évier qui n'est pas bien loin et place la brûlure sous le jet d'eau fraîche. « Je ne savais que tu pouvais être aussi distrait en cuisine. » Là, c'est une petite pique amical que je lui lance tandis que je reprends place devant mon plan de travail pour m'activer de nouveau. Les commandes ne nous attende pas. J'enchaîne deux fois plus vite, comblant l'absence momentanée de mon collègue.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.

_________________
TITRE ✽
texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle...
Contenu sponsorisé
et voici mon histoire !


MessageSujet: Re: Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kenneth ♨ prise de tête derrière les fourneaux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Libre]Prise d'otage? Pas si sûr! [Rang C]
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Prise en flagrant délit [pv] [terminé]
» Question de règle: prise d'objectif avec un transport plein de troupes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Please Read Carefully :: 
Stairway
 :: Clog Downtown :: Raven & Fox
-